Un homme se suicide devant des enfants de la maternelle Saint-Pierre-La Rochefoucauld à Paris

Décidément rien ne va plus en Hexagone … Se suicider devant devant des enfants, ça dépasse la limite de couardise possible et imaginable …!!!

*******************************************************************************************

1x1.trans Un homme se suicide devant des enfants de la maternelle Saint Pierre La Rochefoucauld à Paris

La scène macabre et tragique s’est déroulée dans le hall d’une école située rue Cler (Paris 7ème).

L’ homme d’une soixantaine d’années s’est suicidé jeudi en fin de matinée devant une dizaine d’enfants et un adulte en se tirant une balle dans la tête à l’aide d’un fusil à canon scié.

D’après les premiers éléments de l’enquête, il s’agirait d’un habitant du quartier qui n’aurait pas de lien avec cet établissement privé catholique sous contrat avec l’Etat. Les policiers n’ont pour l’instant pas encore établi son identité, ni les raisons qui l’ont poussé à ce geste.

Source : Europe1

 

Le monde promis par Pierre Bergé – Egalite et Réconciliation

C’est le monde que veut nous imposer l’Oligarchie Décadente, un monde ou tout se vend et tout s’achète avec un prix défini par les principes froids de l’offre et la demande, mêmes les bébés, la prochaine fois quand vous endenterez parler de la GPA ou du Marriage pour tous, vous saurez de quoi il s’agit … Clin d’oeil ou cons avec l’esprit trop libéral qui ne reconnaisse plus aucune limite à la connerie humaine …. !!!

************************************************************************************************

Une « usine à bébés » découverte au Nigeria

La police nigériane a mené un raid contre un orphelinat du sud du Nigeria où ont été découvertes de jeunes femmes enceintes dont les bébés étaient destinés à la vente pour des rituels, a indiqué un policier vendredi.

Nous avons découvert l’usine à bébés (…) au cours d’un raid mené après avoir reçu des informations sur cet endroit situé dans l’Etat d’Akwa Ibom, a déclaré à l’AFP un responsable de la police, Oyekachi Orji.

Sept filles âgées de 18 à 20 ans, dont trois étaient enceintes, ont été découvertes pendant l’opération le 4 avril qui a conduit à l’arrestation du propriétaire, de son épouse et d’un complice.

Les trois seront présentés devant un tribunal à l’issue de l’enquête qui doit aussi déterminer si les jeunes femmes sont coupables ou non. Elles ont aussi été placées en détention provisoire, a indiqué M. Orji.

Les suspects convainquent généralement les jeunes femmes de tomber enceintes avec la promesse de 70 000 nairas (340 euros) après la naissance des bébés qui sont vendus à des personnes pratiquant des rituels, a-t-il expliqué.

L’une des jeunes mères a indiqué avoir pris contact avec le responsable de ce foyer dans le but de se faire avorter. Il l’a alors convaincue de rester jusqu’à l’accouchement.

Le docteur m’a donné 70 000 nairas, a expliqué la jeune femme citée dans la presse nigériane, précisant que l’enfant lui avait été retiré dès sa naissance.

Ca n’est pas la première usine à bébé démantelée au Nigeria.

En octobre 2011, la police avait découvert 17 adolescentes enceintes dans un foyer et arrêté la propriétaire, dans l’État d’Anambra (sud).

Quelques mois plus tôt, 32 adolescentes enceintes avaient été découvertes dans les locaux d’une fondation accusée de forcer les jeunes femmes à mettre au monde des enfants destinés à la vente, dans l’État d’Abia (sud).

Des cas de trafic humain sont régulièrement rapportés en Afrique de l’Ouest où des enfants sont achetés auprès de leurs familles pour aller travailler dans les champs, les mines, les usines ou en tant que domestiques.

D’autres sont vendus dans le cadre de réseaux de prostitution et, dans des cas plus rares, ils sont torturés ou sacrifiés pendant des rituels de magie noire.

L’Agence nationale de lutte contre le trafic d’être humains (NAPTIP) a également relevé dans le passé des cas d’adoptions illégales.

Le monde promis par Pierre Bergé - Egalite et Réconciliation

أنياب العم سام تتخلع … إحصائيات في مستوى الفقر في أمريكا .. !!!

Image
الدب الأمريكي الهائج بدأت تتخلع أنيابه و مخالبه, نعم, إنه الفقر اللذي بات ينخر الجسد الأمريكي من الداخل, قد يبدو الأمر صعبا على التصديق بالنسبة للبعض, لكن الفقر قد بلغ مستويات كارثية, لا مثيل لها منذ أزمة الأسهم عام 1929, رغم أن خبراء وول ستريت يتحدثون بسخاء كبير عن إرتفاع أداء الأسواق المالية اللذي بلغ مؤخرا أفضل مستوياته على الاطلاق, فإن عدد الأمريكيين الذين يعيشون في فقر مذقع قد وصل الآن إلى مستوى لم تشهده أمريكا منذ 1960, نعم،أرباح شركات الأسهم و الأبناك الخاصة و أبناك الإستثمار ترتفع بشكل قياسي، لكن في نفس الوقت يرتفع معها عدد من الأمريكيين اللذين يعيشون على
كوبونات الطعام.
إليكم بعض إحصائيات الأزمة الإقتصادية و آثارها عند العم سام :

 وفقا لمكتب الإحصاء الأميركي، ما يقرب من واحد من بين كل ستة أمريكيين يعيش الآن في وضع إقتصادي تحت خط الفقر. عدد الأمريكيين الذين يعيشون في هذه الوضعيةقد وصل إلى مستوى لم يشهده منذ عام 1960.

 وفقا لمكتب الإحصاء الأميركي، أكثر من 146 مليون أميركي هم حاليا إما « فقراء » أو « من ذوي الدخل المنخفض ».

 ما يقارب 20 في المئة من جميع الأطفال في الولايات المتحدة يعيشون في مستوى تحت خط الفقر، وهي نسبة أعلى اليوم مما كان عليه الحال في عام 1975.

 الفقر وصل إلى مستويات كارثية في المدن،حيث ما يقارب 29.2 في المئة من الأسر الأميركية (خاصة بين السود) تعيش في حالة متواصلة من إنعدام الأمن الغذائي.

 للمرة الأولى على الإطلاق، أكثر من مليون تلميذ في المدارس العامة في الولايات المتحدة لا مأوى لهم. وقد ارتفع هذا العدد بنسبة 57 في المئة منذ العام الدراسي 2006-2007.

 تشرد العائلات بأكملها في منطقة واشنطن العاصمة (واحدة من أغنى المناطق في البلد بأكمله) قد ارتفع 23 في المائة منذ بدء فترة الركود الأخيرة .

 نتيجة الفقر و البطالة, وصل التفتت العائلي حدودا كارثية, فما يقارب من واحد من بين كل ثلاثة أطفال في الولايات المتحدة  يعيش في منزل بدون أب.

 حوالي 40 في المئة من جميع العمال العاطلين عن العمل في أمريكا  يعانون حاليا من البطالة لمدة نصف سنة على الأقل.

 بلغ عدد الأمريكيين اللذين يعيشون على نظام المساعدات الغذائية المسمى طوابع أو كوبونات الغذاء رقما قياسيا هذا العام حيث يناهز 48 مليون نسمة, للتذكير عندما تولى باراك أوباما فترته الرئاسيةالأولى، لم يتجاوز هذا العدد حوالي 32 مليون نسمة.

المحللون الإقتصاديون باتوا يتساءلون الآن, هل يجوز لهم أن يقيسوا أداء الإقتصاد الأمريكي بالإعتماد على الأداء الكاذب لفقاعة سوق الأسهم التي تتضخم حاليا بواسطة سياسة طبع النقود المتهورة اللتي يعتمدها رئيس بنك الاحتياطي الفيدرالي في الولايات المتحدة بن برنانكي و المسماة سياسة التيسير الكمي, أم بالإعتماد على مستوى المعيشة لدى الطبقة الوسطى اللتي قاربت على الإندثار من المجتمع الأمريكي, فإذا نظرنا للوضع من هذه الناحية, فلا يوجد هناك ما يدعو للإطمئنان, فالفقر يشتد داخل المجتمع الأمريكي شهرا بعد شهر و الطبقة المتوسطة اللتي كانت تعتبر الدعامة الرئيسية للإقتصاد تستمر في الإنكماش, و تبعا للإحصائيات فإن الأمور ليست على ما يرام بالنسبة لمعظم الأميركيين, و خلال السنتين الماضيتين, عاش الإقتصاد الأمريكي على آمال إنتعاش كاذبة, إعتمدت بالأساس على إغراق الأسواق الأمريكية بكميات مهولة من الدين من طرف  بنك الإحتياطي الفيدرالي على أمل أن يسهم ذلك في إعادة الحياة لإقتصاد داخلي شبه ميت, و لسوء الحظ, لم يعد من الممكن أن تستمر هذه الفقاعة في التضخم, بل لقد بدأت بالفعل أولى بوادر الإنفجار في الظهور بتزايد مطرد في معدلات البطالة حسب الأرقام الأخيرة, مما يدل على أن الإقتصاد الأمريكي سيكون على موعد مع مستويات ركود أشد و أقوى.
يبدو أننا نشهد بالفعل نهاية عصر الهيمنة الأمريكية, إقتصاديا على الأقل …!!

مهدي بوعبيد
18/04/2013

Image

The Tunnel People That Live Under The Streets Of America | Pakalert Press

Malgré les manipulations des chiffres du chômage et du taux d’industrialisation des USA et avec l’indice du Dow Jones qui n’arrête de pas de franchir les barres de ses propres records, la pauvreté frappe de plus en plus dans le pays et à un rythme cauchemardesque qui impose aux américains des styles de vie de plus en plus extrême, dans l’article ci-dessous, on parle d’un phénomène qui intéresse de plus en plus la presse américaine, Les Habitants des Tunnels, en effet de plus en plus d’Américains ruinés par la crise économique qui sévit dans le pays depuis 2008 et n’ayant plus de domicile choisissent de vivre dans les tunnels et les égouts des grandes villes Américaine, Las Vegas, New York, Kansas City, des familles entières avec leurs enfants (des bébés ..) n’ont plus les moyens de subsister ou se loger, s’installent dans les tunnels … entre temps, la Réserve Fédérale et son Chef BEn Bernanke continuent leurs Quantitative Easing et font pomper des milliards de dollars dans les banques privées …. Drôle de Monde ….. !!!!

By The Way, vous ne verrez pas ce genre d’infos passer sur BFM Business ou Fox News …. !!!

Mehdi BOUABID

15/04/2013

***********************************************************************************

Did you know that there are thousands upon thousands of homeless people that are living underground beneath the streets of major U.S. cities?  It is happening in Las Vegas, it is happening in New York City and it is even happening in Kansas City.  As the economy crumbles, poverty in the United States is absolutely exploding and so is homelessness.  In addition to the thousands of “tunnel people” living under the streets of America, there are also thousands that are living in tent cities, there are tens of thousands that are living in their vehicles and there are more than a million public school children that do not have a home to go back to at night.  The federal government tells us that the recession “is over” and that “things are getting better”, and yet poverty and homelessness in this country continue to rise with no end in sight.  So what in the world are things going to look like when the next economic crisis hits?

The Tunnel People That Live Under The Streets Of America

When I heard that there were homeless people living in a network of underground tunnels beneath the streets of Kansas City, I was absolutely stunned.  I have relatives that live in that area.  I never thought ofKansas City as one of the more troubled cities in the United States.

But according to the Daily Mail, police recently discovered a network of tunnels under the city that people had been living in…

Below the streets of Kansas City, there are deep underground tunnels where a group of vagrant homeless people lived in camps.

These so-called homeless camps have now been uncovered by the Kansas City Police, who then evicted the residents because of the unsafe environment.

Authorities said these people were living in squalor, with piles of garbage and dirty diapers left around wooded areas.

The saddest part is the fact that authorities found dirty diapers in the areas near these tunnels.  That must mean that babies were being raised in that kind of an environment.

Unfortunately, this kind of thing is happening all over the nation.  In recent years, the tunnel people of Las Vegas have received quite a bit of publicity all over the world.  It has been estimated that more than 1,000 people live in the massive network of flood tunnels under the city…

Deep beneath Vegas’s glittering lights lies a sinister labyrinth inhabited by poisonous spiders and a man nicknamed The Troll who wields an iron bar.

But astonishingly, the 200 miles of flood tunnels are also home to 1,000 people who eke out a living in the strip’s dark underbelly.

Some, like Steven and his girlfriend Kathryn, have furnished their home with considerable care – their 400sq ft ‘bungalow’ boasts a double bed, a wardrobe and even a bookshelf.

Could you imagine living like that?  Sadly, for an increasing number of Americans a “normal lifestyle” is no longer an option.  Either they have to go to the homeless shelters or they have to try to eke out an existence on their own any way that they can.

In New York City, authorities are constantly trying to root out the people that live in the tunnels under the city and yet they never seem to be able to find them all.  The following is from a New York Post articleabout the “Mole People” that live underneath New York City…

The homeless people who live down here are called Mole People. They do not, as many believe, exist in a separate, organized underground society. It’s more of a solitary existence and loose-knit community of secretive, hard-luck individuals.

The New York Post followed one homeless man known as “John Travolta” on a tour through the underground world.  What they discovered was a world that is very much different from what most New Yorkers experience…

In the tunnels, their world is one of malt liquor, tight spaces, schizophrenic neighbors, hunger and spells of heat and cold. Travolta and the others eat fairly well, living on a regimented schedule of restaurant leftovers, dumped each night at different times around the neighborhood above his foreboding home.

Even as the Dow hits record high after record high, poverty in New York City continues to rise at a very frightening pace.  Incredibly, the number of homeless people sleeping in the homeless shelters of New York City has increased by a whopping 19 percent over the past year.

In many of our major cities, the homeless shelters are already at maximum capacity and are absolutely packed night after night.  Large numbers of homeless people are often left to fend for themselves.

That is one reason why we have seen the rise of so many tent cities.

Yes, the tent cities are still there, they just aren’t getting as much attention these days because they do not fit in with the “economic recovery” narrative that the mainstream media is currently pushing.

In fact, many of the tent cities are larger than ever.  For example, you can check out a Reuters video about a growing tent city in New Jersey that was posted on YouTube at the end of March right here.  A lot of these tent cities have now become permanent fixtures, and unfortunately they will probably become much larger when the next major economic crisis strikes.

But perhaps the saddest part of all of this is the massive number of children that are suffering night after night.

For the first time ever, more than a million public school children in the United States are homeless.  That number has risen by 57 percent since the 2006-2007 school year.

So if things are really “getting better”, then why in the world do we have more than a million public school children without homes?

These days a lot of families that have lost their homes have ended up living in their vehicles.  The following is an excerpt from a 60 Minutes interview with one family that is living in their truck…

This is the home of the Metzger family. Arielle,15. Her brother Austin, 13. Their mother died when they were very young. Their dad, Tom, is a carpenter. And, he’s been looking for work ever since Florida’s construction industry collapsed. When foreclosure took their house, he bought the truck on Craigslist with his last thousand dollars. Tom’s a little camera shy – thought we ought to talk to the kids – and it didn’t take long to see why.

Pelley: How long have you been living in this truck?

Arielle Metzger: About five months.

Pelley: What’s that like?

Arielle Metzger: It’s an adventure.

Austin Metzger: That’s how we see it.

Pelley: When kids at school ask you where you live, what do you tell ‘em?

Austin Metzger: When they see the truck they ask me if I live in it, and when I hesitate they kinda realize. And they say they won’t tell anybody.

Arielle Metzger: Yeah it’s not really that much an embarrassment. I mean, it’s only life. You do what you need to do, right?

But after watching a news report or reading something on the Internet about these people we rapidly forget about them because they are not a part of “our world”.

Another place where a lot of poor people end up is in prison.  In a previous article, I detailed how the prison population in the United States has been booming in recent years.  If you can believe it, the United States now has approximately 25 percent of the entire global prison population even though it only has about 5 percent of the total global population.

And these days it is not just violent criminals that get thrown into prison.  If you lose your job and get behind on your bills, you could be thrown into prison as well.  The following is from a recent CBS News article

Roughly a third of U.S. states today jail people for not paying off their debts, from court-related fines and fees to credit card and car loans, according to the American Civil Liberties Union. Such practices contravene a 1983 United States Supreme Court ruling that they violate the Constitutions’s Equal Protection Clause.

Some states apply “poverty penalties,” such as late fees, payment plan fees and interest, when people are unable to pay all their debts at once. Alabama charges a 30 percent collection fee, for instance, while Florida allows private debt collectors to add a 40 percent surcharge on the originaldebt. Some Florida counties also use so-called collection courts, where debtors can be jailed but have no right to a public defender. In North Carolina, people are charged for using a public defender, so poor defendants who can’t afford such costs may be forced to forgo legal counsel.

The high rates of unemployment and government fiscal shortfalls that followed the housing crash have increased the use of debtors’ prisons, as states look for ways to replenish their coffers. Said Chettiar, “It’s like drawing blood from a stone. States are trying to increase their revenue on the backs of the poor.”

If you are poor, the United States can be an incredibly cold and cruel place.  Mercy and compassion are in very short supply.

The middle class continues to shrink and poverty continues to grow with each passing year.  According to the U.S. Census Bureau, approximately one out of every six Americans is now living in poverty.  And if you throw in those that are considered to be “near poverty”, that number becomes much larger.  According to the U.S. Census Bureau, more than 146 million Americans are either “poor” or “low income”.

For many more facts about the rapid increase of poverty in this country, please see my previous article entitled “21 Statistics About The Explosive Growth Of Poverty In America That Everyone Should Know“.

But even as poverty grows, it seems like the hearts of those that still do have money are getting colder.  Just check out what happened recently at a grocery store that was in the process of closing down in Augusta, Georgia

Residents filled the parking lot with bags and baskets hoping to get some of the baby food, canned goods, noodles and other non-perishables. But a local church never came to pick up the food, as the storeowner prior to the eviction said they had arranged. By the time the people showed up for the food, what was left inside the premises—as with any eviction—came into the ownership of the property holder, SunTrust Bank.

The bank ordered the food to be loaded into dumpsters and hauled to a landfill instead of distributed. The people that gathered had to be restrained by police as they saw perfectly good food destroyed. Local Sheriff Richard Roundtree told the news “a potential for a riot was extremely high.”

Can you imagine watching that happen?

But of course handouts and charity are only temporary solutions.  What the poor in this country really need are jobs, and unfortunately there has not been a jobs recovery in the United States since the recession ended.

In fact, the employment crisis looks like it is starting to take another turn for the worse.  The number of layoffs in the month of March was 30 percent higher than the same time a year ago.

Meanwhile, small businesses are indicating that hiring is about to slow down significantly.  According to a recent survey by the National Federation of Independent Businesses, small businesses in the United States are extremely pessimistic right now.  The following is what Goldman Sachs had to say about this survey…

Components of the survey were consistent with the decline in headline optimism, as the net percent of respondents planning to hire fell to 0% (from +4%), those expecting higher sales fell to -4% (from +1%), and those reporting that it is a good time to expand ticked down to +4% (from +5%). The net percent of respondents expecting the economy to improve was unchanged at -28%, a very depressed level. However, on the positive side, +25% of respondents plan increased capital spending [ZH: With Alcoa CapEx spending at a 2 year low]. Small business owners continue to place poor sales, taxes, and red tape at the top of their list of business problems, as they have for the past several years.

So why aren’t our politicians doing anything to fix this?

For example, why in the world don’t they stop millions of our jobs from being sent out of the country?

Well, the truth is that they don’t think we have a problem.  In fact, U.S. Senator Ron Johnson recently saidthat U.S. trade deficits “don’t matter”.

He apparently does not seem alarmed that more than 56,000 manufacturing facilities have been shut down in the United States since 2001.

And since the last election, the White House has seemed to have gone into permanent party mode.

On Tuesday, another extravagant party will be held at the White House.  It is being called “In Performance at the White House: Memphis Soul”, and it is going to include some of the biggest names in the music industry…

As the White House has previously announced, Justin Timberlake (who will be making his White House debut), Al Green, Ben Harper, Queen Latifah, Cyndi Lauper, Joshua Ledet, Sam Moore, Charlie Musselwhite, Mavis Staples, and others will be performing at the exclusive event.

And so who will be paying for all of this?

You and I will be.  Even as the Obamas cry about all of the other “spending cuts” that are happening, they continue to blow millions of taxpayer dollars on wildly extravagant parties and vacations.

Overall, U.S. taxpayers will spend well over a billion dollars on the Obamas this year.

I wonder what the tunnel people that live under the streets of America think about that.

This article first appeared at The Economic Collapse.

Source : http://www.pakalertpress.com/2013/04/11/the-tunnel-people-that-live-under-the-streets-of-america/

 

Les dix stratégies de manipulation de masse | ActuWiki

76501_475563475809060_947116486_n

1/ La stratégie de la distraction

Élément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l’attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d’informations insignifiantes. La stratégie de la diversion est également indispensable pour empêcher le public de s’intéresser aux connaissances essentielles, dans les domaines de la science, de l’économie, de la psychologie, de la neurobiologie, et de la cybernétique. « Garder l’attention du public distraite, loin des véritables problèmes sociaux, captivée par des sujets sans importance réelle. Garder le public occupé, occupé, occupé, sans aucun temps pour penser; de retour à la ferme avec les autres animaux. » Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

2/ Créer des problèmes, puis offrir des solutions

Cette méthode est aussi appelée « problème-réaction-solution ». On crée d’abord un problème, une « situation » prévue pour susciter une certaine réaction du public, afin que celui-ci soit lui-même demandeur des mesures qu’on souhaite lui faire accepter. Par exemple: laisser se développer la violence urbaine, ou organiser des attentats sanglants, afin que le public soit demandeur de lois sécuritaires au détriment de la liberté. Ou encore : créer une crise économique pour faire accepter comme un mal nécessaire le recul des droits sociaux et le démantèlement des services publics.

3/ La stratégie de la dégradation

Pour faire accepter une mesure inacceptable, il suffit de l’appliquer progressivement, en « dégradé », sur une durée de 10 ans. C’est de cette façon que des conditions socio-économiques radicalement nouvelles (néolibéralisme) ont été imposées durant les années 1980 à 1990. Chômage massif, précarité, flexibilité, délocalisations, salaires n’assurant plus un revenu décent, autant de changements qui auraient provoqué une révolution s’ils avaient été appliqués brutalement.

4/ La stratégie du différé

Une autre façon de faire accepter une décision impopulaire est de la présenter comme « douloureuse mais nécessaire », en obtenant l’accord du public dans le présent pour une application dans le futur. Il est toujours plus facile d’accepter un sacrifice futur qu’un sacrifice immédiat. D’abord parce que l’effort n’est pas à fournir tout de suite. Ensuite parce que le public a toujours tendance à espérer naïvement que « tout ira mieux demain » et que le sacrifice demandé pourra être évité. Enfin, cela laisse du temps au public pour s’habituer à l’idée du changement et l’accepter avec résignation lorsque le moment sera venu.

5/ S’adresser au public comme à des enfants en bas-âge

La plupart des publicités destinées au grand-public utilisent un discours, des arguments, des personnages, et un ton particulièrement infantilisants, souvent proche du débilitant, comme si le spectateur était un enfant en bas-age ou un handicapé mental. Plus on cherchera à tromper le spectateur, plus on adoptera un ton infantilisant. Pourquoi ? « Si on s’adresse à une personne comme si elle était âgée de 12 ans, alors, en raison de la suggestibilité, elle aura, avec une certaine probabilité, une réponse ou une réaction aussi dénuée de sens critique que celles d’une personne de 12 ans ». Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

TV_Mind_Control

6/ Faire appel à l’émotionnel plutôt qu’à la réflexion

Faire appel à l’émotionnel est une technique classique pour court-circuiter l’analyse rationnelle, et donc le sens critique des individus. De plus, l’utilisation du registre émotionnel permet d’ouvrir la porte d’accès à l’inconscient pour y implanter des idées, des désirs, des peurs, des pulsions, ou des comportements…

7/ Maintenir le public dans l’ignorance et la bêtise

 Faire en sorte que le public soit incapable de comprendre les technologies et les méthodes utilisées pour son contrôle et son esclavage. « La qualité de l’éducation donnée aux classes inférieures doit être la plus pauvre, de telle sorte que le fossé de l’ignorance qui isole les classes inférieures des classes supérieures soit et demeure incompréhensible par les classes inférieures. Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

8/ Encourager le public à se complaire dans la médiocrité

 Encourager le public à trouver « cool » le fait d’être bête, vulgaire, et inculte…

9/ Remplacer la révolte par la culpabilité

 Faire croire à l’individu qu’il est seul responsable de son malheur, à cause de l’insuffisance de son intelligence, de ses capacités, ou de ses efforts. Ainsi, au lieu de se révolter contre le système économique, l’individu s’auto-dévalue et culpabilise, ce qui engendre un état dépressif dont l’un des effets est l’inhibition de l’action. Et sans action, pas de révolution!…

10/ Connaître les individus mieux qu’ils ne se connaissent eux-mêmes

 Au cours des 50 dernières années, les progrès fulgurants de la science ont creusé un fossé croissant entre les connaissances du public et celles détenues et utilisées par les élites dirigeantes. Grâce à la biologie, la neurobiologie, et la psychologie appliquée, le « système » est parvenu à une connaissance avancée de l’être humain, à la fois physiquement et psychologiquement. Le système en est arrivé à mieux connaître l’individu moyen que celui-ci ne se connaît lui-même. Cela signifie que dans la majorité des cas, le système détient un plus grand contrôle et un plus grand pouvoir sur les individus que les individus eux-mêmes.

Source : http://actuwiki.fr/dossier/1306#.UUhenjzWOh4.facebook

Media Manipulation

Andalousie : des centaines d’ouvriers se réapproprient des terres livrées à la spéculation | ActuWiki

Faut-il relancer le fameux débat autour des limites à tracer entre la Propriété d’Usage et la Propriété Lucrative (qui vire actuellement vers la spéculation ignoble), une chose est sûr, en conséquence directe de la crise économique et financière actuelle, ce débat est plus que nécessaire, et les Européens commencent à en prendre conscience, la nécessité de se nourrir, se vêtir et avoir un toit au dessus de sa tête pour vivre décemment ne leur laisse pas le choix, et devant ces faits, beaucoup d’entre eux n’ont plus le choix que d’occuper les lieux et prendre le contrôle des moyens et ressources qui leurs permettent d’accéder à une vie digne de ce nom, je vois en ça, un moyen intelligent de résister face à l’Empire de l’Oligarchie Financière Mondialiste et aux Banksters, cet article ci-dessous, reprend l’expérience d’une ferme e n Andalousie en Espagne, plus de 400 Hectares de terre fertiles inoccupées et complètement destinées à la spéculation à travers les gros propriétaires de terrain, qui se trouvent depuis un an occupées par des militants, des chômeurs et des citoyens décidées à imposer et défendre leurs droit inaliénable à la Propriété d’Usage ….. !!!

Mehdi BOUABID

14/03/2013

*************************************************************************************************

Au sud de l’Espagne, des ouvriers agricoles occupent une ferme de 400 hectares, menacée par la spéculation. Ils contestent une répartition féodale des terres, réservées aux grands propriétaires. Et développent une agriculture biologique et paysanne, qui nourrira bientôt des milliers de personnes. Reportage en Andalousie, dans la ferme de Somonte, devenu le symbole d’une lutte populaire contre les inégalités et pour la souveraineté alimentaire. « Land and freedom », version 2013.

arton2955-8eefc

« Quand nous sommes arrivés à Somonte pour occuper les terres, c’était un matin très tôt, au lever du soleil, se souvient Javier Ballestero, ouvrier agricole andalou. J’ai été surpris par le silence. Il n’y avait pas d’oiseaux sur ces terres ! Pas de vie ! Rien ! » C’était il y a presque un an, le 4 mars 2012. Cinq cents journaliers agricoles, des habitants des villages voisins et des citoyens solidaires venus de toute la région ont commencé à occuper la « finca » (ferme en espagnol) de Somonte. Le lendemain, la propriété, qui appartient au gouvernement autonome régional, devait être vendue aux enchères, très certainement à l’un des puissants propriétaires terriens de la zone, qui l’aurait achetée à un prix avantageux.

Le SOC-SAT [1], syndicat d’ouvriers agricoles qui a organisé l’occupation, est habitué aux luttes foncières. C’est lui qui a mené tous les combats historiques des journaliers andalous depuis les années 70. Mais les occupations de terre ne datent pas d’aujourd’hui. En 1936, elles s’étaient multipliées. Javier évoque la répression féroce qui s’en suivit lors de la victoire des franquistes. Un puissant propriétaire terrien fit exécuter 350 journaliers à Palma del Rio, le village voisin de Somonte. La plupart des terres qui jouxtent la « finca » appartiennent aux descendants de cet homme.

« La terre est à vous. Reprenez-la ! »

En ce matin hivernal, une trentaine de personnes se pressent autour d’un brasero, installé devant la petite cuisine de la « finca ». Deux hommes réparent un vieux tracteur Fiat sur lequel est fiché un drapeau andalou portant le sigle SOC-SAT. Quand le tracteur finit par démarrer, des responsables du lieu répartissent les tâches entre les occupants et les visiteurs solidaires, selon les décisions prises la veille au soir en assemblée générale. Un groupe ira désherber le champ d’oignons dont les plants viennent d’être mis en terre. Un autre ramassera les piments, lesPiquillo, la variété locale, rouge sang, qui seront ensuite mis à sécher en grappes. Le troisième groupe préparera le repas collectif de la mi-journée.

Une dizaine de militants portugais d’extrême gauche, en visite, et quelques militants français et espagnols, de passage ou séjournant à Somonte, se dirigent vers le hangar où est entreposé le matériel agricole. Peint sur le bâtiment, un slogan rappelle les enjeux de l’occupation : « Andalous, n’émigrez pas. Combattez ! La terre est à vous. Reprenez là ! » Au passage, les travailleurs matinaux croisent une patrouille de la Guardia civil, qui vient relever, comme tous les jours, les numéros des plaques d’immatriculation des voitures stationnées sur le parking de la ferme. A voix basse, les moqueries fusent. Les guardias demeurent indifférents. Ils ne descendent jamais de leur véhicule. Ils notent et repartent.

Développer une agriculture biologique paysanne

Près du hangar, sous les regards complices de Malcolm-X, Zapata et Geronimo, immortalisés par un artiste sur un mur, Javier et son collègue Pepe distribuent sarcles et bêches, puis accompagnent les militants jusqu’au champ d’oignons. Les allées sont interminables. Briefés par les deux hommes, les militants se courbent et s’accroupissent. Les herbes résistent, déchirent les doigts. Une main arrache par inadvertance un plant d’oignon. Un pied en écrase un autre. Difficile de s’improviser paysan. Ceux qui ont l’habitude avancent en ligne. Les autres tentent de s’appliquer, s’assoient, redressent leur dos… Les conversations vont bon train. Les chants révolutionnaires s’élèvent, repris en chœur.

P-Baque_-_Somonte_8-827d7

Peu à peu, la brume se lève. Apparait en contre-bas la plaine du fleuve Guadalquivir, qui s’étend à perte de vue dans cette partie de la province de Cordoue. Une terre rase, ondulante, sans un arbre, sans une haie. Cette même terre épuisée, sur laquelle poussera en été, sous la chaleur ardente, blés ou tournesols. Les journaliers qui occupent les quatre cents hectares de Somonte ont décidé d’abandonner ces pratiques agricoles intensives. « Depuis que nous sommes ici, les oiseaux sont revenus et la vie aussi, confie Javier. L’homme appartient à la terre. Nous devons la respecter et veiller sur elle. C’est pour cela que nous allons faire ici de l’agriculture biologique paysanne. » Pour développer une agriculture en rupture avec le modèle dominant, les journaliers andalous font appel à leur sensibilité et à leur mémoire, ravivée par leurs parents ou leurs grands-parents.

Contre une répartition « féodale » des terres

Comme la plupart des 25 occupants permanents de la finca, Lola Alvarez se définit comme « journalière agricole, depuis toujours », et fière de l’être. Elle rappelle que les premiers pieds de tomates plantés dans le jardin de Somonte proviennent de semences très anciennes apportées par son père de 84 ans. « Dès que nous avons occupé Somonte, beaucoup de personnes âgées sont venues nous apporter des semences de piments, d’oignons, de laitues… Toutes les semences traditionnelles qu’elles avaient héritées de leurs parents et qu’elle avaient conservées et protégées précieusement année après année. » Les occupants ont aussi reçu des graines du réseau andalou Semences et de la coopérative française Longo Maï. Somonte sera libre de semences transgéniques et de pesticides. « Nous sommes fatigués de voir ceux qui spéculent avec la terre spéculer aussi avec les produits chimiques, avec les semences et avec l’eau. Il va être difficile de mettre les 400 hectares en agriculture biologique mais nous allons le faire », explique simplement Lola.

Les occupants ont aussi décidé d’en finir avec l’injuste et scandaleuse répartition féodale des terres en Espagne qui fait que la duchesse d’Alba possède encore 30 000 hectares de terres et le duc del Infantado, 17 000. Plus de 60 % des terres les plus riches du pays sont entre les mains d’une poignée de puissantes familles, qui spéculent avec elles et perçoivent la majorité des aides agricoles [2]. « La terre n’appartient à personne. Elle n’est pas une marchandise, s’insurge Lola. Elle doit être entre les mains de celles et de ceux qui la travaillent. Nous l’occupons pour nourrir nos familles et vivre dignement. »

P-Baque_-_Somonte_3-a4115

Javier Ballestero, né dans une famille paysanne anarchiste, se réclame encore de cette tradition. « Les moyens de production doivent être au service du peuple. Pour cultiver sainement, nous n’avons pas besoin d’un patron qui nous exploite et nous vole. Nous voulons décider nous-mêmes de notre avenir. » Dans les années 80, pour initier une réforme agraire, le gouvernement autonome andalou (dirigé par le Parti socialiste ouvrier espagnol, PSOE) avait acheté plusieurs dizaines de milliers d’hectares aux grands propriétaires terriens. Il les avait grassement payés, pour qu’il n’y ait pas trop de mécontents. Mais n’avait pas redistribué les terres. L’objectif étant surtout de désamorcer un vaste mouvement d’occupations de terres organisé par le SOC qui réclamait alors des expropriations sans indemnisation.

Droit d’usage

Une partie de ces terres sont alors louées à des coopératives de petits paysans. Mais la grande majorité d’entre elles demeurent sous la responsabilité de l’Institut andalou de la Réforme agraire (IARA), et sont consacrées soit à des cultures intensives, soit à de vagues projets destinés à la recherche, pourvoyeurs d’importantes subventions européennes. Quelques hectares de la finca Somonte servaient ainsi de champs d’expérimentation à des cultures destinées à la production d’agro-carburants. Aujourd’hui, les socialistes dirigent toujours le gouvernement autonome. Comme les caisses sont vides, 22 000 hectares de terres appartenant à l’IARA ont été mis en vente aux enchères en 2011. Plus de la moitié ont été vendus.

« Le SOC a mené des occupations très dures dans les années 80. Elles ont notamment abouti à la création de la coopérative El Humoso, dans le village de Marinaleda, sur 1 200 hectares expropriés à la duchesse d’Alba », commente Lola Alvarez. « Depuis des années, nous ne menions plus que des occupations symboliques pour tenter d’infléchir la politique du gouvernement. Mais quand nous avons vu que les terres gérées par le gouvernement andalou allaient revenir entre les mains des spéculateurs, nous avons décidé de reprendre les occupations effectives. » Depuis l’occupation, la vente des terres a été suspendue. Mais les occupants ne souhaitent pas devenir propriétaires de Somonte. Il réclament un simple droit d’usage. Rappelant que depuis 20 ans, ces 400 hectares n’ont nourri personne.

Somonte, symbole d’une lutte populaire

L’Andalousie connaît actuellement un taux de chômage record de 34 % pouvant aller jusqu’à 63 % chez les jeunes de moins de 25 ans [3]. De nombreux Andalous, partis travailler comme ouvriers du bâtiment dans d’autres régions d’Espagne, reviennent aujourd’hui chez eux et proposent leur force de travail sur un marché agricole andalou déjà saturé et en crise. Avec la mécanisation à outrance et les mauvaises récoltes des oranges et des olives, il est désormais impossible aux 400 000 ouvriers agricoles de la région de réunir les 35 journées de travail annuelles nécessaires pour bénéficier d’une allocation mensuelle de 400 euros.

Fin 2012, le parlement andalou a demandé que le nombre de journées de travail exigé soit diminué. En vain. Cette crise sociale n’alarme pas les grands propriétaires terriens qui profitent de la situation pour mettre en concurrence les journaliers andalous avec la main d’œuvre immigrée, bien moins payée. Le SOC-SAT réunit des ouvriers agricoles de tous les horizons et organise régulièrement des grèves pour défendre leurs droits. Il dénonce aussi les injustices sociales, en organisant dans des supermarchés des opérations de récupération de produits alimentaires de base, distribués ensuite à des cantines de quartiers pauvres.

P-Baque_-_Somonte_15-6c34a

Durant l’été 2012, des marches ouvrières ont parcouru toutes les provinces andalouses pour dénoncer les mesures d’austérité. Une grande ferme appartenant à l’armée, laissée à l’abandon, a été brièvement occupée. Ce contexte social et politique tendu, et toutes ces luttes, font aujourd’hui de Somonte un symbole très populaire de la capacité des ouvriers à prendre en main leur destin. L’alimentation est au cœur des luttes.

Nourrir des milliers de familles de la région

Peu à peu, avec le soutien des anciens, d’ingénieurs agronomes, d’organisations locales et de réseaux de solidarité internationaux, le projet agricole de Somonte prend corps. Trois hectares de légumes ont déjà été mis en culture pour l’autoconsommation, la vente sur les marchés locaux ou dans une coopérative de consommateurs de Cordoue. Plusieurs dizaines d’hectares vont être consacrés à des cultures maraîchères. Quarante hectares seront réservés à de grandes cultures en rotation avec notamment du blé biologique. Les occupants de Somonte envisagent de planter près de 1 500 arbres de variétés locales, de développer des vergers d’abricotiers, de cerisiers, d’amandiers, de créer une oliveraie, d’entretenir des haies.

En décembre 2012, près de 700 arbres sont plantés le long du domaine. Une eau saine sera récupérée grâce à des retenues, des puits et à une protection des petits cours d’eau existants. Les occupants veulent réunir rapidement un troupeau d’au moins 300 brebis. Une grande partie de la production agricole de la finca sera transformée sur place dans des ateliers. Le projet agro-écologique et social de Somonte, organisé sous forme de coopérative de travailleurs, pourra donner du travail à plusieurs centaines de personnes et permettre à des milliers de familles de la région de se nourrir.

Occuper les terres, les logements et les banques

La situation de Somonte est aujourd’hui suspendue à la situation politique en Andalousie. Le nouveau parlement autonome élu début 2012 est majoritairement à gauche. Cela n’a pas empêché le Parti socialiste de faire expulser les occupants de Somonte, le 26 avril 2012, le jour même où il signait un accord avec la Gauche Unie. Le 27 avril au matin, la finca était de nouveau occupée. Aucune menace d’expulsion n’a été formulée depuis, mais les négociations sont au point mort.

« S’ils nous expulsent 20 fois, nous occuperons 21 fois ! », ironise Lola. « Nous n’avons pas le choix. Le gouvernement ne sait pas comment réagir. Et nous, pendant ce temps, nous montrons qu’une autre voie est possible. Nous disons qu’il faut occuper les terres pour avoir un travail et pour vivre. Mais il faut aussi occuper les logements pour donner un toit aux familles. Et il faut occuper les banques pour dénoncer les aides financières que nos gouvernements leur apportent tout en faisant payer les plus pauvres. Il faut occuper ! Voilà la solution. »

Texte et photos : Philippe Baqué

P-Baque_-_Somonte_11-38107

Notes

[1] Le SOC-SAT est l’ancien Syndicat des ouvriers agricoles (SOC). En 2007, il a été rebaptisé, syndicat des travailleurs andalous (SAT).

[2] Voir « Andalousie : la terre contre la crise », Jean Duflot, Archipel, journal du Forum civique européen de juin 2012.

[3] Voir « Un Robin des bois en Andalousie », Sandrine Morel, Le Monde, le 29 août 2012.

Source :  Bastamag

Source : http://actuwiki.fr/environnement/15883

Espagne : au cœur de la crise – SECOURS CATHOLIQUE – Caritas France

Et en même temps, l’Espagne est obligée de s’endetter à coups de centaines de milliards d’Euros pour payer ses dettes colossales aux banques privées qui la dépouillent, le capitalisme est entrain de voler et spolier les pays de leurs richesse à coups de plans d’austérité, coupes budgétaires, récession économique, et le tout passe dans les poches de l’Oligarchie Financière et Bancaire … pour les pays du Tiers monde eux, pour sortir de la crise qui peut prendre des proportions catastrophiques, c’est le passage obligé par l’endettement massif à travers le FMI (Organisation Criminelle au Service de l’Oligarchie Financière), avec lequel on leur impose des plans d’ajustement structurel (Coupes Budgétaires, suppression d’investissement publiques, suppression de toute forme de subvention à caractère social) …. avec tout ça, il est très difficile de ne pas comprendre qu’il s’agit bien là d’une vaste complot visant à réduire toute l’humanité à l’esclavage le plus total au service du Capital et de toutes les classes qui détiennent le véritable pouvoir, celui de l’Argent Dette …..!!!!

Mehdi BOUABID

11/03/2013

*********************************************************************************************************************************************************************************

En Andalousie, province la plus sinistrée de la péninsule Ibérique, le chômage plonge dans le désarroi une partie de la population. Deux couples, rencontrés à Xérès de la Frontera, en témoignent.

© Markel Redondo/Secours Catholique Agustin et Rosario, habitant la cité ouvrière de Xérès en Espagne, n'ont plus d'électricité depuis dix mois. -  JPEG - 31.8 ko
© Markel Redondo/Secours Catholique
Agustin et Rosario, habitant la cité ouvrière de Xérès en Espagne, n’ont plus d’électricité depuis dix mois.

Mariés depuis trente-sept ans, Agustin et Rosario ont respectivement 58 et 55 ans. Ils vivent au cœur d’une cité ouvrière de Xérès, en Andalousie, dans un petit appartement qu’ils ont hérité de leur grand-mère. Depuis dix mois, ils n’ont plus d’électricité.

Agustin avait toujours travaillé dans le bâtiment. Rosario avait toujours fait des ménages. En 2008, ils perdent leur emploi. Ils touchent 400 euros de chômage mais comme la crise s’éternise, ils entreprennent d’aller travailler en Allemagne en 2010, accompagnés de l’une de leur fille. Après un an et demi de petits boulots mal payés, tous les trois retournent à Xérès.

« Vivre sans électricité, on ne s’imagine pas ce que c’est tant qu’on n’y est pas confronté. » Rosario fait face aux deux fenêtres de la pièce à vivre où elle est assise aux côtés d’Agustin. Le lampadaire de la rue éclaire leurs visages et une crèche de Noël dans un coin de la pièce. Agustin explique qu’à leur retour d’Allemagne, ils n’étaient plus éligibles au chômage. Depuis un an et demi, ils n’ont plus aucune ressource. Leurs quatre enfants, âgés de 25 à 36 ans, sont également sans emploi et ont aussi des enfants.

« La crise a rendu la population très vulnérable »

La Caritas de Xérès a tendu la main à Rosario et Agustin. « Contrairement à notre philosophie qui est d’accompagner dans la longueur, nous avons dû revenir à la distribution. La crise a rendu la population très vulnérable », explique Francisco Domouso directeur de la Caritas diocésaine, « toutes les familles sont touchées, même la mienne. Mes fils qui sont ingénieurs n’ont pas de travail. »

En quatre ans, le chômage a atteint 36 % de la population, 56 % chez les jeunes. Les travailleurs et investisseurs étrangers sont repartis chez eux. Nombre de salaires ont été réduits et certains ne sont plus payés. « Alors nous donnons de la nourriture et des bons d’achats à ceux que nous aidons. »

Avec un milliard de dettes, la ville de Xérès de la Frontera ne peut guère aider ses habitants. À la cantine de Caritas, dans un autre endroit de la ville, les sans-abri ne sont pas les seuls à venir manger. Ce service tenu par des sœurs et une trentaine de bénévoles distribue chaque jour 600 repas, week-end compris : 100 repas pris sur place et 500 emportés.

L’aide alimentaire de Caritas trouve sa place dans le réfrigérateur qui, porte entrebâillée, sert aujourd’hui de placard dans la cuisine d’Agustin et de Rosario. Les autres placards sont aux trois-quarts vides.

Son temps libre, Agustin le passe à améliorer l’appartement. Il a refait le carrelage de la salle de bains où ne coule qu’une eau froide. Et il a remplacé le parquet du salon avec des matériaux donnés par une de leurs amies expulsée faute de pouvoir rembourser son emprunt. Rosario, quant à elle, placarde un peu partout dans la ville de petites annonces proposant ses services ménagers pour 3 euros l’heure. Sans grand succès.

À vendre

Il n’y a pas de chauffage dans l’appartement. Il fait 4 degrés dehors, ce soir de janvier. À la tombée du jour, Rosario passe une chemise de nuit et un pull, puis enfile une robe de chambre rose et de bonnes chaussettes. Elle montre la télévision et la chaîne hifi devenus un décor qu’on oublie de regarder. « Mais elle les époussette tous les matins », dit Agustin en prenant les mains de sa femme et, s’adressant à elle, il conclut : «  Ici, c’est peut-être pauvre, mais c’est certainement propre. »

Dans un nouveau quartier résidentiel de Xérès où les panneaux “À vendre” se multiplient aux fenêtres, l’église Saint-Jean-Baptiste-de-la-Salle a été inaugurée à Noël. Francisco Domouso, sa femme, sa belle-sœur et quelques bénévoles y font une autre distribution alimentaire.

Parmi ceux qu’ils accueillent, Veronica et Ismaël. Ils ont 23 et 25 ans et deux petites filles de 4 et 2 ans. Ils habitent, dans un autre quartier de Xérès, une étroite maison aux murs humides dont le loyer engloutit les trois quarts des indemnités de chômage d’Ismaël. Cela fait un an et demi qu’il ne travaille plus. Depuis l’âge de 12 ans, il était manœuvre dans l’entreprise de maçonnerie de son oncle. « L’argent alors coulait à flot », dit-il avec un éclat de rire.

Trois générations sous le même toit

Veronica et Ismaël ont la jovialité de la jeunesse. Ils rient volontiers, embrassent chaleureusement les gens qu’ils rencontrent et ne se plaignent pas de passer tout leur temps avec leurs filles. Ils aimeraient bien sortir en ville, mais Veronica craint les tentations. « C’est difficile de devoir dire non à des enfants qui demandent à manger », dit-elle. « Du coup, nous passons nos journées devant la télévision à préparer et à envoyer des CV. »

« Mes parents nous ont aidés autant qu’ils ont pu », poursuit Veronica, « mais eux aussi ont des problèmes à présent. Ma mère est au chômage et elle est partie vivre chez sa mère, ma grand-mère. Depuis que les étrangers qui s’occupaient des personnes âgées sont partis, les enfants reviennent vivre auprès de leurs parents. »

Francisco Domouso confirme que parfois trois générations se retrouvent sous le même toit pour partager leurs maigres moyens. Outre l’aide alimentaire qu’elle apporte, la Caritas de Xérès paye une partie des factures du jeune couple et le suit de près ainsi que ses enfants. Elle a incité Ismaël, pour augmenter ses chances de retrouver un emploi, à suivre une formation de soudeur. Le couple rêve de partir à l’étranger, « n’importe où, pourvu qu’on puisse travailler ».

Jacques Duffaut (envoyé spécial en Espagne) 

Source : http://www.secours-catholique.org/actualite/espagne-au-coeur-de-la-crise,11624.html

espagne-crise