Olivier Delamarche – 23 Avril 2013 – BFM Business 23 04 2013

La toute nouvelle connerie bien fraîche de chez l’Oncle SAM, vu qu’on arrive ni à payer la dette, ni à l’annuler, ni la stabiliser face à un PIB qui ne bouge plus, faute de croissance positive, devinez quoi, on va changer les méthodes de calcul du PIB en y greffant les valeurs des Brevets, inventions et les budgets d’investissement relatifs aux différents domaines de Recherches et Développement, en espérant que ça va donner une petite bouffée d’air à des économies en coma profond, et entre temps, les politiques d’Assouplissement Quantitatif continuent en Europe, aux USA et au Japon, faute de relance économique, on imprime des billets de Monopoly qu’on distribue au Salopards de Banquiers pour leur donner de quoi continuer de nous Bai …. il est vraiment grand temps que ça pète ….!!!

Thinkerview – Interview de Olivier Delamarche

Une interview très intéressante avec Olivier DELAMARCHE, qui avec sa franchise et son honnêteté habituelles, n’hésite pas à exposer la vérité d’une crise devenue désormais incontrôlable … à voir absolument …!!!

Islande : La Justice attaque les banksters / 27 Mars 2013

L’Islande a annoncé qu’elle allait inculper plusieurs anciens cadres et dirigeants, dont le patron, de son ex-plus grande banque, Kaupthing, pour des fraudes qui ont dissimulé la mauvaise santé de l’établissement avant sa faillite en 2008.

Le procureur spécial Olafur Thor Hauksson a indiqué à l’AFP qu’il lancerait les poursuites le 24 avril contre Heidar Mar Sigurdsson et huit autres anciens responsables de la banque. Leur procès s’il a lieu pourrait durer « jusqu’à un an », a expliqué M. Hauksson.

Il sera accusé d’avoir acheté des actions de Kaupthing grâce à un prêt de la banque, qu’il avait fait ensuite acheter par sa propre holding pour 572 millions de couronnes (3,6 millions d’euros actuellement), faisant grimper artificiellement le cours de Bourse. M. Sigurdsson a gagné 325 millions de couronnes grâce à cette transaction réalisée deux mois avant la faillite de Kaupthing, a affirmé l’accusation.

Selon des médias islandais, six anciens dirigeants et cadres de la deuxième banque islandaise Landsbanki, dont son ancien directeur général Sigurjon Arnason, doivent aussi être poursuivis pour avoir eux aussi maintenu le cours de l’action de leur banque à des niveaux artificiellement élevés par diverses manipulations.

Ces deux banques et la troisième du pays, Glitnir, s’étaient effondrées à l’automne 2008, après des années à accumuler les actifs douteux lors d’une expansion internationale effrénée.

Reykjavik avait choisi de les démanteler, prenant des mesures radicales plutôt que de tenter un long et coûteux sauvetage qui dépassait les capacités financières de l’Etat.

Burkina Faso : pénuries alimentaires – Croix-Rouge française

Ceci est la conséquence directe des montages de spéculations qui font monter artificiellement les cours des produits et denrées alimentaires pour s’en mettre plein les poches, ces manipulations et spéculations frauduleuses sont menées chaque jour par les banques suivantes : Goldman Sachs, JP Morgan Chase, Merrill Lynch, UBS, Deutsche Bank, BNP Paribas et d’autres banques qui représentent les intérêts de l’Oligarchie Financière Mondialiste, mais les Merdias feront tout pour que vous ne le sachiez jamais …. !!!

**********************************************************************************************************************************************************

Burkina Faso : pénuries alimentaires

Situation critique pour des familles affectées par les pénuries alimentaires.Sanna Negus, Croix-Rouge finlandaise

Dans le nord du Burkina Faso, des femmes s’assemblent avec leurs enfants au milieu d’une plaine sablonneuse et forment la queue pour une distribution de nourriture. Lorsqu’ils arrivent en tête de file, les enfants reçoivent une portion de porridge. Ce mets peu coûteux est souvent tout ce qui sépare ces familles de la malnutrition chronique.

Au début de 2012, la crise alimentaire dans le Sahel – une région qui s’étend à travers le nord de l’Afrique entre l’Océan Atlantique et la Mer Rouge – a frappé des populations affichant déjà

silent-burkina-large

des taux élevés de malnutrition. Les dernières récoltes avaient été médiocres à cause du manque de pluie – et c’était la troisième fois en dix ans que cela se produisait. Avec la pauvreté, la hausse des prix des denrées de base et l’instabilité politique, de nombreuses communautés se sont trouvées dans l’incapacité de surmonter cette crise.

En avril, plus de 18 millions de personnes étaient selon les Nations unies confrontées à l’insécurité alimentaire, en particulier au Sénégal, au Burkina Faso, au Mali, en Mauritanie, en Gambie, au Niger et au Tchad.

Marie-Christine Cormier, déléguée de la Croix-Rouge de Belgique au Burkina Faso, souligne le lien étroit qui unit insécurité alimentaire et malnutrition. «Les familles vulnérables qui ne peuvent pas acheter de nourriture ou qui font de mauvaises récoltes n’arrivent pas à s’alimenter correctement», explique-t-elle. «Dans de telles conditions, les enfants de moins de cinq ans risquent fort de souffrir de malnutrition.»

Minadawo Darawos était désespérée. Son bébé ne cessait de pleurer – de faim, pensait-elle; il était constamment malade et souffrait manifestement.

burkina-large

«J’ai amené mon enfant au centre où on m’a dit qu’il souffrait de malnutrition», raconte-t-elle. « J’étais vraiment désespérée quand mon bébé est tombé malade. Mais, dès qu’elle a reçu des soins, j’ai su qu’elle survivrait.»

Afin de décharger les dispensaires de santé, la Croix-Rouge Burkina Be a mis en place des comités communautaires qui effectuent des diagnostics nutritionnels et conseillent les mères sur la meilleure façon d’utiliser les ressources disponibles. Ces centres assurent aussi le suivi des cas de malnutrition confirmés.

Wodrawo Sanata, mère de neuf enfants, explique que les conseils et le soutien reçus au centre communautaire ont changé beaucoup de choses pour sa famille. «Avant, déclare-t-elle, nous

silent-burkina-large2

arrivions à nous nourrir convenablement, mais, avec la crise alimentaire actuelle, c’est devenu très difficile de subvenir aux besoins d’une famille nombreuse. Heureusement, grâce à l’éducation nutritionnelle, j’arrive encore à m’en sortir. A présent, je sais comment il faut nourrir la petite. Mes autres enfants sont plus résistants.»

D’après l’indice du développement humain des Nations unies, le Burkina Faso est un des dix pays les plus pauvres de la planète. L’espérance de vie n’y dépasse pas 52 ans, près d’un tiers des enfants de moins de cinq ans souffre de malnutrition chronique et un dixième de malnutrition aiguë.

burkina-large2

Avec l’appui du département de l’aide humanitaire et de la protection civile (ECHO) de la Commission européenne, la Croix-Rouge de Belgique travaille depuis 2007 au côté de la Croix-Rouge Burkina Be afin d’assister près de 62 000 personnes affectées par cette crise récurrente. Le programme a permis d’aider les habitants de 210 villages isolés dans les neuf provinces les plus durement touchées. Au sein de ces communautés, 25% des enfants et 30% des femmes enceintes souffraient de malnutrition aiguë.

Au cours des dernières années, les taux de malnutrition parmi les enfants et les femmes enceintes et allaitantes bénéficiant du projet a baissé de manière spectaculaire. Afin de garantir la durabilité de l’initiative, plus de 1200 volontaires communautaires ont été formés pour reprendre le flambeau de la lutte contre cette catastrophe silencieuse.

Sanna Negus
Source : http://www.croix-rouge.fr/Actualite/Catastrophes-silencieuses/Burkina-Faso-penuries-alimentaires-1566
famine
food-bubble-350

La Bulle Alimentaire : Le film qu’UBS & Co. voudraient interdire …

La spéculation sur les denrées alimentaires dans les marchés financiers fait flamber leurs prix et cause la misère et la famine pour des millions de pauvres dans les pays du tiers monde, beaucoup d’entre nous ne savent peut être pas, mais quand vous allez faire vos courses chaque semaine et que vous remarquez que votre panier coûte de plus en plus cher à chaque fois, c’est à cause de tout les mouvement de spéculation menée par les banques d’investissement autour du monde, Goldman Sachs et compagnie, c’est salopards s’en mettent plein les poches en piquant de la nourriture sur nos assiettes et de l’argent dans nos portes feuilles …. Pour ceux qui s’intéressent à ça, documentez vous sur la Bulle Alimentaire …. Un billet que j’avais écrit il y a quelques mois sur ce même sujet : https://mehdibouabid.wordpress.com/2012/09/28/la-bulle-alimentaire-comment-les-banquiers-nous-affament-pour-senrichir-encore-plus/ ….

 

famine

food-bubble-350

Vol à main armée à Tripoli | « L’art de la guerre »

goldman-sachs-libya

par Manlio Dinucci 

Comment le Banquier de Satan, Goldman Sachs a dépouillé la Libye … une autre dimension cachée de l’Automne Arabe..!!!!

Que feriez-vous si une banque, à laquelle vous avez confié 100 000 euros pour les faire fructifier, vous communiquait qu’en une année ils se sont réduits à moins de 2 000 euros ?

C’est ce qui est arrivé à la Libye, d’après une enquête du Wall Street Journal [1]. Après que les USA et l’Union européenne aient révoqué l’embargo en 2004, affluèrent en Libye des dizaines de banques et sociétés financières étasuniennes et européennes. Parmi lesquelles Goldman Sachs, une des plus grandes banques d’investissement du monde, dont le siège principal est à New York. Dans la première moitié de l’année 2008, l’Autorité libyenne d’investissement lui confia 1 milliard et 300 millions de fonds souverains (capitaux de l’État investis à l’étranger). La banque Goldman Sachs les investit dans un panier de valeurs et en actions de six sociétés : l’étasunienne Citigroup Inc., la banque italienne Unicredit et l’espagnole Santander, la compagnie allemande d’assurances Allianz, la compagnie énergétique française Électricité de France et l’italienne Eni. Un an après, Goldman Sachs communiqua à l’Autorité libyenne qu’à cause de la crise financière, le fonds libyen avait perdu 98 % de sa valeur, les 1 milliard et 300 millions se réduisant à 25 millions de dollars. Les responsables de l’Autorité libyenne, furieux, convoquèrent à Tripoli le responsable de Goldman Sachs pour l’Afrique du Nord. La rencontre fut turbulente, si bien que Goldman Sachs évacua précipitamment ses employés de Tripoli, craignant qu’ils ne fussent arrêtés. Comme la Libye menaçait d’intenter un procès, qui aurait compromis la réputation de la banque aux yeux d’autres investisseurs institutionnels, Goldman Sachs lui offrit en dédommagement des actions privilégiées de la banque elle-même. Mais les Libyens étant à juste titre soupçonneux, l’accord ne fut pas signé. Restait ainsi ouverte la possibilité, redoutée par Goldman Sachs, que l’Autorité libyenne n’entreprit un procès international. Des cas analogues de « mauvaise administration de l’argent libyen » sont rapportés par une enquête publiée par le New York Times [2]. Par exemple, la société Permal —unité de Legg Mason, une des principales sociétés de gestion d’investissements, dont le siège est à Baltimore— a administré 300 millions de dollars de fonds souverains libyens, qui ont perdu 40 % de leur valeur entre janvier 2009 et septembre 2010. En compensation, Permal a perçu 27 millions de dollars pour ses prestations. Même chose pour d’autres banques et sociétés financières, comme la hollandaise Palladyne, la française BNP Paribas, la britannique HSBC et le Crédit Suisse. L’Autorité libyenne menaçait d’entreprendre contre elles des actions judiciaires internationales, qui auraient endommagé l’image de ces « prestigieux » organismes financiers. Le tout s’est résolu de façon heureuse quand, en février dernier, États-Unis et Union européenne ont « gelé » les fonds souverains libyens. Leur « surveillance » a été confiée à ces mêmes banques et sociétés financières qui les avaient si bien gérés.

Et, du vol, on est passé à la rapine à main armée quand la guerre a commencé, en mars. À l’abri des chasseurs-bombardiers de l’OTAN, HSBC et d’autres banques d’investissement ont débarqué à Benghazi pour créer une nouvelle « Central Bank of Libya », qui leur permettra de gérer les fonds souverains libyens « gelés » et les nouveaux qu’ils tireront de l’exportation des hydrocarbures. Cette fois, sans aucun doute, en obtenant de forts rendements.

Goldman Sachs

Manlio Dinucci

Traduction 

Marie-Ange Patrizio

 

 

Quelles Solutions pour la Crise économique et Financières …???!! Le succès de l’Islande … !!!

Le succès de l’Islande – Entrevue avec le Président – YouTube.

La solution de la crise économique et financière actuelle est parfaitement simple :  » Contrôle de devise, Laisser les Banques faire banqueroute, Apporter le support aux plus pauvres, Refuser d’imposer les mesures d’Austérité opprimantes au peuple », c’est ce qui a été appliqué en Islande qui était au bord de la faillite au tout début de la crise et 4 ans après, son économie est en bonne santé avec un taux de croissance que l’Europe est incapable d’atteindre actuellement …. et je rappelle qu’au tout début de la Crise, l’Islande était l’un des premiers pays a refuser de payer ses dettes à la Grande Bretagne et la Hollande.

Ceux d’entre vous qui se posent la question légitime : « Pourquoi ces mesures ne sont-elles pas appliquées dans nos pays au bord de la faillite ???!! « , je leur réponds, c’est parce que vos politiciens sont tous des traîtres, des vendus qui travaillent à la solde de l’Oligarchie Financière Mondialiste et qui protègent ses intérêts dont une bonne partie réside dans les Banques qui sont elles mêmes à l’origine de cette crise avec leurs manigances et leurs agissement financiers dignes des Mafias, et au lieu de vous sauver, ces politiciens préfèrent mettre en marche les planches à billets, en dévaluant votre monnaie, vous imposer plus de taxes et de mesures d’austérité, supprimer toutes les formes de subventions aux services publics et vous appauvrir encore plus et vous faire vivre dans la misère pour sauver ces banquiers et sauver les intérêts des plus riches, des élites criminelles ….!!!!!

Pour ceux qui par contre n’ont encore rien compris à cette crise, je vous invite à chercher sur le net, les bénéfices enregistrées par les banques d’affaires et les banques d’investissement en 2012, vous allez vite comprendre qu’il ne s’agit plus d’une crise pour les banquiers criminels, parce que de leur côté, l’argent coule à flots et c’est le votre, la Crise n’est qu’une énorme opération de transfert de richesse, des plus pauvres aux plus riches ….. !!!!

Mehdi BOUABID

30/01/2013

Iceland’s Economy Now Growing Faster Than The U.S. and EU After Arresting Corrupt Bankers

So Iceland didnt follow the rest of the world by bailing out bankers they arrested them. Now their economy is recovering faster than the EU and the United States.

Remember when the United States government told the American people that action was required to save the banks? Action in the form of Billions of dollars in debt? Yeah we remember that. Hundreds of Billions of dollars in National debt later were still chasing our tail trying to get out of debt.

At the time of the 2008 collapse Iceland was in worse shape than almost any other country in the world. Hmmmmm..

Imaging what America would be like today if we bailed out the victims of poor banking practices, and punished the bankers who were responsible instead of bailing them out.

After watching this video tell us what you think? Is Iceland off their rocker, or on to something that America should have done as well.

Iceland’s Economy Now Growing Faster Than The U.S. and EU After Arresting Corrupt Bankers – Secrets of the Fed.

Image

Qui doit payer l’austérité?

Les tensions viennent d’un sentiment de détournement des richesses: les populations paient à la place des spéculateurs

Par Myret Zaki, le 3 octobre 2012

Ces dernières semaines, nous avons vu les populations se soulever contre les méfaits de l’austérité, que ce soit en Grèce, en Espagne ou au Portugal, sur fond de montée de l’europhobie. Dans l’esprit de tout-un-chacun, le coupable est «l’austérité». Mais le vrai problème, ce n’est pas l’austérité. C’est qui paie la facture de cette austérité. Les sacrifiés, ce sont la masse des petits et moyens salariés de la zone euro, ceux qui forment le tissu de l’économie réelle. Or il y a tragique méprise: ceux qui passent à la caisse ne sont pas les principaux responsables de la crise. Jamais auparavant les peuples n’avaient dû s’appauvrir alors que le monde était si riche, et que leur propre prodigalité avait si peu à voir avec la crise. C’est à ce titre que cette austérité est illégitime. D’où le profond malaise. Cette crise a pour origine les dégâts colossaux de la spéculation financière sur l’économie réelle et sur les budgets des Etats. Ces derniers ont dû encaisser les chocs récessionnistes et fiscaux majeurs de la bulle boursière et immobilière venue des Etats-Unis, qui avait entraîné, par voie de mimétisme monétaire, des bulles de même nature en Espagne, en Angleterre et en Irlande. Les mêmes techniques spéculatives importées ont permis à Goldman Sachs de s’enrichir en vendant à la Grèce une solution pour masquer son endettement. Les tensions actuelles viennent d’un sentiment de détournement des richesses, les populations ayant d’abord supporté les sauvetages bancaires, et devant, avec l’austérité, supporter le sauvetage des Etats… qui avaient sauvé la finance privée. Quand les Portugais marchent contre le «vol des salaires et des pensions», ils se doutent bien qu’il y a tromperie.

A raison. Ainsi, les mêmes 5 milliards d’euros que Lisbonne demande aux Portugais d’économiser en 2013 sont ceux que les fonds spéculatifs ont raflé en 2011 en dégradant la dette du Portugal et de ses voisins. Depuis 2010 en effet, le détournement de richesses s’opère à travers les gains privés réalisés sur la mise à terre des dettes européennes. En 2011, les fonds spéculatifs ont généré leurs meilleurs profits sur la chute provoquée des obligations de la zone euro. Selon CNBC, les fonds britanniques Brevan Howard, Caxton Associates et GLG Partners en ont tiré, sur les seuls mois d’août et septembre 2011, 3 milliards de dollars, soit la moitié de l’austérité que devra consentir le Portugal en 2013. Et là, on parle de 3 fonds et de quelques semaines. Il faudrait encore ajouter tout ce qu’ont gagné, en pariant contre l’Europe, les fonds de Paul Tudor Jones, Soros Fund Management, Brigade Capital, Greenlight Capital et SAC Capital Management, mais aussi John Paulson, ainsi que les principales banques intermédiaires sur ces stratégies que sont Goldman Sachs, Bank of America et Barclays. D’immenses fortunes se sont créées. Ces gains proviennent de la chute de valeur des obligations grecques et des pays voisins, causée par des ventes à découvert (short selling) massives. L’argent tiré de ces paris vendeurs est le même qui est soustrait aux gouvernements par la flambée des taux d’intérêt ainsi créée, induisant leur strangulation financière. Avec l’austérité, Athènes, Lisbonne et Madrid demandent aux salariés européens de renflouer les pertes colossales que ces gouvernements ont essuyées suite au transfert d’une partie de leurs richesses vers la finance spéculative. Cette dernière a donc permis de détourner des fonds publics vers des traders milliardaires.

Des fortunes colossales

Les gains individuels que peut générer le short selling dépassent l’entendement. L’Americain John Paulson avait empoché, à lui seul, 3 milliards de dollars en 2007 en pariant contre l’immobilier américain. Avant lui, George Soros s’était personnellement enrichi de 2 milliards en 1992 en coulant la livre sterling. Les hedge funds gagnent davantage que des pays entiers. En 2006, 25 spéculateurs (dont Jim Simons et Kenneth Griffin) avaient personnellement empoché l’équivalent du PIB de l’Islande (15 milliards de dollars). D’aucuns refusent par principe d’établir un quelconque lien entre les fortunes amassées par les hedge funds sur les difficultés de l’Europe et l’austérité en cours: c’est manquer là de notions financières de base. De toute évidence, les gains prélevés par les acteurs financiers équivalent à l’austérité aujourd’hui payée par la population. Ceux qui devraient renflouer les Etats ne sont autres que ceux qui les ont ruinés. Au minimum devraient-ils contribuer au prorata des pertes économiques et de l’endettement qu’ils ont occasionnés. Mais comment l’Europe pourra-t-elle jamais récupérer cet argent, elle qui a tenté en vain de réglementer la spéculation?

Qui doit payer l’austérité? | BILAN.

 

 

La Bulle Alimentaire…. Comment les banquiers nous affament pour s’enrichir encore plus …. !!!

La Bulle Alimentaire…. Comment les banquiers nous affament pour s’enrichir encore plus …. !!!

 

 

Ces 3 dernières années, quand vous partiez au super marché ou à n’importe quel autre type de marché pour acheter de la nourriture vous avez certainement souffert comme des millions d’autres personnes autour du monde de la hausse excessive des prix des produits alimentaire (Céréales, Légumes, Fruits …), vous vous êtes certainement posé la question au sujet de la cause de cette hausse, on vous dira que c’est la conséquences des conditions météorologiques qui impactent l’agriculture, les catastrophes naturelles qui se multiplient chaque année, les prix du carburant qui augmentent.

Mais détrompez vous, ce qu’on ne vous dira certainement pas dans les médias qui ne cherchent qu’a abrutir vos esprits à travers les matchs de foot et les pubs débiles vous incitant à l’achat des choses futiles, c’est que la principale cause de cette hausse, ce sont ces mêmes salopards et enfants de putains de banquiers, en effet, juste après la crise causée par l’explosion du marché immobilier Américain en Septembre 2008, et les quelques réglementations Américaines imposées dans les marchés financiers, les banques d’affaires comme Goldman Sachs, JP Morgan Chase, Merrill Lynch, UBS, Deutsche Bank, ne pouvant plus profiter de la rentabilité des produits financiers toxiques (Credit Default Swap), ils se sont acharnées en masse sur le marché des denrées alimentaires, à travers des montages de spéculations continues de manières à faire monter artificiellement les cours de ces produits pour s’en mettre plein les poches, ces manipulations et spéculations frauduleuses ont causées des dégâts sans limites surtout dans les pays du tiers monde ou on estime que le nombre d’êtres humains affamés et ne pouvant plus avoir accès à de la nourriture saine a augmenté de plus de 250 millions et causant la mort directe ou indirecte de plus de 100 millions d’autres personnes des suites de l’état d’insécurité alimentaire et des suites des accrochages et des conflits armés en conséquence de la hausse des prix de la nourriture, les gouvernements et les politiciens le savent, ils ont les preuves pour incriminer les gens qui en sont responsables, mais ils ne le feront jamais, savez-vous pourquoi, parce qu’il s’agit une fois de plus du pouvoir illimité dont profite l’Oligarchie Financière et Industrielle Mondialiste quand il s’agit de protéger ses intérêts, pour cette racaille composées soi disant des élites, la vie humaine ne vaut absolument rien, elle n’a aucun prix, ce sont tout simplement des criminels Eugénistes dont les valeurs n’ont rien à voir avec l’humanisme, sans le moindre iota de conscience, ils vivent et évoluent dans une dimension Satanique dont les buts et objectifs ultimes ne se limitent pas au gains et bénéfices, et même si la réalisation de leur projet devait coûter la mort de centaines de millions de personnes, cela ne leur donnera pas le moindre sentiment de culpabilité ………!!!!!!

Maintenant, quand vous irez prochainement faire des courses, et que vous remarquerez que les prix continuent d’augmenter, rappelez vous que c’est encore une fois ces Salauds et criminels de banquiers qui sont derrière, ils ne renoncent devant absolument rien pour se faire encore plus d’argent, après avoir presque ruiné le monde entier lors de la crise de 2008, ils continuent les mêmes manipulations frauduleuses sur d’autres marchés sensibles et à haut risque et ils n’hésiteront pas à vous affamer pour atteindre leurs objectifs Sataniques …….!!!!!!

Mehdi BOUABID

28/09/2012