Le Quantitative Easing … le coup de grâce définitif …. !!!

Image

 

Regardez bien ce graphique qui schématise l’effet de la politique du Quantitative Easing menée par la Réserve Fédérale Américaine et son patron Ben BERNANKE, les tendances haussières que vous y constatez, apparaissent comme une réaction directe à chaque nouvelle vague d’impression et d’émission de monnaie, ainsi, l’indice du Dow Jones Industrial Average a dépassé son record de 14.165, qui a été atteint le 9 octobre 2007 précédant «la grande récession», mais est ce que cela représente une véritable relance de l’économie américaine ??!!!

En réalité, ces tendances qu’on voit, ne correspondent à aucune forme de croissance économique réelle, l’économie américaine est toujours en récession aggravée, les taux de chômage augmentent, à mesure que les licenciements prennent de plus en plus d’envergure, les entreprises incapables de résister face à cette baisse d’activité, mettent la clé sous la porte et le rythme de consommation des ménages est en baisse constante, tout ces facteurs bloquent de manière radicale toute possibilité de relance économique, et pourtant la Réserve Fédérale Américaine continue son plan d’Assouplissement Quantitatif qui consiste à faire marcher les planche à billets, imprimer encore plus de monnaie et l’injecter dans un système économique déjà  à l’agonie (quoi que les Merdias essaient de vous convaincre du contraire) en espérant que ça va le réanimer, il est clair et évident que les spécialistes économiques de cette institution semblent oublier complètement que l’océan de croissance économique fulgurante d’avant la crise, ne fut possible que grâce aux mécanismes de la dette, en effet, les ménages américains durant les 10 années précédant la crise de 2008, s’endettaient à un rythme qui avoisinaient les 1000 milliards de dollars chaque année, et cet argent se retrouvait directement dans les circuits économiques via les mécanismes de consommation directe ou indirecte, enrichissant ainsi la croissance de manière effective et palpable, Or, avec les taux de chômage actuels, l’incertitude quand à la pérennité de leurs emplois, les gens n’ont plus le courage ou la volonté de s’endetter, ce qui fait que les sommes gigantesques d’argent imprimés et injectés dans l’économie, ne génèrent absolument aucune valeur économique réelle, elles circulent entre les stocks de la Réserve Fédérale, les banques d’investissement et les marchés financiers  sans produire quoi que ce soit (Et même les Chinois n’en veulent plus des bons aux trésor Américains ..), et l’économie elle est à l’arrêt, complètement incapable de générer de la valeur sans la dette.

Image

 

A la lumière des faits citées ci-dessous, le Quantitative Easing, est entrain de créer reprise synthétique du marché qui ne repose sur aucune certitude de relance de économique ou sortie probable de la récession aggravée, la FED qui a imprimée plus de 3 milliards de dollars et aura injecté $ 4 billions de dollars dans l’économie d’ici la fin de cette année (La FED imprime quelques 85 Milliards de dollar par mois), ne fait qu’enfoncer la situation déjà catastrophique au plus bas, et de ce fait semble complètement déconnectée de la réalité, et je rappelle dans ce sens, que son patron Ben BERNANKE lui, a confirmé que cette politique d’assouplissement sera adoptée de façon illimitée, jusqu’à ce que le taux de chômage baisse, alors que ce dernier est associé directement à la croissance qui est en baisse constante et non à la quantité de monnaie en circulation.

D’un autre côté, les banques d’investissement profitent largement de cette manne d’argent disponible gratuitement, et en l’absence de tout potentiel d’investissement dans des secteurs déjà meurtris par les manipulations frauduleuses (Marché immobilier, produits dérivés, Credit Default Swap …), la bande de Goldman Sachs et compagnie n’hésite pas à opérer dans le marché des matières premières et commodités avec d’autres formes de spéculations et montages de prix, causant ainsi des flambées des prix de produits alimentaires (Bulle Alimentaire) avec toutes les conséquences catastrophiques que peut causer sur les pays du tiers monde (Famine, Malnutrition, instabilité politiques et sociales ..)et ce, en toute impunité, puisqu’il est maintenant évident pour tout le monde que les politiciens ne servent plus les intérêts de leurs concitoyens, mais ceux du monde de la finance, entre temps, l’Oligarchie Financière Mondialiste, qui est maintenant absolument certaine qu’il n’ya pas de sortie possible de cette crise, n’hésite pas à se ruer sur l’unique et véritable forme de valeur lui permettant de conserver sa fortune, l’Or, ce métal précieux sur lequel s’opère un véritable Bankrun ces derniers mois.

Image

 

Ainsi, cette politique d’Assouplissement Quantitatif, n’aura qu’une seule et ultime conséquence sur l’économie américaine et elle est loin d’être positive, puisque les lois du marché sont immuables, et imposent une règle toute simple, le plus vous imprimez de la monnaie sans véritable croissance économique pour accompagner et soutenir l’émission d’argent et sans aucune valeur solide pouvant instaurer la confiance des acteurs économiques et des citoyens en cette monnaie (Or, métaux précieux …) le plus cette monnaie perd de sa valeur initiale de manière continue, ce qui finira par entraîner tout le circuit économique dans un gouffre abyssal d’Hyperinflation et de dévaluation sans fin, à ce moment là, les billets de banque, auront la même valeur que les billets du fameux Monopoly, pire encore, il vous faudra une brouette entière remplie d’argent pour payer votre miche pain ou votre café. 

Image

Pour résumer ce scénario lugubre qui se présente et que beaucoup d’entre nous n’arrivent pas a assimiler, l’unique certitude qui nous reste, c’est de se préparer au crash qui est devient désormais inévitable, devant la situation actuelle, la masse de monnaie en circulation continue d’augmenter et il est presque impossible d’envisager quoi que ce soit dans ce schéma, cependant une chose est sûre, l’assouplissement quantitatif continuera de faire baisser la valeur de la monnaie et rendra les marchés encore plus instables et plus sensibles au premier choc.

 

Image

 

Mehdi BOUABID

07/03/2013

Olivier Delamarche – 05 Mars 2013 – Olivier DELAMARCHE revient sur les résultats du PIB américain et la décision de la FED de continuer le Quantitative Easing en illimité

Olivier DELAMARCHE revient sur les résultats du PIB américain et la décision de la FED de continuer le Quantitative Easing en illimité, en l’absence d’une solution viable pour relancer l’économie américaine à l’agonie, Ben BERNANKE fait marcher la planche à billet à plein régime, avec le dopage des dépenses gouvernementales, conséquences directes, l’hyperinflation et le crash du Dollar pour bientôt, et rappelez vous, entre-temps c’est le Bankrun sur l’Or, tout le monde s’acharne à en acheter et en stocker en quantités gigantesques, mêmes les états procèdent à des audits détaillés et rapatrient leurs Or stocké dans les banques centrales américaine et anglaise … Bref, préparez vous au Crash imminent et inévitable désormais … !!!

La mort des petites banques américaines | La Chronique Agora

leadimg

▪ Le gouvernement américain est en train d’assassiner les petites banques des Etats-Unis. C’est assez ironique. Ce ne sont pas les petites banques qui menaçaient le système financier durant la crise de 2008 — ce seront pourtant elles qui subiront le plus gros des conséquences de la réglementation qui a été imposée dans le sillage de la crise. Résultat : les actifs bancaires américains se retrouveront entre les mains de banques encore plus grandes.

C’est très dommage. Mais la mort de l’agneau fait la vie du loup, comme le dit un vieux proverbe américain. En d’autres termes, ce n’est pas mauvais pour tout le monde, comme nous le verrons dans quelques lignes.

Voici d’abord une preuve anecdotique qui nous vient du PDG — en partance — de Third Street Bancshares, à Marietta, dans l’Ohio. Son nom est James Meagle Jr., et il travaille dans le secteur depuis 40 ans.

Tous les jours, quelque part dans le monde, un PDG quitte une entreprise. Rien de bien neuf en soi. Mais peu de PDG partent en disant que l’entreprise qu’ils quittent pourrait ne pas survivre. Citant de profonds changements dans la réglementation, les questions de conformité et les coûts que tout cela entraîne, Meagle a déclaré qu’il “était à bout de patience”. Son ancienne banque devra dépenser environ 100 000 $ pour répondre aux nouvelles exigences des régulateurs. Pour une petite banque qui possède une seule branche, 100 000 $ est une grosse somme — probablement une bonne partie de ses bénéfices sur l’année.

“Je ne sais pas comment nous allons pouvoir nous en sortir”, a déclaré Meagle à SNL Financial, une société de recherches sur le secteur bancaire. “Nous pouvons [survivre], mais nous consacrons tant de temps et d’énergie à nous confirmer aux nouvelles réglementations”…

“Complètement absurde”, c’est ainsi qu’il décrivait le niveau d’exigence des régulateurs.

Que peut faire cette banque ? Fusionner.

“Nous avons pu maintenir nos revenus et nous sommes encore bien capitalisés”, continue Meagle, “mais ce que je vois arriver pour l’avenir n’est pas joli-joli. Nous ne voulons pas vraiment vendre, mais nous n’aurons peut-être pas d’autre solution”.

▪ La fusion, seule solution… 
On entend le même son de cloche de la part des dirigeants et des investisseurs professionnels du secteur bancaire. Les petites banques devront se vendre aux plus grandes, ce qui permet de répartir ces coûts sur une base d’actifs plus large.

Précisons un peu le tableau, et examinons le système bancaire américain dans son ensemble. A quoi ressemble-t-il ? Eh bien, les 20 banques les plus grosses détiennent actuellement près de 80% des actifs du secteur. Regardez le schéma ci-dessous.

Top Heavy US Banking System

Une question se pose naturellement : quelle taille faut-il avoir pour obtenir un rendement digne de ce nom en tant que franchise bancaire aux Etats-Unis ?

Elle n’est pas réglée, même parmi les initiés du secteur. Ce qui est presque sûr, c’est que les 2 490 banques les plus petites sont grillées — les Third Street Bancshares et autres. Elles sont bien trop petites pour ne serait-ce qu’essayer de survivre, un peu comme un petit garçon de trois ans qui essaierait de mettre KO Mike Tyson.

Goldman Sachs

Le niveau supérieur devra probablement vendre lui aussi. On parle là des 4 000 banques environ ayant des actifs jusqu’à un milliard de dollars. En fait, le coût des nouvelles réglementations ainsi que les marges nettes des banques (grâce aux taux bas) mettent la pression sur le bloc supérieur, qui doit se consolider.

Je pense nous verrons de nombreuses banques parmi les plus petites se combiner au cours des prochaines années, comme des gouttelettes d’eau se rassemblant pour former des gouttes de plus en plus grandes. En tant qu’investisseur, il y a beaucoup à gagner en se positionnant sur les petites banques sous-valorisées.

Mais vous pouvez aussi jouer les acquéreurs. Dans ce cas, mieux vaut sélectionner les prédateurs sains, comme Republic Bancorp, qui a ramassé quelques banques en faillite ces dernières années. C’est un “consolidateur” qui se développera suite à ces acquisitions.

Le côté malheureux de tout cela, c’est que la consolidation qui est en train de se produire dans le secteur signifiera la mort des petites banques communautaires. La conséquence de toutes ces nouvelles règles et réglementations, c’est que le système bancaire américain sera encore plus déséquilibré. Les banques deviendront plus grosses. Les actifs bancaires se concentreront encore plus. Et même si nous pensons qu’il y aura beaucoup de résistance et de mauvaise volonté de la part des conseils d’administration et équipes dirigeantes, je pense que les fusions auront lieu. Il y a trop d’argent en jeu.

La mort annoncée des petites banques devrait engendrer de bons rendements ces prochaines années, le temps que le processus ait lieu. Pour les investisseurs dans les valeurs bancaires, c’est une profitable ironie.

Source : http://la-chronique-agora.com/mort-petites-banques-americaines/

Author Image for Chris Mayer

CHRIS MAYER

Rédacteur en Chef de Capital & Crisis et Crisis Point Trader
Chris Mayer s’occupe de la lettre d’information Capital & Crisis, ainsi que du système de trading Crisis Point Trader. Ses analyses pertinentes et précises des problématiques financières ont été reprises souvent dans de nombreuses publications, et notamment dans le très réputé Grant’s Interest Rate Observer.

Olivier Delamarche : La fuite en avant de la FED

Beaucoup de respect pour la franchise de ce bonhomme qui n’arrête pas de tirer la sonnette d’alarme depuis un bon bout de temps …!!!