Sept Français sur dix redoutent une explosion sociale – Economie – MYTF1News

70% des Français interrogés dans un sondage Ifop estiment que la France pourrait connaître une explosion sociale au cours des prochains mois.

Très pessimistes les Français. Ainsi, selon un sondage Ifop* à paraître dans Dimanche-Ouest France, sept Français sur 10 estiment que la France pourrait connaître une explosion sociale dans les mois à venir. Cette proportion est en hausse de quatre points en quatre ans (66% en avril 2009), souligne Jérôme Fourquet, directeur du département opinion de l’Ifop.

Si 81% des ouvriers, soit 11 points de plus que l’ensemble des Français, disent s’attendre à une explosion sociale, les professions libérales et cadres supérieurs semblent plus dubitatifs quant à la survenue d’un tel événement, seuls 57% le redoutant pour les prochains mois, ajoute-t-il.

Le pronostic d’une explosion sociale en France augmente à mesure que l’on s’approche des extrêmes, note Jérôme Fourquet. Ainsi, 89% des sympathisants du Front National jugent ce risque réel, contre 79% à l’UMP, 64% des sympathisants du Front de Gauche et un peu plus de la moitié des proches du Parti socialiste (51%).

L’enquête paraît dans un contexte marqué par de nombreux plans sociaux et une forte tension entre l’exécutif et la rue, principalement dans le cadre des mobilisations des opposants au mariage homosexuel, relève l’analyste.

*Ce sondage a été réalisé par internet du 23 au 25 avril auprès d’un échantillon de 1.005 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, constitué selon la méthode des quotas.

Source : http://lci.tf1.fr/economie/social/sept-francais-sur-dix-redoutent-une-explosion-sociale-7940858.html

Il ne fait pas bon être chômeur en Allemagne… – Politique économique – Actualité – Trends.be

Alors que le taux de chômage et le nombre de chômeurs ne font qu’augmenter dans la Zone Euro, l’Allemagne tire plutôt bien son épingle du jeu avec, en février de cette année, un taux de chômage de 5,4%.

© Belga

Et le taux de chômage de l’Allemagne ne fait que diminuer depuis des années ; fin 2011, il était à presque 7% pour diminuer encore et afficher un insolent 5,4% en 2013.

Alors extrêmement bas le chômage allemand ? Est-ce cela le «miracle économique allemand» ? Oui mais… a-t-on envie de dire.
Que se cache-t-il derrière ces chiffres: une économie à nouveau florissante, un exemple à suivre ou un système social quelque peu défavorable aux sans-emplois ?

Pour comprendre, il faut remonter quelques années en arrière, au début des années 2000. Le gouvernement allemand a voulu s’attaquer au «chômage volontaire» et donc mettre en place un système qui «oblige» le chômeur à chercher, mais surtout à trouver, du travail, sous peine de se voir refuser le versement des allocations de chômage.

Une série de réformes, pour le moins «musclées», ont été prises par le Chancelier socialiste Schröder, secondé dans cette tâche par Peter Hartz, qui n’est autre que le directeur des ressources humaines de Volkswagen. De 2003 à 2005, les lois Hartz ont fait leur entrée en Allemagne.

Ce qui a changé…

Tout d’abord la durée pendant laquelle le chômeur peut percevoir l’«Arbeitsolsengeld I», c’est-à-dire l’indemnité de chômage, celle-ci est rabotée : de 32 mois, elle est passée à 12 mois.
Après ces 12 mois, le chômeur est considéré comme un chômeur de longue durée et percevra l’«Arbeitslosengeld II», une sorte de revenu minimum d’insertion ou de survie, qui tourne lui aux alentours des 360-370 euros.

Bien évidemment, impossible pour le chercheur d’emploi de ne pas se rendre à un rendez-vous de travail fixé par l’Onem allemand (Bundesagentur für Arbeit) ou refuser un emploi qui lui serait proposé (et ce, n’importe où dans le pays), car les sanctions tombent alors!
Un rendez-vous manqué, ou un retard, avec les centres pour l’emploi ; c’est 10% d’indemnités en moins.
En cas de récidive, c’est 60% de pénalité, voire carrément le retrait total du minimum de survie. Plutôt dissuasif…

Mini-jobs et 1 euro-jobs

Peter Hartz, «Doktor Hartz» ainsi appelé par toute l’Allemagne, a également instauré dans cette réforme deux nouveautés : les mini-jobs et les 1 euro-jobs.

Un mini-job est un travail payés 400-450 euros par mois, sans cotisation et donc sans assurance. Du coup, bon nombre d’employeurs ont massivement recours à ce type de contrat, qui leur permet de payer moins de charges sociales que pour un contrat d’emploi traditionnel. Selon les statistiques, plus de 7 millions d’Allemands auraient un mini-job ; un tiers d’entre eux le couplerait même avec un travail à temps plein afin de joindre les deux bouts. Ces contrats sont également accusés d’alimenter une « bombe à retardement » en condamnant les salariés, employés trop longtemps sous ce dispositif, à des retraites dérisoires et donc à la précarité une fois l’heure de la retraite sonnée.
Enfin, si dans un premier temps les Mini-jobs ont été créés pour permettre au chômeur de remettre un pied à l’étrier du marché de l’emploi, force est de constater que ceux-ci ne constituent que rarement un tremplin vers un contrat « classique » et que les travailleurs s’y embourbent quelque peu.

Les 1 euro-jobs sont tout aussi redoutés sinon plus… car là aussi, il est indispensable d’accepter le travail proposé si on ne veut pas perdre son droit aux allocations de chômage. Un 1 euro-job, c’est un travail, payé 1 euro de l’heure (parfois deux à l’heure actuelle), dans le secteur public ou dans le caritatif.

Il est à noter que si les chiffres du chômage allemand ont effectivement fortement baissé suite aux réformes Hartz, ces fameux chiffres ne reprennent que les chômeurs touchant l’ «Arbeitsolsengeld I» et ne tiennent pas compte des mini-jobber ou des 1 euro-jobbers qui ne sont plus considéré comme «chômeurs».

Jusqu’il y a peu, les Allemands disaient «Arbeiten» pour définir le fait de travailler, maintenant ils ont un nouveau verbe : «Hartzen», qui désigne lui le fait de vivre modestement, de divers petits boulots ou bien d’allocations…

Source : http://trends.levif.be/economie/actualite/politique-economique/il-ne-fait-pas-bon-etre-chomeur-en-allemagne/article-4000284980886.htm

La preuve en chiffres de l’indécence des grands patrons du CAC40 | ActuWiki

Et même avec ces chiffres, les Grands Patrons du CAC40 osent toujours pleurnicher sur la crise économique, les impôts excessifs et les charges sociales de l’emploi, il y a vraiment de quoi perdre complètement la tête … !!!

Mehdi BOUABID

11/04/2013

**************************************************************************************************

Juste un petit mot pour vous dire mon écœurement de voir dans le JDD du jour 98 grands patrons jouer les pleureuses et lancer un appel à payer moins pour gagner plus.

C’est assez comique je trouve, quand on sait que :

Voilà c’était juste ce petit coup de gueule avec des preuves factuelles que les grands patrons n’ont pas à se plaindre puisque ce sont eux et leurs groupes qui bénéficient le plus des largesses de 10 années de droite au pouvoir. Car au final, cet appel est une critique des 10 années d’UMP au pouvoir puisque le PS n’a pour l’instant rien modifié, n’ayant pas eu le temps, en 6 mois, de le faire.

Lire aussi : Les résultats des sociétés cotées au cac 40 par Ricol Lasteyrie (http://actuwiki.fr/eco/1135)

source : http://www.perdre-la-raison.com/

 

 

43 900 chômeurs supplémentaires en janvier – Egalite et Réconciliation

Chômage en France

Pôle emploi a recensé fin janvier 43 900 demandeurs d’emploi supplémentaires sans activité, dont 21 100 en raison d’un « effet statistique » dû à une réforme des radiations, portant leur nombre à 3,169 millions, proche du record de 1997 (3,19 millions), a annoncé mardi le ministère du Travail.

En incluant ceux exerçant une activité réduite, la hausse mensuelle est de 60 800 chômeurs, dont 24 000 en raison de la réforme des radiations, pour atteindre 4 680 200 personnes.

Comme chaque année, le ministère du Travail a par ailleurs revu l’ensemble de ses statistiques mensuelles depuis 1996. Il a réévalué le record absolu à 3 195 500 (au lieu de 3,205 millions) demandeurs d’emploi sans activité en janvier 1997 en métropole, un chiffre qui pourrait être atteint dans un ou deux mois.

Avec l’Outre-mer, 4,96 millions de personnes étaient inscrites sur les listes du service public de l’emploi, dont 3,42 millions sans activité.

« Corrigé de l ?effet de (la réforme des radiations), cette progression, inférieure à l’évolution moyenne constatée au second semestre 2012, était attendue et s’explique avant tout par le recul de l’activité fin 2012, dans le prolongement de la tendance à l’oeuvre depuis plus de 20 mois« , a réagi le ministère du Travail dans un communiqué.

L’entourage de Michel Sapin a par ailleurs réaffirmé à l’AFP qu’il n’y avait « pas de renoncement » et que l’objectif, affirmé à plusieurs reprises par François Hollande, était toujours d’inverser la course du chômage avant la fin de l’année ».

En janvier, les plus de 50 ans sont encore particulièrement touchés, avec une hausse de 1,8% des inscrits sans aucune activité (+16,8% sur un an).

Les chômeurs de longue durée étaient quant à eux près de 2 millions (+1,7% sur un mois, +13,4% sur un an), un record absolu.

Autres données alarmante s : la proportion de demandeurs d’emploi bénéficiaires du RSA et des allocations de solidarité. Selon les derniers chiffres, ils étaient respectivement plus de 754 000 (en incluant ceux exerçant une activité réduite) et de 386 000.

Parmi les motifs d’entrée à Pôle emploi, les fins de CDD arrivent toujours en tête, représentant 25,4% des nouveaux inscrits. Les licenciements économiques ne sont que de 2,6% des cas la cause de la perte d’emploi.

La région la plus touchée est toujours la Champagne-Ardenne, avec une hausse annuelle de 14,3% pour les demandeurs d’emploi sans activité.

Source : http://www.egaliteetreconciliation.fr/43-900-chomeurs-supplementaires-en-janvier-16658.html

POLE_EMPLOI_NEW_13-11

Créteil : un architecte se suicide devant le centre des impôts | ActuWiki

Ce père de famille s’est tiré une balle dans la tête après avoir laissé un mot à l’accueil du centre de Créteil. Il devait 26 000 € au fisc.

m1m5avw63573ruq

«Tous les jours, il recevait des recommandés, des courriers des impôts, il semblait criblé de dettes. » Dans cet immeuble cossu et tranquille de l’avenue du Général-Leclerc à Maisons-Alfort (Val-de-Marne), une voisine revoit les va-et-vient réguliers du facteur. Un peu plus tôt dans l’après-midi, hier vers 14h30, cet architecte de 55 ans s’est rendu au centre des impôts de Créteil et, dans la cour du bâtiment, s’est tiré une balle dans la tête avec un revolver calibre 38 chargé de six balles.

Il avait auparavant laissé un mot à une employée de l’accueil : « Vous avez voulu ma peau, vous l’avez. »

Il ne travaillait plus depuis des années

Selon des sources concordantes, l’homme, marié et père de deux adolescents, devait près de 26000 € au Trésor public. Le centre des impôts, qui abrite la Direction départementale des finances publiques, a fermé ses portes pour la journée et une cellule psychologique y a été mise en place. En fin d’après-midi, les employés sortaient au goutte-à-goutte du périmètre mis en place par la police : certains n’avaient « rien vu, rien entendu »; d’autres, comme Florence, venue faire une formation, avaient été mis au courant une heure après le drame. « On a souvent des gens agités qui se présentent à l’accueil, mais on n’avait jamais vu un tel drame. Apparemment, il a demandé à voir une employée en particulier, mais il n’a pas attendu longtemps. Il devait être vraiment désespéré. »

« « Je l’ai aperçu de loin et j’ai entendu une forte détonation », décrit Kevin, agent au service du courrier. Mes collègues de l’accueil sont choqués, voire traumatisés. » Une enquête « aux fins de recherche des causes de la mort » a été ouverte.

Des voisins de l’architecte-urbaniste qui s’est donné la mort, habitant de longue date non loin de chez lui, assurent qu’il ne travaillait plus depuis des années : « Pendant une période, il partait en province la semaine et revenait le week-end. Mais ça fait longtemps qu’il n’a plus de travail. Je le rencontrais souvent dans la journée. Il emmenait son fils au judo et s’occupait de l’intendance d’une partie de l’immeuble : dès qu’on avait un souci, on allait le voir. » Ce voisin décrit un homme gai lors de son emménagement dans les lieux il y a presque vingt ans, devenu triste au fil des ans, mais qui ne se laissait toutefois pas aller. Son adresse personnelle était aussi celle de son entreprise d’ingénierie et de bureau d’études. « Christian n’était pas bien, on essayait de l’aider. J’avais rendez-vous avec lui cet après-midi. J’ai attendu une heure et demie et puis je suis parti », affirme ce proche, dévasté par le drame.

Source : Le Parisien

http://actuwiki.fr/actu/13650

 

 

Un homme se disant chômeur en fin de droits tente de s’immoler par le feu | ActuWiki

Un homme se disant chômeur en fin de droits tente de s’immoler par le feu

Un homme de 49 ans se présentant comme un chômeur en fin de droits a été hospitalisé vendredi après avoir tenté de s’immoler par le feu en pleine rue à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), a-t-on appris auprès de la préfecture.

893517-1055365

Victime de brûlures aux premier et deuxième degrés au niveau des mains, du visage et du torse, il a été transporté à l’hôpital Saint-Louis à Paris, mais ses jours ne sont pas en danger, a précisé la préfecture.

La victime « s’est aspergée de liquide inflammable vendredi vers 10H30, à son domicile, avant de mettre le feu à ses vêtements au pied de son immeuble », situé à proximité d’une école primaire, a raconté la préfecture.

Des passants ont appelé les secours, qui sont rapidement intervenus pour éteindre le feu et le prendre en charge, a-t-on précisé.

« Il a expliqué son geste par sa situation » de chômeur en fin de droits, « mais cela doit être précisé », a indiqué la préfecture, qui fait également état de « problèmes de nature privée et familiaux ».

Ce drame intervient deux jours après le décès d’un chômeur en fin de droits à l’indemnisation, qui a mis fin à ses jours mercredi à Nantes en s’immolant par le feu devant l’agence Pôle Emploi de son domicile après s’être aspergé d’essence.

Le président François Hollande avait exprimé après ce drame « une émotion toute particulière », tout en écartant toute responsabilité du service public de l’emploi.

« Le service public de l’emploi a été, je crois, exemplaire, il n’est nul besoin d’aller chercher une responsabilité », a estimé M. Hollande, tout en jugeant que « quand se produit un drame, qui est un drame personnel, c’est aussi un questionnement à l’égard de toute la société ».

Source : le Figaro

Immolation

Man dies after setting himself on fire in front of French employment office — RT

Man dies after setting himself on fire in front of French employment office — RT.

Un homme s’est donné la mort en s’immolant par le feu devant une agence de Pôle emploi, mercredi à Nantes, après s’être aspergé d’essence. Il était arrivé en fin de droits et avait signalé son intention de passer à l’acte.

Immolation

A 43-year-old man has committed suicide by setting himself on fire in front of a French employment agency in the city of Nantes.

The man died from his wounds in front of the Pôle Emploi agency, Ouest France reported.

Earlier this week, the man sent two emails to local media, warning that he would set himself on fire after finding out that he was no longer eligible for unemployment benefits.

« Today is a big day for me because i am going to self-immolate in front of the employment agency, » one of the letters read.

He also said he would use five liters of gasoline to burn himself, according to local daily Presse Ocean.

Local police attempted to contact the man earlier Wednesday morning, but said he did not answer.

« A surveillance was set up today, close to the agency employment center. But this man came from a side street. He was already in flames and out of sight of police, » a local officer said.

Philippe Boat from CGT Chômeurs, a branch of the CGT trade union which fights for the rights of unemployed persons, told The Local that France’s benefits system is « inhumane » and its rules had caused the man’s break down.

« This man should have been given money by the Pôle Emploi because he had been working but the staff stuck to the rules and those rules caused this incident. They need to change, » he said. « The system is too complicated…the Pôle Emploi has cut relations with those seeking jobs. Everything is done on the phone or internet which excludes a lot of people, » Boat added.

The number of unemployed persons in France has risen steadily for the past 20 months, and could soon reach the record set in January 1997 of 3.2 million. French President Francois Hollande has vowed to stop the unemployment rate from rising by the end of 2013, and has declared this year « the great battle for jobs. »

http://rt.com/news/france-self-immolation-employment-134/