أنياب العم سام تتخلع … إحصائيات في مستوى الفقر في أمريكا .. !!!

Image
الدب الأمريكي الهائج بدأت تتخلع أنيابه و مخالبه, نعم, إنه الفقر اللذي بات ينخر الجسد الأمريكي من الداخل, قد يبدو الأمر صعبا على التصديق بالنسبة للبعض, لكن الفقر قد بلغ مستويات كارثية, لا مثيل لها منذ أزمة الأسهم عام 1929, رغم أن خبراء وول ستريت يتحدثون بسخاء كبير عن إرتفاع أداء الأسواق المالية اللذي بلغ مؤخرا أفضل مستوياته على الاطلاق, فإن عدد الأمريكيين الذين يعيشون في فقر مذقع قد وصل الآن إلى مستوى لم تشهده أمريكا منذ 1960, نعم،أرباح شركات الأسهم و الأبناك الخاصة و أبناك الإستثمار ترتفع بشكل قياسي، لكن في نفس الوقت يرتفع معها عدد من الأمريكيين اللذين يعيشون على
كوبونات الطعام.
إليكم بعض إحصائيات الأزمة الإقتصادية و آثارها عند العم سام :

 وفقا لمكتب الإحصاء الأميركي، ما يقرب من واحد من بين كل ستة أمريكيين يعيش الآن في وضع إقتصادي تحت خط الفقر. عدد الأمريكيين الذين يعيشون في هذه الوضعيةقد وصل إلى مستوى لم يشهده منذ عام 1960.

 وفقا لمكتب الإحصاء الأميركي، أكثر من 146 مليون أميركي هم حاليا إما « فقراء » أو « من ذوي الدخل المنخفض ».

 ما يقارب 20 في المئة من جميع الأطفال في الولايات المتحدة يعيشون في مستوى تحت خط الفقر، وهي نسبة أعلى اليوم مما كان عليه الحال في عام 1975.

 الفقر وصل إلى مستويات كارثية في المدن،حيث ما يقارب 29.2 في المئة من الأسر الأميركية (خاصة بين السود) تعيش في حالة متواصلة من إنعدام الأمن الغذائي.

 للمرة الأولى على الإطلاق، أكثر من مليون تلميذ في المدارس العامة في الولايات المتحدة لا مأوى لهم. وقد ارتفع هذا العدد بنسبة 57 في المئة منذ العام الدراسي 2006-2007.

 تشرد العائلات بأكملها في منطقة واشنطن العاصمة (واحدة من أغنى المناطق في البلد بأكمله) قد ارتفع 23 في المائة منذ بدء فترة الركود الأخيرة .

 نتيجة الفقر و البطالة, وصل التفتت العائلي حدودا كارثية, فما يقارب من واحد من بين كل ثلاثة أطفال في الولايات المتحدة  يعيش في منزل بدون أب.

 حوالي 40 في المئة من جميع العمال العاطلين عن العمل في أمريكا  يعانون حاليا من البطالة لمدة نصف سنة على الأقل.

 بلغ عدد الأمريكيين اللذين يعيشون على نظام المساعدات الغذائية المسمى طوابع أو كوبونات الغذاء رقما قياسيا هذا العام حيث يناهز 48 مليون نسمة, للتذكير عندما تولى باراك أوباما فترته الرئاسيةالأولى، لم يتجاوز هذا العدد حوالي 32 مليون نسمة.

المحللون الإقتصاديون باتوا يتساءلون الآن, هل يجوز لهم أن يقيسوا أداء الإقتصاد الأمريكي بالإعتماد على الأداء الكاذب لفقاعة سوق الأسهم التي تتضخم حاليا بواسطة سياسة طبع النقود المتهورة اللتي يعتمدها رئيس بنك الاحتياطي الفيدرالي في الولايات المتحدة بن برنانكي و المسماة سياسة التيسير الكمي, أم بالإعتماد على مستوى المعيشة لدى الطبقة الوسطى اللتي قاربت على الإندثار من المجتمع الأمريكي, فإذا نظرنا للوضع من هذه الناحية, فلا يوجد هناك ما يدعو للإطمئنان, فالفقر يشتد داخل المجتمع الأمريكي شهرا بعد شهر و الطبقة المتوسطة اللتي كانت تعتبر الدعامة الرئيسية للإقتصاد تستمر في الإنكماش, و تبعا للإحصائيات فإن الأمور ليست على ما يرام بالنسبة لمعظم الأميركيين, و خلال السنتين الماضيتين, عاش الإقتصاد الأمريكي على آمال إنتعاش كاذبة, إعتمدت بالأساس على إغراق الأسواق الأمريكية بكميات مهولة من الدين من طرف  بنك الإحتياطي الفيدرالي على أمل أن يسهم ذلك في إعادة الحياة لإقتصاد داخلي شبه ميت, و لسوء الحظ, لم يعد من الممكن أن تستمر هذه الفقاعة في التضخم, بل لقد بدأت بالفعل أولى بوادر الإنفجار في الظهور بتزايد مطرد في معدلات البطالة حسب الأرقام الأخيرة, مما يدل على أن الإقتصاد الأمريكي سيكون على موعد مع مستويات ركود أشد و أقوى.
يبدو أننا نشهد بالفعل نهاية عصر الهيمنة الأمريكية, إقتصاديا على الأقل …!!

مهدي بوعبيد
18/04/2013

Image

Greece Agrees to Give Up All of its Gold to Obtain Latest Bailout | Transmissions / La Grèce va céder tout son Or pour s’acquitter de ses dettes

La Grèce va céder tout son Or pour s’acquitter de ses dettes 

La plus grande opération de braquage et de vol de toute une nation, la Grèce pourrait céder tout son stock d’Or (quelques 111 Tonnes) pour s’acquitter de ses dettes, ceux parmi nous qui imaginent cette crise comme une série de conséquences inévitables doivent changer de réflexion, c’est un Hold-UP Gigantesque, une spoliation de richesses, un grand transfert de fortune des plus pauvres vers les poches de l’Oligarchie Financière et Bancaire, les banquiers continuent de nous voler en toute impunité, avec la protection des politiques, des juges et la manipulation des médias, pour résumer, La Grèce depuis quelques années maintenant passe pour le plus grand laboratoire à ciel ouvert de l’Oligarchie financière et bancaire, ils sont entrain d’expérimenter toutes les politiques de Spoliations, de vols et de détournement de richesse et de fortune sur les citoyens de ce pauvre pays, afin de les implémenter ensuite dans le reste de l’Europe et du monde, les banquiers et ceux qui les contrôlent, savent très bien que les monnaies (Euros, Dollar surtout) ne valent plus rien, pas plus que les billets de Monopoly, les banques centrales ne pouvant plus faire face à une récession qu’ils ne contrôlent plus et sachant très bien que la croissance n’est plus d’actualité, même pour les chinois, alors tout ce qu’ils font maintenant c’est l’impression et l’émission de billets, que ce soit au niveau de la banque centrale Européenne ou la Réserve Fédérale Américaine, ils injectent ensuite cet argent dans le circuit économique à travers les banques en espérant que cela va relancer les économies, alors que cet argent ne circule pas dans le circuit économique et se limite à tourner entre les banques centrales et les banques d’investissement, alors en conséquence directe de tout ça, et comme ils savent que la planche à billet finira par causer une vague d’Hyperinflation incontrôlable, ils se ruent tous sur la seule valeur immuable, l’OR, ils essaient d’en récupérer un maximum et là tout les moyens sont bons, même la spoliation et de le vol de pays tout entiers, et c’est de là qu’a commencé le Gold Rush ou le Bankrun sur l’Or autour du monde, en résumé, ce qui se passe en Grèce, se répétera dans d’autres pays Européens, le Portugal, l’Espagne, l’Italie, l’Irlande et même la France n’y échappera pas …. !!!!!

Mehdi BOUABID

11/03/2013 

Gold Run

**********************************************************************************************************************************************************

IMG_0015aga (1)

The devil is in the details.  In this case, the details require Greece to give up all 111 tonnes of its gold in exchange for the latest bailout.  Which means that should Greece ever decide to do what they should have done in May 2010 and default on the banksters, they will now be SOL as far as international trade is concerned.
As far as the banksters are concerned, Greece with its 111 tonnes of gold are merely a practice run for the main event: Portugal with 382.5 tonnes of gold, France with 2,435.4 tonnes of gold and Italy with 2,451.8 tonnes of gold.

But down there in the small print of the Greek deal lies the nasty side for Greece. There lies a heavy penalty clause; Greece’s lenders will have the right to seize the gold reserves in the Bank of Greece under the terms of the new deal. Greece has 111 tonnes of gold. In other words Greece has given up on its “money in extremis”, gold. If they default they will have nowhere else to go.
Its international assets will be seized and it will not be able to trade internationally at all.
Today we are watching both Iran and the Sudan use their gold to buy food for their country as they have nowhere else and nothing else to get it with. Under the terms of this new deal Greece has effectively forfeited that last resort. And if they wanted to pull a last card from the pack by insisting on a Greek jurisdiction for any final arbitration, they have forfeited that too, by agreeing that future bonds issued will be governed by English law and in Luxembourg courts, conditions more favorable to creditors.
The option of leaving the Eurozone and surviving independently has now gone. If they do default [and many think the shrinking economy will force them down that road] they will have to accept whatever terms they can scrape together from the E.U. in order to survive! Greece is now a colony of the E.U. not a member!

Source : Silver Doctors / http://transmissionsmedia.com/greece-agrees-to-give-up-all-of-its-gold-to-obtain-latest-bailout/ 

Greece Flag

Le Mexique veut impérativement auditer ses réserves d’Or stockées à la Banque d’Angleterre … !!!| SilverDoctors.com

L’Or, tout le monde en parle, tout le monde en cherche, il est maintenant question de Souveraineté pour les pays, le navire économique est entrain de chavirer et les issues possibles se réduisent à la garantie des véritables richesses, les métaux précieux et non les billets de banques qui très bientôt ne serviront à rien …. l’impact est de plus en plus imminent et on va tous rigoler bien comme il faut … et le Spectacle va être édifiant …..!!!!

Le Mexique veut impérativement auditer ses réserves d’Or stockées à la Banque d’Angleterre … !!!

Mehdi BOUABID

***********************************************************************************************************************************************************

 

mexico_flag_map

MEXICO’S FEDERAL AUDIT DEMANDS PHYSICAL INSPECTION OF SOVEREIGN GOLD HOLDINGS HELD AT BOE!

*BREAKING
Guest Post, by Guillermo Barba

Today we have an exclusive note on this blog: the Mexican Superior Audit of the Federation (“ASF” in Spanish), in its Report of Supreme Audit Results of the 2011 Public Account” delivered last week to the Chamber of Deputies, gave a stern “recommendation” to the Bank of Mexico (Banxico) to audit the Bank of Mexico’s gold reserves held in London at the Bank of England.

The reason is one of the most important issues we have addressed here: the gold reserves of Mexico.
As you may recall, last year we informed that after four months of legal wrangling with Banxico, it was forced to give us the information about the supposed physical location of Mexico’s sovereign gold holdings.  In the disclosure, we discovered that 95 percent of the Mexican gold reserves (about 125 tonnes) were abroad, and almost all (99%), in London, England.The ASF has determined that Mexico should “make a physical inspection with the counterparty that has the gold under its custody, in order to be able to verify and validate its physical wholeness and thecompliance with the terms and conditions of dealing with this Asset…” It was verified by the ASF that this has never been done by Banxico.
Well, the ASF documented the purchase of 100 tonnes of gold that was made in 2011, for a total of 4,543 million dollars.
In its report, the ASF says that a confirmation of the operation was made with the counterparty, but also “found that Banxico has not conducted physical inspections to gold to verify compliance with the terms of acquisition and the conditions regarding its storage, in order to be certain of the physical custody of this asset.” Our emphasis.
Moreover, the central bank only has documents which establish the terms and conditions, the dates of the transactions and payment vouchers. That’s all.
In other words, Banxico invested 4.5 billion dollars and released the money without making any confirmation of the existence of the gold purchased, or of the location of the vaults where the gold bars were supposed to be held. Mere “paper gold”.
The ASF states that the Central Bank gave them some arguments on why they did not consider any verification as necessary, and assured them that the gold reserves were under the custody of “a prestigious financial institution”. It seems that Banxico has a “blind faith” regarding such an institution.
According to the report, the Bank of Mexico said that the metal seller “only” offers services to other central banks and monetary authorities, and “places gold in custody in a bank of the United Kingdom” who “sets strict standards for weight and purity which gold bars must meet, in order to be received  under custody.” Almost a religious act for Banxico.
In this blog it’s been documented that this custodian is none other than the famous Bank of England, which is supposed to provide its services on an “allocated basis”. That is, that customers have, or should have, a list of every ingot owned with serial number and stamped certifications of purity.
Banxico has none of these lists. Last year it could not answer a single question made by this journalist, through a legal “Request for Information”, about the number of bars that make up the Mexican gold reserves. The central bank only said that “due to the variability of the content of gold in the bars, it is not possible to specify with certainty the exact number of bars purchased.” Oops!
All this makes us wonder if Banxico is really complying with the mandate of Section I of Article 19 of the Bank of Mexico Act: that the reserve shall be composed of “The currencies and gold owned by the Central Bank, free of all liens and whose availability is not subject to any restriction”.
Is there no restriction on gold bullion that has not even been proved to exist? Isn´t Banxico breaking its own law?
The institution headed by Agustin Carstens wished to be excused for this irregularity, and reported that it is a common practice to perform such operations, and that an inspection such as that recommended by the ASF would have a“significant cost”.
Nevertheless, the ASF has insisted under its official “recommendation” number 11-0-98001-02-0154-01-001 (they made only two recommendations, and this was the first): Bank of Mexico should “make a physical inspection with the counterparty that has the gold under its custody, in order to be able to verify and validate its physical wholeness and thecompliance with the terms and conditions of dealing with this Asset…” It was verified by the ASF that this has never been done by Banxico.
No doubt. This is very delicate and Banxico has gotten into this problem unnecessarily.
Therefore it is important for Dr. Carstens to stop being evasive and decide not only to verify our gold but to order its complete repatriation to the country. It would not be the first nation to do so.
This is the very same story that Germany lived just months ago.
There, the German court of auditors (Bundesrechnungshof) demanded also in 2012 that the Bundesbank undertake an audit of its gold reserves.
By the way, a German parliamentarian, Philipp Missfelder, wished to inspect the German gold bars held at the N.Y. Fed, and the N.Y. Fed could not, or did not wish to, tell him which bars belonged to the Germans.
In Mexico we need to bring home all our gold. These ingots are national treasures and we should claim them as an act of sovereignty. There is no reason for them to remain abroad.
Instead of selling our golden reserves, as Banxico has been doing for several months now, it should take this buying opportunity to acquire much more. In this blog, we’ll be informing in the weeks to come if these gold bars have been located in our Mexican territory, England or NY.

Meanwhile, we have to remember that this global financial crisis is far from over, and that it is essential for us to have “in hand” the small gold shield we decided to buy. Not doing so means that we are unnecessarily exposed to expropriation and the real possibility of waking up tomorrow with a “hang over”, after a “dream of gold”.

Originally Posted at Guillermo Barba’s blog

Source : http://www.silverdoctors.com/mexicos-federal-audit-demands-physical-inspection-of-sovereign-gold-holdings-held-at-boe/

 

lingots-11

Créteil : un architecte se suicide devant le centre des impôts | ActuWiki

Ce père de famille s’est tiré une balle dans la tête après avoir laissé un mot à l’accueil du centre de Créteil. Il devait 26 000 € au fisc.

m1m5avw63573ruq

«Tous les jours, il recevait des recommandés, des courriers des impôts, il semblait criblé de dettes. » Dans cet immeuble cossu et tranquille de l’avenue du Général-Leclerc à Maisons-Alfort (Val-de-Marne), une voisine revoit les va-et-vient réguliers du facteur. Un peu plus tôt dans l’après-midi, hier vers 14h30, cet architecte de 55 ans s’est rendu au centre des impôts de Créteil et, dans la cour du bâtiment, s’est tiré une balle dans la tête avec un revolver calibre 38 chargé de six balles.

Il avait auparavant laissé un mot à une employée de l’accueil : « Vous avez voulu ma peau, vous l’avez. »

Il ne travaillait plus depuis des années

Selon des sources concordantes, l’homme, marié et père de deux adolescents, devait près de 26000 € au Trésor public. Le centre des impôts, qui abrite la Direction départementale des finances publiques, a fermé ses portes pour la journée et une cellule psychologique y a été mise en place. En fin d’après-midi, les employés sortaient au goutte-à-goutte du périmètre mis en place par la police : certains n’avaient « rien vu, rien entendu »; d’autres, comme Florence, venue faire une formation, avaient été mis au courant une heure après le drame. « On a souvent des gens agités qui se présentent à l’accueil, mais on n’avait jamais vu un tel drame. Apparemment, il a demandé à voir une employée en particulier, mais il n’a pas attendu longtemps. Il devait être vraiment désespéré. »

« « Je l’ai aperçu de loin et j’ai entendu une forte détonation », décrit Kevin, agent au service du courrier. Mes collègues de l’accueil sont choqués, voire traumatisés. » Une enquête « aux fins de recherche des causes de la mort » a été ouverte.

Des voisins de l’architecte-urbaniste qui s’est donné la mort, habitant de longue date non loin de chez lui, assurent qu’il ne travaillait plus depuis des années : « Pendant une période, il partait en province la semaine et revenait le week-end. Mais ça fait longtemps qu’il n’a plus de travail. Je le rencontrais souvent dans la journée. Il emmenait son fils au judo et s’occupait de l’intendance d’une partie de l’immeuble : dès qu’on avait un souci, on allait le voir. » Ce voisin décrit un homme gai lors de son emménagement dans les lieux il y a presque vingt ans, devenu triste au fil des ans, mais qui ne se laissait toutefois pas aller. Son adresse personnelle était aussi celle de son entreprise d’ingénierie et de bureau d’études. « Christian n’était pas bien, on essayait de l’aider. J’avais rendez-vous avec lui cet après-midi. J’ai attendu une heure et demie et puis je suis parti », affirme ce proche, dévasté par le drame.

Source : Le Parisien

http://actuwiki.fr/actu/13650

 

 

40% des grecs n’ont plus de revenu disponible – WikiStrike.com

40% des grecs n’ont plus de revenu disponible – WikiStrike.com.

40% des grecs n’ont plus de revenu disponible

People reach out to take fruits and vegetables distributed for free by farmers during a protest against high production costs outside the Agriculture Ministry in Athens

Zerohedge rapporte que 4 grecs sur 10 (40%) n’ont plus de revenu disponible après avoir couvert leurs besoins de base, ce qui est le taux le plus élevé jamais enregistré et un record en Europe pour la période octobre/Décembre 2012.

Un an plus tôt, au quatrième trimestre, ce taux atteignait 34%, et en 2010, il était à « seulement » 25%.

Les choses ne peuvent donc que s’améliorer… à moins qu’elles empirent  

C’est le résultat d’une étude intéressante des affaires scolaires qui a souhaité retracer la réalité socio-économique de l’effondrement grec.

Le même rapport de Nielsen révèle que les grecs sont les consommateurs les plus pessimistes au monde avec un indice à seulement 35 points au dernier trimestre 2012 sur 58 pays sondés, soit 11 points de moins qu’à la même période l’an passé.

Plus de loisirs, plus de vacances, plus d’achats de vêtements, plus rien… les grecs s’enfoncent dans la pauvreté. Et que vivent les banksters…

Alexander Doyle pour WikiStrike

http://www.wikistrike.com/article-40-des-grecs-n-ont-plus-de-revenu-disponible-115334718.html

Merde aux banquiers! | Le Devoir

Merde aux banquiers! | Le Devoir.

Le jugement de cour est passé presque inaperçu, la semaine dernière. Mais il est de taille. Selon un tribunal de l’Association européenne de libre-échange, l’Islande avait le droit, lorsque ses banques se sont effondrées en 2008, de refuser de rembourser ses épargnants étrangers.

Ce jugement répond à une question cruciale : l’argent public doit-il sauver ou non des banques en faillite ? Après la chute de la première banque privée du pays, Landsbanki, l’Islande avait dû nationaliser en catastrophe son système bancaire. Par la suite, décision avait été prise – les politiciens se voyant un peu forcés par un peuple en colère et des référendums sans équivoque – de dire « merde » aux banquiers… et par la même occasion à leurs victimes étrangères.

 

***

 

L’Islande, c’est ce minuscule pays insulaire (325 000 habitants) qui, dès 2008 et avant tous les autres, a connu les affres de la crise économique et financière. Au cours des années 2000, et jusqu’à ce fatidique automne 2008, une gigantesque bulle s’était formée dans ce pays.

 

Quelques banques de Reykjavik avaient réussi à attirer, de façon plus ou moins honnête, les économies et les investissements de sociétés et d’épargnants étrangers, la plupart britanniques et hollandais, qui étaient venus alléchés par des taux d’intérêt extraordinaires.

 

Dans les magouilles de ces fastes années, beaucoup d’Islandais avaient trouvé leur compte. Avant leur « divine colère » de 2008-2009, ils avaient longtemps fermé les yeux sur les manoeuvres lucratives des Icesave et autres Landbanski, entreprises financières dirigées par des chefs hautement « créatifs » dans leur recherche de débouchés internationaux.

 

Fin 2007, l’ONU rapportait qu’avec un produit intérieur brut de 40 000 euros par habitant, les Islandais jouissaient du niveau de vie le plus élevé du monde. Chômage inexistant, dette minime, croissance annuelle de 5 %. Avec un secteur bancaire envahissant qui avait supplanté les activités traditionnelles du pays (pêche).

 

Fin 2008, la bulle éclatait. Les banques faisaient faillite, laissant des dettes équivalant à plusieurs centaines de milliers de dollars par habitant… et le niveau de vie s’effondrait de près de 20 % en quelques mois.

 

***

 

Il y a quelques jours sur Al-Jazeera anglais, en provenance de Davos, on pouvait voir une interview d’Olafur Ragnar Grimsson, président islandais réélu pour un quatrième mandat en juin 2012 (notamment parce qu’il a pris la part « du peuple » dans ce scandale bancaire).

 

Extrait de cette entrevue du président Grimsson : « Pourquoi considère-t-on que les banques sont les saintes chapelles de l’économie moderne ? La théorie que vous devez payer pour sauver les banques, selon laquelle les banquiers peuvent jouir de leurs propres bénéfices et de leur succès, mais que ce sont les gens ordinaires qui doivent payer pour leurs échecs, au moyen des impôts et de l’austérité… cette théorie, eh bien, les gens ne l’accepteront pas sur le long terme, dans des démocraties éclairées. »

 

On ne saurait mieux critiquer la doctrine de l’austérité, appliquée scrupuleusement par des pays comme la Lettonie (5,5 % de chômage avant la crise, 14 % aujourd’hui), le Royaume-Uni ou l’Irlande, régulièrement cités en exemple par les tenants de la rigueur fiscale. L’Irlande qui a connu vers la même époque des malheurs similaires, mais qui – à la différence de l’Islande – a remboursé scrupuleusement les créanciers étrangers, augmentant la dette nationale de façon astronomique… L’Irlande dont le taux de chômage, début 2013, reste aux alentours de 15 %.

 

Et l’Islande en 2013 ? Le pays des Vikings n’a pas seulement dit « merde » aux banquiers véreux. L’État islandais a refusé de suivre les doctes conseils des spécialistes de Londres et de Bruxelles ; il n’a pas fait de la réduction du déficit et des privilèges des banques une priorité absolue ; il a même défié le droit européen. Il a dévalué radicalement sa monnaie (oui, ce petit pays farouchement indépendant dispose toujours de sa devise), et ne s’en trouve que mieux aujourd’hui.

 

Le niveau de vie des Islandais a certes baissé : les week-ends à Paris sont plus rares, les importations de luxe également. Mais le chômage est retombé sous les 8 %, et après l’épouvantable purge de 2008-2009, la croissance a repris à 3 ou 4 % par an. Le pays, au contraire de tous les voisins qui ont traversé des épreuves semblables, est résolument sur la voie de la récupération totale.

 

Et s’il y avait une autre façon de faire face à la crise ?

***

François Brousseau est chroniqueur d’information internationale à Radio-Canada. On peut l’entendre tous les jours à l’émission Désautels à la Première Chaîne radio.

Iceland Crise en Islande

Bankrun sur l’or physique – Egalite et Réconciliation

Bankrun sur l’or physique – Egalite et Réconciliation.

Après les Allemands, ce sont les Suisses qui veulent rapatrier leur Or … serait-ce le début de crash de la confiance Or-Monnaie imposée par le système bancaire et financier … ???!!

La Suisse s’apprêterait à rapatrier son or à son tour

Cette fois ci c’est la Suisse qui est concernée avec le mouvement « The Swiss Gold Initiative » lancé par 4 membres du parlement Suisse en mars 2012, mouvement qui exige le rapatriement de l’or détenu par la banque nationale Suisse (source).

90 000 personnes soutiennent ce mouvement, or dés qu’il atteindra 100 000 personnes, le parlement Suisse devra organiser un référendum.

Ce mouvement affirme que les Suisses devraient avoir le droit de donner leur avis sur 3 points :

- le fait de garder les stocks d’or de la nation en Suisse ;

- de pouvoir empêcher la banque nationale Suisse de vendre tout ou partie des réserves d’or du pays ;

- d’imposer à la banque nationale Suisse de détenir au minimum 20 % des réserves en or physique.

Pour le moment la banque nationale Suisse n’a pas souhaité révéler ou se situent les stocks d’or du pays mais ce mouvement, dès qu’il atteindra les 100 000 personnes, l’y obligera certainement.

Nous parlons ici de 1040 tonnes d’or physique…

Les États n’ont visiblement plus confiance dans les banques centrales (New York Fed et Banque centrale d’Angleterre), censées détenir l’or physique pour le compte de nombreux États.

On comprend pourquoi quand on s’aperçoit que l’Allemagne mettra 7 ans à récupérer de la FED de New York, de la Banque centrale d’Angleterre et la Banque de France, ce qui ne représente qu’une petite partie de la totalité de son stock d’or.

Comment est il possible que 7 ans soient nécessaire pour expédier le stock d’or de l’Allemagne ?

L’or n’y est peut être tout simplement plus, comme l’affirme le GATA, prêté aux banques d’affaires et vendu sur les marchés pour maintenir les cours sous pression et sauvegarder encore un temps la confiance dans le système monétaire d’argent « papier » non convertible.

Si l’or n’y est plus (tout ou partie) d’où viendra t-il ? Peut-être qu’un début de réponse se trouve dans l’intervention commune de la France et des USA au Mali, le pays d’Afrique le plus riche en or ? Timing troublant au demeurant…

Fabrice Drouin Ristori

lingots-11

» Attaque de la finance

» Attaque de la finance.

Attaque de la finance

Monsieur Dupond, après une longue carrière d’exploitation capitaliste, a réussi à se constituer une épargne pour améliorer l’ordinaire une fois l’âge légal de la retraite passé ou, le cas échéant, pour survivre des fois que l’État ait fait faillite d’ici-là. Comme il est patriote, Monsieur Dupond décide d’aider l’État français à se financer en plaçant ces économies sur l’OAT 2,25% 25 octobre 2022, obligation émise pour de vrai le 31 octobre dernier [1].

Il faut dire que des emprunts d’État, il y en a. C’est la maladie classique des social-démocraties : elles sont en permanence tiraillées entre une cette part de leur électorat qui réclame des services publics gratuits (i.e. financés par l’impôt) et ceux de leurs électeurs qui rechignent à raquer pour les autres. Du coup, afin d’assurer la réélection de l’équipe en place et une fois les trésors du génie fiscal épuisés, la social-démocratie se met à créer des dettes. Mieux encore, elle a même trouvé un moyen de justifier scientifiquement ses penchants clientélistes grâce à John Maynard Keynes : créer du déficit et de la dette, c’est une politique de croissance ™ et donc, c’est bien ; gérer son budget sainement, c’est de l’austérité ™ et donc, c’est mal.

Bref. Le 31 octobre 2012, Monsieur Dupond achète pour 100 euros (multipliez ce chiffre et les suivants comme bon vous semble) d’OAT 2,25% 25 octobre 2022 en vertu de quoi, l’État s’engage à lui verser 2,25 euros d’intérêts par an pour chacune des 10 prochaines années et à lui rembourser ses 100 euros en octobre 2022. Naturellement, ces intérêts seront fiscalisés soit au taux du prélèvement libératoire de 24%, soit au barème progressif de l’impôt sur le revenu et devront également être amputés de 15,5% de prélèvements sociaux : ce qui signifie que l’État pourrait récupérer jusqu’à 39,5% des intérêts qu’il paye à Monsieur Dupondvia son administration fiscale.

Il est important de noter qu’à ce stade, du point de vue de l’État, l’opération est définitivement bouclée : quoiqu’il arrive, il dispose désormais de 100 euros qui lui coûteront 1,36 euros par an (2,25 euros d’intérêts dont il récupère 89 centimes sous forme de taxes) et qu’il devra rembourser à Monsieur Dupond en octobre 2022 [2].

Évidemment, dix ans c’est long et il est tout à fait possible que Monsieur Dupond ait finalement besoin de son argent entre temps. Fort heureusement pour lui, les obligations ont ceci de pratique qu’elles se revendre au marché de l’occasion – i.e. le marché secondaire par opposition au marché primaire sur lequel Monsieur Dupond a prêté de l’argent à l’État. Tous le problème est de savoir à quel prix.

Par exemple, en octobre 2015, notre obligation à 10 ans sera devenue une obligation à 7 ans et il est tout à fait possible que le niveau des taux d’intérêt à 7 ans à cette date ne soit pas de 2,25% mais de 3%. Du coup, pour refourguer son obligation, Monsieur Dupond sera obligé de baisser son prix de vente de manière à ce que les 2,25 euros d’intérêts annuels payés par l’État permettent à l’acquéreur d’obtenir un rendement de 3% (sinon, bien sûr, il ira voir ailleurs). En l’occurrence, Monsieur Dupond devra vendre son obligation à 95,3 euros et donc subir une perte en capital de 4,7%.

Naturellement, le raisonnement symétrique est également vrai : si, en octobre 2015, Monsieur Dupond cherche à revendre son obligation alors que les taux à 7 ans sont à 1,5%, il réalisera une plus-value d’environ 5 euros par rapport à ses 100 euros initiaux (et devra au passage s’acquitter de 34,5% d’impôts sur ce montant). De ce qui précède, le lecteur est invité à retenir deux choses. Règle numéro 1 : d’une manière générale, dire que les taux des obligations montent est strictement équivalent à dire que leur prix baisse (et inversement) ; c’est le même phénomène vue d’un angle différent. Règle numéro 2 : du point de vue du débiteur – ici l’État – rien ne change ; que les taux ou les prix montent ou baissent, il continue à payer ce qui était prévu au départ.

Or, voilà qu’en octobre 2015, le gouvernement français s’apprête à clôturer son 40ème exercice fiscal en déficit d’affilée. Les caisses sont vides, les entreprises et les contribuables mettent la clé sous la porte ou fuient vers des cieux plus cléments, le chômage et les prestations publiques qu’il implique explosent… Bref, l’État français est en quasi-faillite : on ne sait pas encore s’il répudiera unilatéralement tout ou partie de sa dette ou s’il se contentera de revenir au franc pour le dévaluer (et donc rembourser en monnaie de singe, ce qui revient au même) ; ce qui semble de plus en plus probable, c’est que les créanciers de l’État risquent de passer à l’essoreuse.

Du point de vue de Monsieur Dupond, naturellement, c’est un gros problème : non seulement il pressent que sa retraite par répartition a déjà été répartie dans d’autres poches que les siennes mais, en plus, il comprend parfaitement que les fameux marchés financiers, c’est lui. Monsieur Dupond a beau faire habituellement preuve d’un flegme à toute épreuve, les hurlements de panique de Madame Dupond ne l’y aident pas. Alors Monsieur Dupond cherche à vendre son obligation ; quitte à la brader, quitte à perdre la moitié de ses économies : il préfère ça à la ruine totale.

Seulement voilà, la situation financière de l’État n’est un secret pour personne et déjà, les créanciers – la caisse de retraite de Monsieur Durand, la compagnie d’assurance qui gère le contrat d’assurance-vie de Monsieur Michel, le fonds d’investissement sur lequel Monsieur Leblanc a placé son épargne – se précipitent pour se débarrasser de leurs titres. Du coup, les prix s’effondrent et les taux s’envolent. C’est à ce stade que la cavalerie des agences de notation, toujours en retard de trois plombes depuis qu’elle est devenue une annexe du régulateur, arrive et dégrade la note souveraine de la France. Bien sûr, personne ne les croit mais les quelques investisseurs qui n’avaient pas encore cédé à la panique se voient maintenant contraints par la loi de liquider leurs positions.

Sur le marché obligataire, c’est O.K. Coral. Les derniers investisseurs craquent et réalisent des pertes énormes en cédant leurs obligations alors que seuls quelques hedge funds acceptent encore de les racheter à des prix dérisoires. Plusieurs compagnies d’assurance ont déjà fait faillite et la plupart des régimes de retraite complémentaire sont aux abois tandis que plus aucune entreprise française – sans parler des banques – n’arrive à emprunter un centime sur les marchés.

Alors que Monsieur Dupond réalise à peine qu’une vie de travail vient de partir en fumée, les politiciens, dûment relayés par les médias, défilent devant les caméras de télévision pour expliquer à quel point cette « attaque contre la France » est intolérable, pour dénoncer l’action nuisible des « spéculateurs », pour vouer aux gémonies la « finance folle, mondialisée et dérégulée. » Mais rassurez-vous : ce scénario apocalyptique n’est que pure fiction.

> le blog de Georges Kaplan

 

L’ONU annonce une crise alimentaire mondiale pour 2013 – AgoraVox le média citoyen

L’ONU annonce une crise alimentaire mondiale pour 2013 – AgoraVox le média citoyen.

L’ONU annonce une crise alimentaire mondiale pour 2013

Et pourtant, le domaine de l’agriculture ne s’est jamais mieux porté qu’en cette année, il n’y a jamais eu autant de terres cultivés mais la spéculation sur les produits alimentaire bat son train depuis que le marché financier a pris un sale coups à causes des produits financiers dérivés toxiques comme les Credt default Swap, les Hedge Funds et les banques d’investissement comme la Goldman Sachs se sont mis sur ce marché juteux et se remplissent les poches à notre insu en spéculant sur les produits alimentaires … !!!

 L’ONU met en garde la communauté internationale contre l’imminence d’une crise alimentaire globale pour l’an prochain qui commence dans… un mois ! The Guardian est le premier quotidien britannique a divulguer l’atterrante nouvelle. Cette famine sera induite par un indice incontournable, celui des réserves mondiales de céréales qui ont atteint des niveaux de production dangereusement bas.

Une crise dans la crise, la famine pour certains, la déroute pour d’autres, la spéculation pour quelques-uns : c’est bien le début de la vie invivable qui sera celle d’une humanité trop nombreuse sur une planète exsangue et soumise au chaos climatique. 2050 : il y aura plus à souffrir qu’à choisir.

La sécheresse qui a sévi cet été aux Etats-Unis – la pire depuis plus d’un demi-siècle – n’est pas étrangère à la menace de prochaines restrictions alimentaires, lesquelles feront les choux gras des maîtres chanteurs de la finance en matière d’opportunisme et de spéculation. Cette sécheresse nord-américaine et le grave déficit en pluies qui a touché la Russie et toute la région de la mer Noire ont déjà favorisé un emballement des cours du maïs et du soja. Cette hausse des denrées alimentaires de première nécessité engendrera très probablement des troubles et des conflits armés dans plusieurs contrées du monde, celles les plus sensibles en matière de souveraineté alimentaire, avertit encore l’’ONU.

« Les réserves mondiales de céréales sont si dangereusement basses que les phénomènes météorologiques les plus extrêmes des États-Unis ou d’autres pays exportateurs d’aliments pourraient déclencher une crise alimentaire majeure au cours de l’année prochaine ». Ce niveau n’avait jamais été aussi bas depuis 1974, a indiqué Abdolreza Abbassian, économiste senior de la FAO, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture.

« Nous avons moins produit que ce que nous consommons. C’est pourquoi les stocks sont en cours diminuent ». « Les approvisionnements et les réserves à travers le monde sont à un niveau très bas, ce qui ne laissera aucune place pour les imprévus l’année prochaine », a déclaré encore Abdolreza Abbassian. Par ailleurs, la FAO avertit qu’en 2012, plus de 870 millions de personnes ont souffert de la faim dans le Monde. Au Moyen Orient et en Afrique, la crise alimentaire s’est déjà aggravée considérablement.

Selon l’avis éclairé de Lester Brown, président du Earth Policy Institute : « On ne peut plus se fier au climat et la demande en nourriture croît tellement vite que la rupture est inévitable, à moins que des mesures urgentes ne soient prises immédiatement » ; « Les pénuries alimentaires ont détruit des civilisations antérieures. Nous sommes sur la même voie. Chaque pays devra maintenant se débrouiller par lui-même. Le monde vit chaque année comme s’il s’agissait de la dernière », écrit Lester Brown dans son nouveau livre « Full Planet, Empty Plates ».

]


Encore une fois et sur un taux plus prononcé, le monde a vécu à crédit comme si la planète était rechargeable et comme si nous pouvions surexploiter les ressources sur un taux usuraire. En effet et pour la sixième fois en onze ans, le monde a encore consommé plus d’aliments qu’il n’en a produit, principalement en raison des conditions météorologiques extrêmes qui ont sévi dans les grands pays exportateurs d’aliments. Oxfam a déclaré la semaine dernière que les prix des denrées de base, notamment le blé et le maïs, pourraient doubler dans les vingt prochaines années, entraînant des conséquences désastreuses pour les populations surnuméraires et démunies qui consacrent la part la plus importante de leurs revenus au budget alimentaire.

« Nous entrons dans une nouvelle ère de hausse continue des prix alimentaires et la faim dans le monde va se propager ». « La géopolitique de la nourriture éclipse maintenant la géopolitique du pétrole », explique encore Brown qui conclut de la sorte : « Les menaces les plus urgentes de ce siècle sont le changement climatique, la croissance démographique, la pénurie d’eau et la hausse des prix des aliments ».

Selon Jean Ziegler, vice-président du Comité des Droits de l’Homme des Nations unies, tel est le terrible portrait de la faim dans le monde : un enfant meurt de faim toutes les cinq secondes ; ce sont au total 57 000 personnes qui meurent de sous-alimentation chaque jour ; il y a aujourd’hui un milliard d’êtres humains qui souffrent de ce mal ; sur les 70 millions de personnes qui meurent chaque année, 28 millions, soit près de la moitié, décèdent de la faim ou de ses complications ; le continent asiatique est le plus concerné en terme de quantité : 650 millions de personnes sont touchées par la faim ; en Inde, 450 millions d’habitants sont gravement sous alimentés sur 1,3 milliard d’habitants ; en terme de proportion à la population, c’est l’Afrique qui est le plus atteint par ce mal avec 37,2 % de la population continentale.
Cette situation s’explique par le système capitaliste qui régit le monde. La spéculation sur les produits de bases (riz, blé et maïs) dans les bourses agricoles fait grimper leurs prix, jusqu’à 61 % pour le maïs et 93 % pour le riz. Au final, les spéculateurs font des profits astronomiques et les plus démunis ne peuvent plus se procurer ces produits, devenus trop onéreux.

Pour limiter les dégâts et jouer les prolongations d’une humanité déjà victime de sa surpopulation, il faudrait mettre un terme au dumping agricole, abolir la dette extérieure et interdire la spéculation sur les produits de base.

Tout au contraire et depuis ces derniers temps, des firmes transnationales investissent dans les pays les plus pauvres en privant les paysans des terres fertiles qui sont celles de l’agriculture vivrière, donc d’une certaine indépendance alimentaire familiale.

Au vu de ce qui nous attend, il n’est pas exagéré de penser que la meilleure façon d’aimer les enfants est désormais de ne plus en faire.

http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/l-onu-annonce-une-crise-125798

Divided States of America: The Mother of all Austerity Measures – SPIEGEL ONLINE

Divided States of America: The Mother of all Austerity Measures – SPIEGEL ONLINE.

Divided States of AmericaNotes on the Decline of a Great Nation

By SPIEGEL Staff

REUTERS

Part 4: The Mother of all Austerity Measures

In the 2012 campaign, many Americans have realized for the first time that the US’s role as a global power is no longer uncontested, something the Republicans blame on their enemy Obama, arguing that he hasn’t been aggressive enough in places like Libya, Syria and Iran. « We can neither retreat from the world nor try to bully it into submission, » he said before coming into office, a statement that Republicans interpret as a sign of weakness, a conviction they feel is only reinforced by the military withdrawals during Obama’s term.

Obama wanted to withdraw US troops from Iraq and, by 2014, from Afghanistan, but he also had no choice. Both cost considerations and the dramatic failure of both operations spoke in favor of withdrawals. Contrary to what many a global strategist at the Pentagon may have envisioned, Iraq has not turned into a nucleus for new democracies in the Arab world. Instead, the country continues to stagnate today as a new dictatorship in disguise, and it remains plagued by terrible bombing attacks. After 10 years of war, and despite the collaboration between NATO and the United Nations, Afghanistan, a major global project, remains a failure for the United States, which has already lost 2,144 soldiers and has brought home tens of thousands of troops with physical and emotional injuries, without being able to celebrate a tangible success.

The upheavals in the Arab world took America’s diplomats by surprise, and they ended Obama’s offensive in the Islamic world. But they also showed how poorly connected and, ultimately, uninfluential the United States is in the region today. A member of the Muslim Brotherhood is now Egypt’s president, Iran apparently remains undeterred in advancing its nuclear program and the situation in Israel is more precarious that ever. These are all signs that America has far less influence than many Americans still want to believe.

This is not solely attributable to an American decline, but also has to do with various shifts in the global power structure. The unique role the country enjoyed for a short period after the collapse of the Soviet Union is gone. There was a moment, at the time, in which the apologists for American greatness had already declared the end of history, because they felt that there was now proof that there could only be one model of governmental organization: the Western, economically liberal democracy based on freedom. But that moment is over.

The Beginning of the Post-American World

Romney’s campaign speeches sounded especially empty when he proclaimed the 21st century as an « American century, » once again. In fact, there is much more to be said for the notion that, as Time columnist Zakaria believes, the « age of the post-American world » is beginning. In his new book « In No One’s World, » Washington political scientist Charles Kupchan writes that there are apparently « multiple paths to modernity, » even if this isn’t what the old West wants to hear. The world, says Kupchan, is not getting more homogeneous and more American, but rather more diverse and less American.

China is a case in point. For the time being the country, with its authoritarian government, has apparently managed to enable a sufficiently large middle class to take part in its economic success, so that a majority of Chinese citizens are not as likely to challenge Communist Party control. Some 80 percent of respondents to a survey in China said that they were satisfied with the country’s direction, compared to less than 30 percent of respondents to a similar survey in the United States. Many developing countries are now looking to China instead of the US as a role model on how to structure a country. They are no longer seeking the light of the American beacon on the horizon. And unless a miracle occurs after the election, specifically by Dec. 31, 2012, that light could go out soon, or at least be reduced to a flicker.

That’s when an ultimatum expires that is known as the « fiscal cliff, » which Democrats and Republicans set for themselves, after the dramatic failure of their budget negotiations in the summer of 2011, so as not to drive the world’s largest government budget against a wall. If both sides can’t agree to a joint solution, budget cuts and tax increases will automatically take effect on Dec. 31 that will massively reduce the deficit by $900 billion.

So far, both sides have shown little willingness to compromise. The Democrats insist on tax increases for the rich, which the Republicans reject, arguing that the budget should be consolidated through spending cuts alone. President Obama, who will remain in office until at least Jan. 20, 2013, regardless of the election outcome, has announced that he will veto any proposal that doesn’t include higher taxes for the rich.

The automatic emergency savings package would reduce the budget deficit by $607 billion. This would translate into cuts for doctors and hospitals, schools and day care, theaters and museums, train stations, airports and universities. Purchasing power would be reduced and investments would not be made, all because, in today’s America, political compromises and the reasonable balancing of interests no longer seem possible.

An austerity program of this magnitude would cost the economy about 5.1 percent of the gross domestic product. Not even the crisis-ridden countries of the euro zone have instituted such drastic austerity programs.

According to official government sources, the country could face a « significant recession » unless it finds a solution to its budget problem. The economy, which is predicted to grow by at least 2.5 percent next year, could shrink instead, leading to an unemployment rate of more than 9 percent. It’s a nightmare scenario that even the International Monetary Fund, normally a proponent of drastic austerity programs, warns against. Behind the fiscal cliff is a gaping abyss into which all hopes for America’s future could disappear.

Perhaps it is already merely a question of controlling the problem and making preparations for the post-American age.

That would require changes to the National Mall in Washington, DC. Memorials for the soldiers killed in the wars in Iraq and Afghanistan would be needed, memorials that are still missing in the open-air museum of imperial American greatness. One day, a statue would also have to be erected for the first black president of the United States, Barack Hussein Obama. The plaque could very well read that he had the misfortune of coming into office when the American empire was just turning into a beautiful memory.

By ULLRICH FICHTNER, HANS HOYNG, MARC HUJER AND GREGOR PETER SCHMITZ

Follow this correspondent on Twitter:

Follow @GPSchmitz

A homeless man on the streets of Los Angeles: States like California now spend...

http://www.spiegel.de/international/world/divided-states-of-america-notes-on-the-decline-of-a-great-nation-a-865295-4.html