Jeff Berwick : Sortez des USA, sa Chute va être catastrophique … !!!

Jeff Berwick, revient sur sa vision de l’état actuel de l’Economie Américaine et présente ses prévisions pour l’avenir, ou il ne voit aucune possibilité de relance ou de sortie de la récession et ceci est dû principalement au fait que le mode économique actuel soit basé sur des principes complètement destructeur comme l’Argente Dette, et la spéculation financière sans limites et sans bases, son conseil aux Américains, acheter de l’Or et des métaux Précieux et éviter toute interaction avec les système économique et financier …. dans son cas, il s’agit d’un Anarchiste confirmé qui en reconnaît aucune forme de loi mais son analyses et vraie authentique et diffère complètement de ce que les Merdias nous balancent chaque jour …. !!!!

Olivier Delamarche : « Le Japon c’est mort, c’est cuit, c’est fini » – 30 Avril 2013

Olivier DELAMARCHE particulièrement sur les nerfs aujourd’hui, il faut dire qu’il y a de quoi avec le triple con qu’il a en face …. !!!

Austérité – Un ministre japonais prie ses concitoyens de mourir, et vite | ActuWiki

Le ministre japonais des Finances Taro Aso a accablé ses compatriotes âgés d’un lourd sentiment de culpabilité dans le cadre des réformes d’austérité qu’il impose au pays. Vu le vieillissement de la population, la sécurité sociale japonaise est aux abois. Le Japon compte en effet un tiers d’habitants (et d’électeurs…) de plus de 60 ans. Une facture lourde à digérer pour l’état nippon.

media_xll_5492566

Le grand échiquier japonais, qui est également vice-Premier ministre, estime que les personnes âgées devraient avoir l’occasion de ne pas prolonger inutilement la fin de leur existence. Mourir à temps – et si possible plus tôt que tard – est à ses yeux une bonne économie. « Que Dieu vous préserve de continuer à vivre alors que vous voulez mourir », a déclaré Taro Aso. « Je ne pourrais pas me réveiller le matin en sachant que c’est l’Etat qui paie tout ça pour moi ».

Le ministre, qui est bien connu pour ne pas mâcher ses mots, a par ailleurs 72 ans. Il affirme avoir ordonné à ses proches de l’euthanasier quand son heure serait venue. Dans son discours, le ministre a ciblé les « gens pendus au bout d’un Baxter » et leur entourage qu’il a culpabilisés avec des mots très durs: « La problématique des dépenses faramineuses en gériatrie ne sera résolue que si vous les incitez à se dépêcher de mourir ».

Héritier d’une famille de riches industriels, le ministre de l’économie avait déjà affirmé en 2001 vouloir faire du Japon « une terre où tous les Juifs les plus riches voudraient s’installer ». Son franc-parler ou sa grossièreté – c’est selon – a déjà fait la une des journaux, notamment lorsqu’il déclarait (au sujet des prix du riz) que « même une personne atteinte d’Alzheimer sait dire si 16.000 ou 78.000 yens est plus cher ».

Source : http://actuwiki.fr/speculation/13337

Sept Français sur dix redoutent une explosion sociale – Economie – MYTF1News

70% des Français interrogés dans un sondage Ifop estiment que la France pourrait connaître une explosion sociale au cours des prochains mois.

Très pessimistes les Français. Ainsi, selon un sondage Ifop* à paraître dans Dimanche-Ouest France, sept Français sur 10 estiment que la France pourrait connaître une explosion sociale dans les mois à venir. Cette proportion est en hausse de quatre points en quatre ans (66% en avril 2009), souligne Jérôme Fourquet, directeur du département opinion de l’Ifop.

Si 81% des ouvriers, soit 11 points de plus que l’ensemble des Français, disent s’attendre à une explosion sociale, les professions libérales et cadres supérieurs semblent plus dubitatifs quant à la survenue d’un tel événement, seuls 57% le redoutant pour les prochains mois, ajoute-t-il.

Le pronostic d’une explosion sociale en France augmente à mesure que l’on s’approche des extrêmes, note Jérôme Fourquet. Ainsi, 89% des sympathisants du Front National jugent ce risque réel, contre 79% à l’UMP, 64% des sympathisants du Front de Gauche et un peu plus de la moitié des proches du Parti socialiste (51%).

L’enquête paraît dans un contexte marqué par de nombreux plans sociaux et une forte tension entre l’exécutif et la rue, principalement dans le cadre des mobilisations des opposants au mariage homosexuel, relève l’analyste.

*Ce sondage a été réalisé par internet du 23 au 25 avril auprès d’un échantillon de 1.005 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, constitué selon la méthode des quotas.

Source : http://lci.tf1.fr/economie/social/sept-francais-sur-dix-redoutent-une-explosion-sociale-7940858.html

La Gestion de la Rareté … !!!

La Gestion de la Rareté ... !!!

Voici comment on gère la Rareté du produit sur le marché afin d’augmenter les prix et pomper plus de fric aux pauvres consommateurs, alors que la base industrielle disponible actuellement permet de fabriquer encore plus de produits à un prix moins cher … !!!

MetaTV / Actualités / Manipulation : Les voitures se cachent pour mourir… (ou comment les allemands planquent les voitures pour ne pas faire baisser les prix)

Trop de véhicules sur le marché signifierait une baisse des prix, c’est une logique qui a été vérifié à plusieurs reprises dont en 1929, trop de production, pas bon pour le marché. Et c’est ce qui arriverait à première vue avec les voitures allemandes, et plus précisément Audi dans ce cas. Comme quoi, il n’y a pas que les constructeurs français qui sont mal en point.

Avec l’effondrement du marché automobile en Europe, et la baisse des ventes qui sévit pour tous les constructeurs automobiles dans le monde, il n’est pas surprenant qu’à la fin de leurs brèves périodes de location, des voitures européennes (Audi dans ce cas) soient conduites à ce «cimetière» en Allemagne (70 miles au nord de Munich). Ce parking de l’enfer est presque plein de nouvelles voitures destinées à la destruction afin de ne jamais entrer dans le marché de la voiture comme une alternative pas chère et de maintenir un marché à prix élevé pour les pièces de rechange.

Il ne fait pas bon être chômeur en Allemagne… – Politique économique – Actualité – Trends.be

Alors que le taux de chômage et le nombre de chômeurs ne font qu’augmenter dans la Zone Euro, l’Allemagne tire plutôt bien son épingle du jeu avec, en février de cette année, un taux de chômage de 5,4%.

© Belga

Et le taux de chômage de l’Allemagne ne fait que diminuer depuis des années ; fin 2011, il était à presque 7% pour diminuer encore et afficher un insolent 5,4% en 2013.

Alors extrêmement bas le chômage allemand ? Est-ce cela le «miracle économique allemand» ? Oui mais… a-t-on envie de dire.
Que se cache-t-il derrière ces chiffres: une économie à nouveau florissante, un exemple à suivre ou un système social quelque peu défavorable aux sans-emplois ?

Pour comprendre, il faut remonter quelques années en arrière, au début des années 2000. Le gouvernement allemand a voulu s’attaquer au «chômage volontaire» et donc mettre en place un système qui «oblige» le chômeur à chercher, mais surtout à trouver, du travail, sous peine de se voir refuser le versement des allocations de chômage.

Une série de réformes, pour le moins «musclées», ont été prises par le Chancelier socialiste Schröder, secondé dans cette tâche par Peter Hartz, qui n’est autre que le directeur des ressources humaines de Volkswagen. De 2003 à 2005, les lois Hartz ont fait leur entrée en Allemagne.

Ce qui a changé…

Tout d’abord la durée pendant laquelle le chômeur peut percevoir l’«Arbeitsolsengeld I», c’est-à-dire l’indemnité de chômage, celle-ci est rabotée : de 32 mois, elle est passée à 12 mois.
Après ces 12 mois, le chômeur est considéré comme un chômeur de longue durée et percevra l’«Arbeitslosengeld II», une sorte de revenu minimum d’insertion ou de survie, qui tourne lui aux alentours des 360-370 euros.

Bien évidemment, impossible pour le chercheur d’emploi de ne pas se rendre à un rendez-vous de travail fixé par l’Onem allemand (Bundesagentur für Arbeit) ou refuser un emploi qui lui serait proposé (et ce, n’importe où dans le pays), car les sanctions tombent alors!
Un rendez-vous manqué, ou un retard, avec les centres pour l’emploi ; c’est 10% d’indemnités en moins.
En cas de récidive, c’est 60% de pénalité, voire carrément le retrait total du minimum de survie. Plutôt dissuasif…

Mini-jobs et 1 euro-jobs

Peter Hartz, «Doktor Hartz» ainsi appelé par toute l’Allemagne, a également instauré dans cette réforme deux nouveautés : les mini-jobs et les 1 euro-jobs.

Un mini-job est un travail payés 400-450 euros par mois, sans cotisation et donc sans assurance. Du coup, bon nombre d’employeurs ont massivement recours à ce type de contrat, qui leur permet de payer moins de charges sociales que pour un contrat d’emploi traditionnel. Selon les statistiques, plus de 7 millions d’Allemands auraient un mini-job ; un tiers d’entre eux le couplerait même avec un travail à temps plein afin de joindre les deux bouts. Ces contrats sont également accusés d’alimenter une « bombe à retardement » en condamnant les salariés, employés trop longtemps sous ce dispositif, à des retraites dérisoires et donc à la précarité une fois l’heure de la retraite sonnée.
Enfin, si dans un premier temps les Mini-jobs ont été créés pour permettre au chômeur de remettre un pied à l’étrier du marché de l’emploi, force est de constater que ceux-ci ne constituent que rarement un tremplin vers un contrat « classique » et que les travailleurs s’y embourbent quelque peu.

Les 1 euro-jobs sont tout aussi redoutés sinon plus… car là aussi, il est indispensable d’accepter le travail proposé si on ne veut pas perdre son droit aux allocations de chômage. Un 1 euro-job, c’est un travail, payé 1 euro de l’heure (parfois deux à l’heure actuelle), dans le secteur public ou dans le caritatif.

Il est à noter que si les chiffres du chômage allemand ont effectivement fortement baissé suite aux réformes Hartz, ces fameux chiffres ne reprennent que les chômeurs touchant l’ «Arbeitsolsengeld I» et ne tiennent pas compte des mini-jobber ou des 1 euro-jobbers qui ne sont plus considéré comme «chômeurs».

Jusqu’il y a peu, les Allemands disaient «Arbeiten» pour définir le fait de travailler, maintenant ils ont un nouveau verbe : «Hartzen», qui désigne lui le fait de vivre modestement, de divers petits boulots ou bien d’allocations…

Source : http://trends.levif.be/economie/actualite/politique-economique/il-ne-fait-pas-bon-etre-chomeur-en-allemagne/article-4000284980886.htm

Olivier Delamarche – 23 Avril 2013 – BFM Business 23 04 2013

La toute nouvelle connerie bien fraîche de chez l’Oncle SAM, vu qu’on arrive ni à payer la dette, ni à l’annuler, ni la stabiliser face à un PIB qui ne bouge plus, faute de croissance positive, devinez quoi, on va changer les méthodes de calcul du PIB en y greffant les valeurs des Brevets, inventions et les budgets d’investissement relatifs aux différents domaines de Recherches et Développement, en espérant que ça va donner une petite bouffée d’air à des économies en coma profond, et entre temps, les politiques d’Assouplissement Quantitatif continuent en Europe, aux USA et au Japon, faute de relance économique, on imprime des billets de Monopoly qu’on distribue au Salopards de Banquiers pour leur donner de quoi continuer de nous Bai …. il est vraiment grand temps que ça pète ….!!!

Après la baisse des cours, l’or reste une valeur refuge – Economie Matin

Ne cédez surtout pas à la panique provoquée par la baisse du cours de l’Or ces derniers jours, il s’agit d’une manipulation orchestrée à grande échelle pour faire remonter le cours de la monnaie papier dont la valeur est en baisse constante à cause des politiques d’Assouplissement Quantitatif opérée par la BCE, la Réserve Fédéral et la Banque du Japon, la réalité du marché est complètement différente de ce que les cours ou les médias avancent, la plupart des pays s’acharnent à acheter de l’Or en grande Quantités (Principalement La Chine et l’Inde), parce qu’ils savent pertinemment que la politique d’émission de monnaie et de la planche à billet ne va pas résoudre le problème de la Crise Financière et économique autour du monde, bien au contraire, elle va faire accélérer le processus de crash final, et il faut garder à l’esprit qu’à ce moment fatidique, le seul refuge face à l’Hyperinflation qui sera causée par cette politique de fuite en avant sera la détention de l’Or, le pays qui en aura le plus, sera capable d’instaurer ses propres règles en matière d’échanges économiques et en matières de monnaie et c’est précisément pour faire face à ce scénario que les Chinois amassent de l’Or en centaines de tonnes, alors évitez surtout de tomber en proie aux rumeurs et à la propagande des médias, des banques et des Financiers, conservez votre Or …. !!!!

Mehdi BOUABID

22/04/2013

*****************************************************************************************

Le cours de l’or a connu douze années de hausse ininterrompue. DR

La semaine dernière, en un week-end, le cours de l’or a plongé de 213.50 dollars (soit -14%), à son niveau le plus bas depuis février 2011. Lundi, le cours s’effondrait, perdant 135 dollars ou 9,11% : du jamais vu depuis 1983. Nous pensons toutefois que la pression vendeuse va commencer à se résorber.

Nous relevons trois événements majeurs et/ou rumeurs ayant pesé sur les cours de l’or depuis début avril :

• Tout d’abord les rumeurs concernant la vente possible de dix des quatorze tonnes de réserves d’or de Chypre – pour un montant de 400 millions de dollars, afin de contribuer au financement de son plan de sauvetage – font craindre au marché qu’elle ne marque un précédent. Ainsi, il deviendrait envisageable que d’autres pays de la zone euro se trouvant en difficulté – tels que l’Italie ou le Portugal –, et dont les réserves d’or sont bien plus importantes, ne recourent également à une vente massive de leur or.

• Puis la recommandation de Goldman Sachs, émise mercredi 10 avril, de vendre l’or à découvert.

• Enfin, les dernières minutes de la Fed suggérant que plusieurs membres souhaiteraient commencer à réduire le programme d’achats d’obligations – voire, même, de l’arrêter complètement. Nous sommes surpris par la réaction du marché face à ces commentaires, d’autant plus que la majorité des données publiées depuis la réunion du FOMC – chiffres du chômage, ventes au détail, indices de confiance – ont été en-dessous des attentes. Un retrait rapide de QE semble donc improbable.

Toutefois, la baisse ne fut que de 14% en deux jours, ceci après de longues années de hausse ininterrompue – n’oublions pas, en effet, qu’en 2009 l’once d’or s’échangeait pour moins de 1 000 dollars. En outre, le marché de l’or semble survendu et la demande physique chinoise et indienne pourrait resurgir, même si l’or n’a pas encore touché son niveau de support majeur, qui se situe entre 1 200 et 1 300 dollars.

Le désintérêt massif et global pour l’or est surprenant et semble ignorer la persistance de facteurs traditionnellement positifs pour le métal jaune tels que les tensions géopolitiques continues (entre les deux Corées, dans la région du Moyen Orient, etc.), les incertitudes subsistantes au sein de la zone euro ou encore la poursuite des politiques monétaires accommodantes dans les pays développés (Etats-Unis, Europe, Japon).

Un autre facteur méconnu mais qui sous-tend les cours de l’or est que les coûts de production se situent autour des 1 100 et 1 200 dollars. Ainsi, une dégringolade sous les 1 000 dollars plongerait les compagnies minières les moins rentables dans le rouge, ce qui entraînerait la fermeture de certaines mines et donc un frein à l’exploration et à la production d’or. Cette restriction de l’offre ne manquerait pas, par la suite, de soutenir à nouveau les cours.

Ainsi, et pour toutes ces raisons, nous ne cédons pas à la panique et pensons que l’or devrait rebondir à moyen terme. Nous réitérons toutefois notre manque d’appétit pour les actions aurifères négociées à des prix déconnectés du cours du métal jaune durant ces cinq dernières années.

L’augmentation des coûts de production a pesé sur les marges des mineurs, qui ne sont d’ailleurs plus le seul moyen d’investir sur l’or depuis la création des ETF.

Source : http://www.economiematin.fr/les-experts/item/4441-cours-or-baisse-placement-metal-jaune-goldman-sachs

gold-run1

Fitch retire le « AAA » de la Grande-Bretagne, Actualités

L’agence évoque la dégradation de sa situation économique qui l’a amenée à revoir en hausse ses prévisions en matière de dettes publiques. La livre sterling a décroché face au dollar.

AFP

AFP

L’agence Fitch Ratings a retiré ce vendredi soir sa note maximale « AAA » à la Grande-Bretagne, en raison de la dégradation de sa situation économique qui l’a amenée à revoir en hausse ses prévisions en matière de dettes publiques.

Elle explique dans un communiqué prévoir désormais que la dette publique britannique culminera à 101% du produit intérieur brut (PIB) sur l’exercice budgétaire 2015-2016 et qu’elle ne refluera qu’à partir de 2017-2018, alors qu’elle tablait auparavant sur un pic à 97% et un recul à partir de 2016-2017.

La note du pays a été abaissée d’un cran à « AA+ ». Sa perspective d’évolution est « stable », ce qui veut dire que l’agence de notation n’envisage pas de la modifier à nouveau à moyen terme. La probabilité d’une autre dégradation est de moins de 50% à un horizon de deux ans, précise le communiqué.

Situation comparable à la France

Fitch est la deuxième agence à déclasser la Grande-Bretagne en quelques semaines.Moody’s avait retiré son « Aaa » au pays en février dernier, ce qui a avait provoqué une véritable onde de choc dans le pays.

La Grande-Bretagne a désormais une situation à peu près comparable à celle de la France, qui a aussi perdu la note maximale chez deux des trois agences de notation faisant référence sur les marchés -Standard & Poor’s et Moody’s. La France bénéfice toujours du AAA chez Fitch, assorti d’une perspective négative.

La livre sterling a décroché face au dollar après l’annonce de cette décision. Elle s’échangeait contre 1,52233 dollar (-0,30%) vers 18h30.

Écrit par Guillaume MAUJEAN 
Chef de service 

Source : http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/0202717446666-fitch-retire-son-aaa-a-la-grande-bretagne-560063.php

Or : Vent de panique à Londres

Image

L’or a touché 1340$ cette nuit. La manœuvre à laquelle vous venez d’assister n’a pas eu de pareille dans l’histoire. 

Cette bataille électronique est à sens unique. Les vendeurs ont appuyé sur le bouton sur tous les supports, interdisant tout rebond. La logique de Fibonacci n’a été respectée à aucun moment. C’est une démonstration de puissance, sans réplique possible. Impressionnant !

Vous aurez noté que le cours des métaux précieux se sont effondrés et que l’Euro-Dollar n’a pas bougé d’un iota.
Vendredi et lundi, les ventes ont dépassé de 12% la production mondiale annuelle d’or. 
Hier à Londres, 155 tonnes d’or ont changé de main en une heure. Les banques centrales achètent en masse, profitant des prix cassés.

Bank run sur le LBMA

La politique de la Chine et de ses alliés demandant systématiquement livraison de l’or et l’argent achetés à Londres a asséché les stocks du LBMA. L’année dernière, les Etats Unis avaient du livrer d’urgence du métal blanc pour empêcher un défaut. La situation s’aggrave de mois en mois avec une demande de physique qui ne fait que croître. 
Le bail-in des banques chypriotes puis la découverte que ce principe de sauvetage des banques était en voie d’être institutionnalisé partout dans le monde a créé une gigantesque brèche dans le système actuel, basé sur la confiance. De très nombreux investisseurs ont demandé la livraison immédiate de leurs métaux précieux en compte. Les mieux informés avaient anticipé ce mouvement en se dégageant de l’or-papier, comme le montrent les volumes de GLD depuis plusieurs mois. 
Pour limiter l’hémorragie des stocks de physique, certaines banques comme ABM AMRO ne permettent plus à leurs clients de demander livraison. L’exemple va être suivi.
Andrew Maguire révèle que le Bank Run sur l’or a amené un défaut et que les « entités, » qui demandaient livraison, n’ont réussi qu’à obtenir du cash à la place de leurs lingots.

Les « commerciaux » to big to fail ont chargé les hedge funds de leurs positions short et une gigantesque manipulation des cours a été mise en place. En faisant brutalement baisser les cours, les autorités de marché voulait faire en sorte que ce ne soit pas intéressant pour les investisseurs de demander livraison. Elles espéraient faire chuter l’open interest qui surfe sur ses plus hauts historiques, notamment pour l’argent. Harvey Organ, ce matin, s’étonnait du stoïcisme des acheteurs sur le comex, qui malgré les pertes virtuelles sur leurs contrats après une telle chute des cours, restaient imperturbablement à l’achat. Il en concluait que seul un fond souverain, probablement la Chine, pouvait supporter une telle perte sans bouger de sa position.

Hausse des marges

Shanghai a ouvert le bal, hier soir, en augmentant les marges sur le trading des métaux précieux. Cette nuit, le CME a suivi en augmentant les marges de 19% pour l’or etle platine et de 18% pour l’argent. L’objectif est de forcer les investisseurs et spéculateurs a diminuer le nombre de leurs contrats pour couvrir ces frais. A priori, les mains faibles ont déjà lâché; on peut penser que les fonds chinois ont assez de trésorerie disponible pour digérer ces frais supplémentaires. Il est plus que probable que cette hausse des marges n’est que la première de la série. Actuellement, les spéculateurs ne peuvent plus jouer qu’avec un levier de 5 sur ces marchés.

Short squeeze

Les sbires de la Fed peuvent vendre 500 tonnes d’or à découvert, mais viendra le moment où il faudra couvrir cette position, d’autant plus si les acheteurs sont des puissances souveraines, comme la Chine, l’Inde ou la Russie.
Une fois encore, cette baisse est un bear trap avant la fulgurante hausse attendue. Restez sereins et confiants dans la réalité de votre physique. Ne jouez pas sur ces marchés.

Image