Islande : La Justice attaque les banksters / 27 Mars 2013

L’Islande a annoncé qu’elle allait inculper plusieurs anciens cadres et dirigeants, dont le patron, de son ex-plus grande banque, Kaupthing, pour des fraudes qui ont dissimulé la mauvaise santé de l’établissement avant sa faillite en 2008.

Le procureur spécial Olafur Thor Hauksson a indiqué à l’AFP qu’il lancerait les poursuites le 24 avril contre Heidar Mar Sigurdsson et huit autres anciens responsables de la banque. Leur procès s’il a lieu pourrait durer « jusqu’à un an », a expliqué M. Hauksson.

Il sera accusé d’avoir acheté des actions de Kaupthing grâce à un prêt de la banque, qu’il avait fait ensuite acheter par sa propre holding pour 572 millions de couronnes (3,6 millions d’euros actuellement), faisant grimper artificiellement le cours de Bourse. M. Sigurdsson a gagné 325 millions de couronnes grâce à cette transaction réalisée deux mois avant la faillite de Kaupthing, a affirmé l’accusation.

Selon des médias islandais, six anciens dirigeants et cadres de la deuxième banque islandaise Landsbanki, dont son ancien directeur général Sigurjon Arnason, doivent aussi être poursuivis pour avoir eux aussi maintenu le cours de l’action de leur banque à des niveaux artificiellement élevés par diverses manipulations.

Ces deux banques et la troisième du pays, Glitnir, s’étaient effondrées à l’automne 2008, après des années à accumuler les actifs douteux lors d’une expansion internationale effrénée.

Reykjavik avait choisi de les démanteler, prenant des mesures radicales plutôt que de tenter un long et coûteux sauvetage qui dépassait les capacités financières de l’Etat.

L’Islande bannit le porno, le strip-tease et les jeux de hasard: La Voix de la Russie

Исландия флаг Исландия

L’Islande a commencé par interdire la prostitution, puis le strip-tease et les jeux de hasard sur Internet. A présent l’île des volcans se prépare à proscrire la pornographie sur Internet. Le ministre de l’Intérieur du pays Ögmundur Jónasson a annoncé que son département préparait déjà un projet de loi approprié. S’il acquiert force de loi, l’un des plus pays les plus froids, sera le premier Etat d’Europe à pratiquer la censure sur le web.

La loi pourrait être votée dès ce printemps. Un groupe spécial formé à cet effet travaille activement sur le projet. Les contenus pornographiques seront interdits, et leur accès bloqué. Il ne sera plus possible de payer via les cartes de crédit émises par les banques islandaises les services des fournisseurs de contenus pornos.

L’Islande donne exemple au monde avec son approche progressiste du problème de la diffusion de la pornographie, est persuadée Gail Dines, professeure au Collège Wheelock de Boston.

« Le chiffre d’affaires de l’industrie porno dans le monde est évalué actuellement à 97 milliards d’USD. Rien qu’aux Etats-Unis on produit chaque année plus de 13 mille films pornos. Une page sur trois sur Internet contient du porno. On peut dire que la pornographie domine sur Internet. Certains chercheurs considèrent même que bien des innovations technologiques sont venues sur la toile de l’industrie porno, qu’elle a été le moteur de l’essor technologique sur Internet ».

Ironie du sort la pornographie a commencé à inonder l’Europe depuis la Scandinavie, des pays apparentés à l’Islande, comme le Danemark et la Suède. Cela s’est produit dès les années 60 du siècle dernier. Mais au cours des 15 dernières années le porno a changé foncièrement, selon Gail Dines.

« Nous ne parlons plus depuis longtemps des femmes nues du magazine Playboy. Il est question de vidéos hard, traumatisantes. A cause de l’Internet la pornographie est devenue d’un accès facile. Elle est regardée par toujours plus d’internautes, sur lesquels elle exerce une influence dégradante. Elle affecte leur sexualité et leur comportement envers la femme en général ».

Selon les données des sources statistiques européennes, l’Islande reste l’un des pays les plus développés pour l’usage d’Internet. 95-98 % de la population a accès à la toile mondiale. Suivant les données statistiques de l’Islande, les adolescents de 14-16 ans passent plus de temps sur les portails pornos que ceux d’autres pays européens.

Source : http://french.ruvr.ru/

A demonstrator holds a sign during a protest against a government referendum in Reykjavi

Merde aux banquiers! | Le Devoir

Merde aux banquiers! | Le Devoir.

Le jugement de cour est passé presque inaperçu, la semaine dernière. Mais il est de taille. Selon un tribunal de l’Association européenne de libre-échange, l’Islande avait le droit, lorsque ses banques se sont effondrées en 2008, de refuser de rembourser ses épargnants étrangers.

Ce jugement répond à une question cruciale : l’argent public doit-il sauver ou non des banques en faillite ? Après la chute de la première banque privée du pays, Landsbanki, l’Islande avait dû nationaliser en catastrophe son système bancaire. Par la suite, décision avait été prise – les politiciens se voyant un peu forcés par un peuple en colère et des référendums sans équivoque – de dire « merde » aux banquiers… et par la même occasion à leurs victimes étrangères.

 

***

 

L’Islande, c’est ce minuscule pays insulaire (325 000 habitants) qui, dès 2008 et avant tous les autres, a connu les affres de la crise économique et financière. Au cours des années 2000, et jusqu’à ce fatidique automne 2008, une gigantesque bulle s’était formée dans ce pays.

 

Quelques banques de Reykjavik avaient réussi à attirer, de façon plus ou moins honnête, les économies et les investissements de sociétés et d’épargnants étrangers, la plupart britanniques et hollandais, qui étaient venus alléchés par des taux d’intérêt extraordinaires.

 

Dans les magouilles de ces fastes années, beaucoup d’Islandais avaient trouvé leur compte. Avant leur « divine colère » de 2008-2009, ils avaient longtemps fermé les yeux sur les manoeuvres lucratives des Icesave et autres Landbanski, entreprises financières dirigées par des chefs hautement « créatifs » dans leur recherche de débouchés internationaux.

 

Fin 2007, l’ONU rapportait qu’avec un produit intérieur brut de 40 000 euros par habitant, les Islandais jouissaient du niveau de vie le plus élevé du monde. Chômage inexistant, dette minime, croissance annuelle de 5 %. Avec un secteur bancaire envahissant qui avait supplanté les activités traditionnelles du pays (pêche).

 

Fin 2008, la bulle éclatait. Les banques faisaient faillite, laissant des dettes équivalant à plusieurs centaines de milliers de dollars par habitant… et le niveau de vie s’effondrait de près de 20 % en quelques mois.

 

***

 

Il y a quelques jours sur Al-Jazeera anglais, en provenance de Davos, on pouvait voir une interview d’Olafur Ragnar Grimsson, président islandais réélu pour un quatrième mandat en juin 2012 (notamment parce qu’il a pris la part « du peuple » dans ce scandale bancaire).

 

Extrait de cette entrevue du président Grimsson : « Pourquoi considère-t-on que les banques sont les saintes chapelles de l’économie moderne ? La théorie que vous devez payer pour sauver les banques, selon laquelle les banquiers peuvent jouir de leurs propres bénéfices et de leur succès, mais que ce sont les gens ordinaires qui doivent payer pour leurs échecs, au moyen des impôts et de l’austérité… cette théorie, eh bien, les gens ne l’accepteront pas sur le long terme, dans des démocraties éclairées. »

 

On ne saurait mieux critiquer la doctrine de l’austérité, appliquée scrupuleusement par des pays comme la Lettonie (5,5 % de chômage avant la crise, 14 % aujourd’hui), le Royaume-Uni ou l’Irlande, régulièrement cités en exemple par les tenants de la rigueur fiscale. L’Irlande qui a connu vers la même époque des malheurs similaires, mais qui – à la différence de l’Islande – a remboursé scrupuleusement les créanciers étrangers, augmentant la dette nationale de façon astronomique… L’Irlande dont le taux de chômage, début 2013, reste aux alentours de 15 %.

 

Et l’Islande en 2013 ? Le pays des Vikings n’a pas seulement dit « merde » aux banquiers véreux. L’État islandais a refusé de suivre les doctes conseils des spécialistes de Londres et de Bruxelles ; il n’a pas fait de la réduction du déficit et des privilèges des banques une priorité absolue ; il a même défié le droit européen. Il a dévalué radicalement sa monnaie (oui, ce petit pays farouchement indépendant dispose toujours de sa devise), et ne s’en trouve que mieux aujourd’hui.

 

Le niveau de vie des Islandais a certes baissé : les week-ends à Paris sont plus rares, les importations de luxe également. Mais le chômage est retombé sous les 8 %, et après l’épouvantable purge de 2008-2009, la croissance a repris à 3 ou 4 % par an. Le pays, au contraire de tous les voisins qui ont traversé des épreuves semblables, est résolument sur la voie de la récupération totale.

 

Et s’il y avait une autre façon de faire face à la crise ?

***

François Brousseau est chroniqueur d’information internationale à Radio-Canada. On peut l’entendre tous les jours à l’émission Désautels à la Première Chaîne radio.

Iceland Crise en Islande

Quelles Solutions pour la Crise économique et Financières …???!! Le succès de l’Islande … !!!

Le succès de l’Islande – Entrevue avec le Président – YouTube.

La solution de la crise économique et financière actuelle est parfaitement simple :  » Contrôle de devise, Laisser les Banques faire banqueroute, Apporter le support aux plus pauvres, Refuser d’imposer les mesures d’Austérité opprimantes au peuple », c’est ce qui a été appliqué en Islande qui était au bord de la faillite au tout début de la crise et 4 ans après, son économie est en bonne santé avec un taux de croissance que l’Europe est incapable d’atteindre actuellement …. et je rappelle qu’au tout début de la Crise, l’Islande était l’un des premiers pays a refuser de payer ses dettes à la Grande Bretagne et la Hollande.

Ceux d’entre vous qui se posent la question légitime : « Pourquoi ces mesures ne sont-elles pas appliquées dans nos pays au bord de la faillite ???!! « , je leur réponds, c’est parce que vos politiciens sont tous des traîtres, des vendus qui travaillent à la solde de l’Oligarchie Financière Mondialiste et qui protègent ses intérêts dont une bonne partie réside dans les Banques qui sont elles mêmes à l’origine de cette crise avec leurs manigances et leurs agissement financiers dignes des Mafias, et au lieu de vous sauver, ces politiciens préfèrent mettre en marche les planches à billets, en dévaluant votre monnaie, vous imposer plus de taxes et de mesures d’austérité, supprimer toutes les formes de subventions aux services publics et vous appauvrir encore plus et vous faire vivre dans la misère pour sauver ces banquiers et sauver les intérêts des plus riches, des élites criminelles ….!!!!!

Pour ceux qui par contre n’ont encore rien compris à cette crise, je vous invite à chercher sur le net, les bénéfices enregistrées par les banques d’affaires et les banques d’investissement en 2012, vous allez vite comprendre qu’il ne s’agit plus d’une crise pour les banquiers criminels, parce que de leur côté, l’argent coule à flots et c’est le votre, la Crise n’est qu’une énorme opération de transfert de richesse, des plus pauvres aux plus riches ….. !!!!

Mehdi BOUABID

30/01/2013