Le Mexique veut impérativement auditer ses réserves d’Or stockées à la Banque d’Angleterre … !!!| SilverDoctors.com

L’Or, tout le monde en parle, tout le monde en cherche, il est maintenant question de Souveraineté pour les pays, le navire économique est entrain de chavirer et les issues possibles se réduisent à la garantie des véritables richesses, les métaux précieux et non les billets de banques qui très bientôt ne serviront à rien …. l’impact est de plus en plus imminent et on va tous rigoler bien comme il faut … et le Spectacle va être édifiant …..!!!!

Le Mexique veut impérativement auditer ses réserves d’Or stockées à la Banque d’Angleterre … !!!

Mehdi BOUABID

***********************************************************************************************************************************************************

 

mexico_flag_map

MEXICO’S FEDERAL AUDIT DEMANDS PHYSICAL INSPECTION OF SOVEREIGN GOLD HOLDINGS HELD AT BOE!

*BREAKING
Guest Post, by Guillermo Barba

Today we have an exclusive note on this blog: the Mexican Superior Audit of the Federation (“ASF” in Spanish), in its Report of Supreme Audit Results of the 2011 Public Account” delivered last week to the Chamber of Deputies, gave a stern “recommendation” to the Bank of Mexico (Banxico) to audit the Bank of Mexico’s gold reserves held in London at the Bank of England.

The reason is one of the most important issues we have addressed here: the gold reserves of Mexico.
As you may recall, last year we informed that after four months of legal wrangling with Banxico, it was forced to give us the information about the supposed physical location of Mexico’s sovereign gold holdings.  In the disclosure, we discovered that 95 percent of the Mexican gold reserves (about 125 tonnes) were abroad, and almost all (99%), in London, England.The ASF has determined that Mexico should “make a physical inspection with the counterparty that has the gold under its custody, in order to be able to verify and validate its physical wholeness and thecompliance with the terms and conditions of dealing with this Asset…” It was verified by the ASF that this has never been done by Banxico.
Well, the ASF documented the purchase of 100 tonnes of gold that was made in 2011, for a total of 4,543 million dollars.
In its report, the ASF says that a confirmation of the operation was made with the counterparty, but also “found that Banxico has not conducted physical inspections to gold to verify compliance with the terms of acquisition and the conditions regarding its storage, in order to be certain of the physical custody of this asset.” Our emphasis.
Moreover, the central bank only has documents which establish the terms and conditions, the dates of the transactions and payment vouchers. That’s all.
In other words, Banxico invested 4.5 billion dollars and released the money without making any confirmation of the existence of the gold purchased, or of the location of the vaults where the gold bars were supposed to be held. Mere “paper gold”.
The ASF states that the Central Bank gave them some arguments on why they did not consider any verification as necessary, and assured them that the gold reserves were under the custody of “a prestigious financial institution”. It seems that Banxico has a “blind faith” regarding such an institution.
According to the report, the Bank of Mexico said that the metal seller “only” offers services to other central banks and monetary authorities, and “places gold in custody in a bank of the United Kingdom” who “sets strict standards for weight and purity which gold bars must meet, in order to be received  under custody.” Almost a religious act for Banxico.
In this blog it’s been documented that this custodian is none other than the famous Bank of England, which is supposed to provide its services on an “allocated basis”. That is, that customers have, or should have, a list of every ingot owned with serial number and stamped certifications of purity.
Banxico has none of these lists. Last year it could not answer a single question made by this journalist, through a legal “Request for Information”, about the number of bars that make up the Mexican gold reserves. The central bank only said that “due to the variability of the content of gold in the bars, it is not possible to specify with certainty the exact number of bars purchased.” Oops!
All this makes us wonder if Banxico is really complying with the mandate of Section I of Article 19 of the Bank of Mexico Act: that the reserve shall be composed of “The currencies and gold owned by the Central Bank, free of all liens and whose availability is not subject to any restriction”.
Is there no restriction on gold bullion that has not even been proved to exist? Isn´t Banxico breaking its own law?
The institution headed by Agustin Carstens wished to be excused for this irregularity, and reported that it is a common practice to perform such operations, and that an inspection such as that recommended by the ASF would have a“significant cost”.
Nevertheless, the ASF has insisted under its official “recommendation” number 11-0-98001-02-0154-01-001 (they made only two recommendations, and this was the first): Bank of Mexico should “make a physical inspection with the counterparty that has the gold under its custody, in order to be able to verify and validate its physical wholeness and thecompliance with the terms and conditions of dealing with this Asset…” It was verified by the ASF that this has never been done by Banxico.
No doubt. This is very delicate and Banxico has gotten into this problem unnecessarily.
Therefore it is important for Dr. Carstens to stop being evasive and decide not only to verify our gold but to order its complete repatriation to the country. It would not be the first nation to do so.
This is the very same story that Germany lived just months ago.
There, the German court of auditors (Bundesrechnungshof) demanded also in 2012 that the Bundesbank undertake an audit of its gold reserves.
By the way, a German parliamentarian, Philipp Missfelder, wished to inspect the German gold bars held at the N.Y. Fed, and the N.Y. Fed could not, or did not wish to, tell him which bars belonged to the Germans.
In Mexico we need to bring home all our gold. These ingots are national treasures and we should claim them as an act of sovereignty. There is no reason for them to remain abroad.
Instead of selling our golden reserves, as Banxico has been doing for several months now, it should take this buying opportunity to acquire much more. In this blog, we’ll be informing in the weeks to come if these gold bars have been located in our Mexican territory, England or NY.

Meanwhile, we have to remember that this global financial crisis is far from over, and that it is essential for us to have “in hand” the small gold shield we decided to buy. Not doing so means that we are unnecessarily exposed to expropriation and the real possibility of waking up tomorrow with a “hang over”, after a “dream of gold”.

Originally Posted at Guillermo Barba’s blog

Source : http://www.silverdoctors.com/mexicos-federal-audit-demands-physical-inspection-of-sovereign-gold-holdings-held-at-boe/

 

lingots-11

Les secrets de la Réserve Fédérale Américaine – Diktacratie

Les secrets de la Réserve Fédérale Américaine

PAR 

Donnez-moi le contrôle de la monnaie d’une nation, et je n’aurai pas à m’occuper de ceux qui font les lois. »

Cette phrase attribuée à Mayer Amschel Bauer montre toute l’ambition oligarchique de la Banque. Ce Bauer, plus connu sous le nom de ses armoiries rouges : Rothschild, avait dès 1773 le projet de remplacer l’aristocratie européenne par un nouvel ordre mondial financier. Au XIXème siècle la Maison Rothschildcontrôlait la moitié de la fortune planétaire. En 1910, affiliées de près ou de loin avec les plus grandes puissances bancaires de l’époque : J.P. Morgan Company, Brown brothers Harriman, M.M. Warburg & Co.,Kuhn-Loeb et J.Henry Schroder, elle pouvait prétendre façonner en coulisse, derrière les trônes et selon sesintérêts, le sens de l’Histoire.

Le pouvoir d’émettre de la monnaie confère tous les pouvoirs.

Et non l’inverse : ce n’est pas, comme il se devrait, l’Etat ou le roi qui décide de la création monétaire en fonction des besoins économiques du pays. Les grands banquiers, tous issus du commerce et trafic international  (chemins de fer, mercerie, cuivre, esclaves, diamants…), ont vite compris que pour augmenter la masse monétaire, -autrement dit pour continuer à s’enrichir en tirant avantage des surplus ou excédents de l’argent en circulation-, il fallait l’étalonner sur l’or. Ce métal précieux demeure une valeur stable, échangeable etuniverselle. Le cours des monnaies s’est ainsi internationalisé – premier pas dans la mondialisation- en se régulant par la mise en place de taux favorables.

Nos grands banquiers prétendaient alors apporter une stabilité économique à leurs nations par une réglementation des échanges d’argent… Ils limitaient surtout le flux sortant d’or afin d’en maintenir desréserves importantes dans des banques centralisées, qui pouvaient en dernier recours refinancer les banques en difficulté de leurs pays respectifs et ainsi éviter crises et faillites !

Mais ne nous leurrons plus : quiconque contrôle la masse monétaire contrôle les entreprises et les activités du peuple, et c’est là le réel intérêt des banques centrales. Elles s’organisent donc pour faire du profitet ce, indépendamment de toute institution et bonne volonté gouvernementale.

L’objectif premier de ces richissimes oligarques est l’obtention d’un pouvoir suprême par la création de dettes intarissables. Pourquoi dit-on que «la fortune des Rothschild consiste en la banqueroute des nations»? L’incroyable livre d’Eustace Mullins, Les Secrets De La Réserve Fédérale, nous dévoile cela de façon alarmante.

La FED

Au début du XXème siècle de puissants groupes bancaires majoritairement européens ont échafaudé aux Etats-Unis, alors seuls dépourvus de banque centrale, une législation monétaire dans l’intérêt des grandes entreprises et fortunes, ainsi qu’une administration adéquate – et dont le public ignorerait tout!

En cet automne 1910, une poignée d’homme vont décider du sort de l’Amérique en particulier et du Monde en général via la mise en place d’une Réserve Fédérale qui ne sera de fait qu’une banque centrale. Une banque centrale censée combattre les monopoles financiers par…un monopole financier!

Il aura fallu 3 ans et l’élection du président-pantin Wilson pour promulguer officiellement la Loi de la Réserve Fédérale et attribuer ainsi tout pouvoir à une banque par le contrôle privé de la monnaie en lieu et place du contrôle public. Ou comment voler au peuple le pouvoir de battre monnaie et d’en réguler la valeur.

Le cerveau de ce projet: le Baron Alfred Rothschild – petit fils de Mayer Amschel et directeur de la Banque d’Angleterre. Le principal instigateur et bénéficiaire: Paul Warburg. Sans ce dernier, envoyé de la maison bancaire allemande Kuhn, Loeb & Co., il n’y aurait pas eu cette Loi supérieure aux lois de l’Etat. Ajoutez les Lazard Frères, Lehman Brothers, Goldman Sachs, la famille Rockefeller et celle de J.P. Morgan commeactionnaires privés et cardinaux (et non fédéraux comme le sous entend la dénomination de cette banque), et vous comprendrez comment depuis 1914 les destinées politiques et économiques des américains sont dirigées. Vous comprendrez surtout comment les guerres, les révolutions, les crises et les dictatures dans le Monde sont commanditées par une poignée de financiers amoraux et apatrides.

Une oligarchie qui ne peut rien prévoir mais tout provoquer.

 

La première grosse mobilisation de crédit de la Réserve Fédérale Américaine (fondée sur l’impôt  sur le revenu alors créé) fut pour financer la Première Guerre Mondiale. La FED a dépensé l’argent du contribuable américain au rythme de dix milliards de dollars par an pour que la guerre perdure alors que les pays belligérants, englués dans une boucherie insensée, recherchaient la paix dès 1916…

Pourquoi le président Wilson leva l’embargo sur le transport des armes vers le Mexique en pleine décade révolutionnaire ?

Pourquoi les financiers de la Réserve Fédérale ont-ils apporté des fonds à Lénine et Trotski si ce n’est pourrenverser le régime tsariste tout en maintenant la Russie dans la Première Guerre Mondiale.

Pourquoi cette crise agricole américaine de 1920 à 1921 si ce n’est pour se rembourser d’agriculteurs tropindépendants, dans l’Ouest du pays, qui refusèrent de dilapider leur argent dans les spéculations sibyllines d’une Banque trop lointaine.

Pourquoi les principaux actionnaires de la Réserve Fédérale, alors opportunément tous éclipsés du Marché dès février 1929, ont-ils laissé la population et le pays se kracher dans une Dépression mémorable ?

Quelles étaient les réelles ambitions de Gordon Richardson, banquier le plus influent du monde de 1973 à 1983 et alors patron de la Banque d’Angleterre ? N’était-il pas avant le président de la J. Henry Schroder Company of New York (l’un des autres actionnaires de la Réserve Fédérale) de 1962 à 1973 ? Et ne parlons-nous pas ici de cette banque, la Schroder donc, qui approvisionna  l’Allemagne de 1915 à 1918, finança Hitler et rendit possible la Deuxième Guerre Mondiale, favorisa l’élection du président américain Herbert Hoover quelques mois avant la crise de 1929 (et pour laquelle ce dernier resta étrangement inactif) ? Cette même banque, qui associé à Rockfeller dès 1936, mandata au début des années 80 deux secrétaires très influents de l’administration Reagan : Schultz à l’Etat et Weinberger à la Défense.

De telles connexions ne peuvent que nous interpeler. Mais il semblerait, encore une fois, que l’ivresse démocratique corrompe notre raison au point que nous laissons faire sans réagir les caprices oligarchiquesd’un empire au masque trop charitable…

Source : http://diktacratie.com/les-secrets-de-la-reserve-federale-americaine/

Fed