Entretien avec Etienne Chouard : le pouvoir antisocial de l’argent

Etienne Chouard nous montre comment le mécanisme de l’élection politique est intimement lié au pouvoir de l’argent.
Une explication qui met en lien la création monétaire et la concentration des richesses avec la nécessité d’écrire nous-même notre constitution pour se protéger des abus de pouvoir des plus riches.

I/ Introduction
Le tirage au sort / L’accusation de « complotisme ».

II/ Le pouvoir économique
Comment fonctionne la création monétaire / Les plus riches auto-proclamés indispensables aux processus de création de richesse / La nécessité de limiter les plus hauts revenus / Le Les jeunes générations qui se tournent vers la finance / Les retraites / La question de la propriété privée / La fin du capitalisme ? / Comparaisons avec la crise de 1929.

III/ Rendre le pouvoir politique au peuple
Le principe du tirage au sort : contrôler les personnes exerçant le pouvoir pendant toute la durée des mandats / Ecrire nous-même la constitution / Quel cadre géographique idéal ? / La question du protectionnisme.

IV/ Propos sur les temps à venir
Comment tenir le rapport de force face aux puissances d’argent / Les guerres à venir / La question de l’étalon-or / Proposer le revenu de base.

Interventions : Christophe Deloire / René Girard / Nicolas Dupont-Aignan / Bernard Maris / Marion Sigaut / Michel Collon / Thierry Meyssan

Les secrets de la Réserve Fédérale Américaine – Diktacratie

Les secrets de la Réserve Fédérale Américaine

PAR 

Donnez-moi le contrôle de la monnaie d’une nation, et je n’aurai pas à m’occuper de ceux qui font les lois. »

Cette phrase attribuée à Mayer Amschel Bauer montre toute l’ambition oligarchique de la Banque. Ce Bauer, plus connu sous le nom de ses armoiries rouges : Rothschild, avait dès 1773 le projet de remplacer l’aristocratie européenne par un nouvel ordre mondial financier. Au XIXème siècle la Maison Rothschildcontrôlait la moitié de la fortune planétaire. En 1910, affiliées de près ou de loin avec les plus grandes puissances bancaires de l’époque : J.P. Morgan Company, Brown brothers Harriman, M.M. Warburg & Co.,Kuhn-Loeb et J.Henry Schroder, elle pouvait prétendre façonner en coulisse, derrière les trônes et selon sesintérêts, le sens de l’Histoire.

Le pouvoir d’émettre de la monnaie confère tous les pouvoirs.

Et non l’inverse : ce n’est pas, comme il se devrait, l’Etat ou le roi qui décide de la création monétaire en fonction des besoins économiques du pays. Les grands banquiers, tous issus du commerce et trafic international  (chemins de fer, mercerie, cuivre, esclaves, diamants…), ont vite compris que pour augmenter la masse monétaire, -autrement dit pour continuer à s’enrichir en tirant avantage des surplus ou excédents de l’argent en circulation-, il fallait l’étalonner sur l’or. Ce métal précieux demeure une valeur stable, échangeable etuniverselle. Le cours des monnaies s’est ainsi internationalisé – premier pas dans la mondialisation- en se régulant par la mise en place de taux favorables.

Nos grands banquiers prétendaient alors apporter une stabilité économique à leurs nations par une réglementation des échanges d’argent… Ils limitaient surtout le flux sortant d’or afin d’en maintenir desréserves importantes dans des banques centralisées, qui pouvaient en dernier recours refinancer les banques en difficulté de leurs pays respectifs et ainsi éviter crises et faillites !

Mais ne nous leurrons plus : quiconque contrôle la masse monétaire contrôle les entreprises et les activités du peuple, et c’est là le réel intérêt des banques centrales. Elles s’organisent donc pour faire du profitet ce, indépendamment de toute institution et bonne volonté gouvernementale.

L’objectif premier de ces richissimes oligarques est l’obtention d’un pouvoir suprême par la création de dettes intarissables. Pourquoi dit-on que «la fortune des Rothschild consiste en la banqueroute des nations»? L’incroyable livre d’Eustace Mullins, Les Secrets De La Réserve Fédérale, nous dévoile cela de façon alarmante.

La FED

Au début du XXème siècle de puissants groupes bancaires majoritairement européens ont échafaudé aux Etats-Unis, alors seuls dépourvus de banque centrale, une législation monétaire dans l’intérêt des grandes entreprises et fortunes, ainsi qu’une administration adéquate – et dont le public ignorerait tout!

En cet automne 1910, une poignée d’homme vont décider du sort de l’Amérique en particulier et du Monde en général via la mise en place d’une Réserve Fédérale qui ne sera de fait qu’une banque centrale. Une banque centrale censée combattre les monopoles financiers par…un monopole financier!

Il aura fallu 3 ans et l’élection du président-pantin Wilson pour promulguer officiellement la Loi de la Réserve Fédérale et attribuer ainsi tout pouvoir à une banque par le contrôle privé de la monnaie en lieu et place du contrôle public. Ou comment voler au peuple le pouvoir de battre monnaie et d’en réguler la valeur.

Le cerveau de ce projet: le Baron Alfred Rothschild – petit fils de Mayer Amschel et directeur de la Banque d’Angleterre. Le principal instigateur et bénéficiaire: Paul Warburg. Sans ce dernier, envoyé de la maison bancaire allemande Kuhn, Loeb & Co., il n’y aurait pas eu cette Loi supérieure aux lois de l’Etat. Ajoutez les Lazard Frères, Lehman Brothers, Goldman Sachs, la famille Rockefeller et celle de J.P. Morgan commeactionnaires privés et cardinaux (et non fédéraux comme le sous entend la dénomination de cette banque), et vous comprendrez comment depuis 1914 les destinées politiques et économiques des américains sont dirigées. Vous comprendrez surtout comment les guerres, les révolutions, les crises et les dictatures dans le Monde sont commanditées par une poignée de financiers amoraux et apatrides.

Une oligarchie qui ne peut rien prévoir mais tout provoquer.

 

La première grosse mobilisation de crédit de la Réserve Fédérale Américaine (fondée sur l’impôt  sur le revenu alors créé) fut pour financer la Première Guerre Mondiale. La FED a dépensé l’argent du contribuable américain au rythme de dix milliards de dollars par an pour que la guerre perdure alors que les pays belligérants, englués dans une boucherie insensée, recherchaient la paix dès 1916…

Pourquoi le président Wilson leva l’embargo sur le transport des armes vers le Mexique en pleine décade révolutionnaire ?

Pourquoi les financiers de la Réserve Fédérale ont-ils apporté des fonds à Lénine et Trotski si ce n’est pourrenverser le régime tsariste tout en maintenant la Russie dans la Première Guerre Mondiale.

Pourquoi cette crise agricole américaine de 1920 à 1921 si ce n’est pour se rembourser d’agriculteurs tropindépendants, dans l’Ouest du pays, qui refusèrent de dilapider leur argent dans les spéculations sibyllines d’une Banque trop lointaine.

Pourquoi les principaux actionnaires de la Réserve Fédérale, alors opportunément tous éclipsés du Marché dès février 1929, ont-ils laissé la population et le pays se kracher dans une Dépression mémorable ?

Quelles étaient les réelles ambitions de Gordon Richardson, banquier le plus influent du monde de 1973 à 1983 et alors patron de la Banque d’Angleterre ? N’était-il pas avant le président de la J. Henry Schroder Company of New York (l’un des autres actionnaires de la Réserve Fédérale) de 1962 à 1973 ? Et ne parlons-nous pas ici de cette banque, la Schroder donc, qui approvisionna  l’Allemagne de 1915 à 1918, finança Hitler et rendit possible la Deuxième Guerre Mondiale, favorisa l’élection du président américain Herbert Hoover quelques mois avant la crise de 1929 (et pour laquelle ce dernier resta étrangement inactif) ? Cette même banque, qui associé à Rockfeller dès 1936, mandata au début des années 80 deux secrétaires très influents de l’administration Reagan : Schultz à l’Etat et Weinberger à la Défense.

De telles connexions ne peuvent que nous interpeler. Mais il semblerait, encore une fois, que l’ivresse démocratique corrompe notre raison au point que nous laissons faire sans réagir les caprices oligarchiquesd’un empire au masque trop charitable…

Source : http://diktacratie.com/les-secrets-de-la-reserve-federale-americaine/

Fed

Le juge anti-mafia Imposimato accuse le groupe Bilderberg de terrorisme – YouTube

Le juge anti-mafia Imposimato accuse le groupe Bilderberg de terrorisme – YouTube.

L’Empire du Mal n’existe pas, c’est des délires d’adeptes des théories de conspiration, des divagations des fans du New Age … écoutez très bien ce grand monsieur, un juge anti-mafia, suivez bien ce qu’il dit des résultats des enquêtes au sujet des attentats terroristes qu’a connue l’Italie dans les années 70, l’enquête remonte jusqu’au groupe Bilderberg, qui existait déjà depuis les années 60, et il n’est devenu célèbre que très récemment, en grande partie grâce que travaux des journalistes indépendants et des activistes  .. les plus éveillés ne seront certainement pas choqués, ceux qui préfèrent vivre dans le déni, continueront de somnoler et de suivre le troupeau …. !!!

bilderberg-1

 

Préserver ses Valeurs Morales et résister à la Fourberie du Système

Dans son processus de manipulation continu, visant à prendre le contrôle du destin de l’humanité toute entière, tantôt par les crises économiques et financières complètement fomentées et orchestrées, tantôt par les conflits militaires, L’Oligarchie Financière Mondialiste a besoin de détruire toute forme de valeur ou de morale humaine basée sur la bonté, la noblesse d’âme ou la compassion envers les autres, et ce quelque soit le contexte dans lequel ces valeurs interviennent ou apparaissent, car elles représentent un obstacle permanent face à toute tentative d’assimilation ou remodelage que le système sournois impose à l’être humain, ainsi, la Cupidité, la Méchanceté , l’Indifférence vis à vis du mal, l’Égoïsme et l’Égocentrisme exacerbés, sont toutes des notions que ce système cherchera par tout les moyens possibles à vous inculquer ou à vous vous encourager à adopter, développer et maintenir dans toutes vos interactions avec la société, que ce soit dans la Famille, dans la Rue, à l’Ecole, dans le Travail ou le Cadre Professionnel en général, et particulièrement dans ce dernier, il est communément admis que le fait de montrer qu’on est capable de la pire des ignominies vis à vis de ses collègues (répressions, délation, harcèlement morale …) est un signe de compétence et de savoir faire hautement qualifié et cautionné et récompensé par les Managers, et la plupart d’entre nous remarquerons que le plus ils sont capables de préserver leurs valeurs morales et humaines face à cette déferlante du mal qui jaillit de partout, le plus ils auront du mal à évoluer, coexister ou même survivre au milieu de la société, ainsi la principale vocation du système est de faire de vous des prédateurs capables des pires atrocités contre vos semblables à la première occasion qui se présente et avec l’ultime conviction que c’est un comportement purement naturel et irréprochable même, et à titre d’exemple, il n’y a qu’a voir toute la fausse aura positive qui a longtemps entourée les cadres de la finance spéculative de Wall Street comme les Traders et les cadres des banques d’investissement, une image complètement fausse qui a fait d’eux un modèle de réussite professionnelle ouvertement encouragé et promu comme un modèle exemplaire à suivre celui du Golden Boy, alors qu’au lendemain de la crise Financière Mondiale de septembre 2008, il s’est avéré que ce modèle n’est qu’une des pires formes de cupidité et de voracité que l’humanité a jamais connu depuis des siècles, puisqu’il s’est avéré que ces Golden Boys ont été les instigateurs d’une énorme opération de transfert de richesses des mains des pauvres pour les remettre aux plus riches à travers des spéculations financières criminelles et ce sous la protection et l’œil bienveillant de l’Oligarchie Financière, en d’autre termes, soit vous acceptez la soumission sous ses pires formes, soit vous choisissez de vous marginalisez et encore, on ne vous laissera jamais faire, puisque les mécanismes de l’assimilation forcée, continueront à vous marteler systématiquement jusqu’à ce que vous cédez complètement …… !!!!

Celui qui est incapable de faire plier son ego aussi infime ou démesuré qu’il soit, sera toujours une victime facile face à ces tentatives de soumissions du système, en effet sa propre destruction réside en lui et tout les mécanismes de défense naturelles qui font que l’être humain soit capable des plus belles formes de noblesse d’âme, de bonté et de compassion envers ses semblables, se retrouvent anéanties par ce besoin morbide de satisfaire un Ego qui est à la base conçu de manière à ne pas reconnaître de limites pour réaliser ses désirs et atteindre ses objectifs même les plus ignobles et les plus vils, dans un monde ou la pensée libertaire rejoint le mode de gestion économique et politique libéral qui prône la cupidité et la spéculation comme valeurs absolues, il est tout à fait normal d’accepter que l’être humain soit capable de toutes les formes de méchanceté et de cruauté possibles et imaginables, puisque la fin justifie systématiquement les moyens.

Alors ne vous posez plus de question sur l’origine de toutes ces formes du mal qui nous entourent et qui gagnent du terrain chaque jour, c’est avant tout, une histoire de soumission qui commence au plus profond de nos âmes, notre monde actuel, tel qu’il est conçu et vécu fait en sorte que la majorité d’entre nous soient prêts à céder ne serait-ce qu’une infime partie de leur être sans la moindre réflexion ou regret, et les mécanismes économiques et financiers (Pauvreté, crise, précarité économique, chômage …) ne sont que la face apparente de l’Iceberg, en réalité toute forme de Mal absolue capable d’apparaître et de s’épanouir (Crimes, Meurtres, Vols, Guerres, Délation, Exploitation, Cupidité, Sauvagerie, Barbarie, Atrocités …) dans une société quelconque est principalement dû à la faible résistance psychologique de l’être humain face aux processus de manipulation et de déception qu’il subit au quotidien (Médias, Journaux, Télévision, Cinéma, Politique …).

Ainsi les valeurs morales peuvent devenir des sources de faiblesse psychologique et causer un mal-être profond et constant chez l’âme humaine, les plus faibles parmi nous auront beaucoup de difficultés à contenir l’effet néfaste que ça peut engendrer dans leurs vies et choisiront de capituler facilement et réduire à néant toute volonté de combat, surtout en face de la perspective alléchante que représente la récompense en contrepartie, à savoir l’atteinte d’un objectif futile ou dérisoire dans un monde pourri (Réussite professionnelle, Statut social, Richesse pécuniaire …), et il faut se rendre à l’évidence, au bout du compte, ces malheureux cèdent ce qu’ils ont de plus noble et de plus humain pour une seule et unique raison, avoir les moyens de consommer encore plus que les autres, acquérir plus de biens puérils dont ils n’ont pas vraiment besoin pour s’assimiler et se faire accepter par un système fourbe, hypocrite et maléfique qui va les intégrer par la force dans une matrice de manipulation à l’échelle sociale pour continuer le processus de perfidie et obliger leurs semblables à se soumettre et abdiquer à leur tour aussi …. !!!

L’unique voie de résistance face à cette nébuleuse du Mal Absolue, se résume à la quête continue de La Vérité dans toutes ses formes, l’être humain est appelé à maintenir l’Eveil de sa Conscience pour parer aux mécanismes d’absorption basée sur la duperie et la tromperie du système, ceux qui ont résisté dans le passé et continuent de le faire, savent très bien que le prix à payer peut s’avérer considérable mais quand on porte un regard critique sur tout ce qui nous entoure, on se rend compte que ça vaut vraiment la peine d’essayer, ne serait-ce que pour préserver son unicité, son individualisme et surtout son libre arbitre … !!!

Mehdi BOUABID

28/01/2013

Image