Brzezinski : « Oui, la CIA est entrée en Afghanistan avant les Russes … »

par Zbigniew Brzezinski

Brzezinski 

Zbigniew Brzezinski

Le Nouvel Observateur :L’ancien directeur de la CIA Robert Gates l’affirme dans ses Mémoires [1] : les services secrets américains ont commencé à aider les moudjahidine Afghans six mois avant l’intervention soviétique. A l’époque, vous étiez le conseiller du président Carter pour les affaires de securité. Vous avez donc joué un rôle clé dans cette affaire ? Vous confirmez ?

Zbigniew Brzezinski : Oui. Selon la version officielle de l’histoire, l’aide de la CIA aux moudjahidine a débuté courant 1980, c’est à dire après que l’armée soviétique eut envahi l’Afghanistan, le 24 décembre 1979.

Mais la réalité gardée secrète est tout autre : c’est en effet le 3 juillet 1979 que le président Carter a signé la première directive sur l’assistance clandestine aux opposants du régime prosoviétique de Kaboul. Et ce jour-là j’ai écrit une note au président dans laquelle je lui expliquais qu’à mon avis cette aide allait entraîner une intervention militaires des Soviétiques.

Le Nouvel Observateur : Malgré ce risque vous étiez partisan de cette « covert action » (opération clandestine). Mais peut-être même souhaitiez-vous cette entrée en guerre des Soviétiques et cherchiez-vous à la provoquer ?

Zbigniew Brzezinski : Ce n’est pas tout à-fait cela. Nous n’avons pas poussé les Russes à intervenir, mais nous avons sciemment augmenté la probabilité qu’ils le fassent.

Le Nouvel Observateur : Lorsque les Soviétiques ont justifié leur intervention en affirmant qu’ils entendaient lutter contre une ingérence secrète des Etats-Unis en Afghanistan, personne ne les a crus. Pourtant il y avait un fond de vérité. Vous ne regrettez rien aujourd’hui ?

Zbigniew Brzezinski : Regretter quoi ? Cette opération secrète était une excellente idée. Elle a eu pour effet d’attirer les Russes dans le piège Afghan et vous voulez que je le regrette ? Le jour où les Soviétiques ont officiellement franchi la frontière, j’ai écrit au président Carter, en substance : « Nous avons maintenant l’occasion de donner à l’URSS sa guerre du Vietnam. » De fait, Moscou a dû mener pendant presque dix ans une guerre insupportable pour le régime, un conflit qui a entraîné la démoralisation et finalement l’éclatement de l’empire soviétique.

Le Nouvel Observateur : Vous ne regrettez pas non plus d’avoir favorisé l’intégrisme islamiste, d’avoir donné des armes, des conseils à de futurs terroristes ?

Zbigniew Brzezinski : Qu’est-ce qui est le plus important au regard de l’histoire du monde ? Les talibans ou la chute de l’empire soviétique ? Quelques excités islamistes où la libération de l’Europe centrale et la fin de la guerre froide ?

Le Nouvel Observateur : Quelques excités ? Mais on le dit et on le répète : le fondamentalisme islamique représente aujourd’hui une menace mondiale.

Zbigniew Brzezinski : Sottises. Il faudrait, dit-on, que l’Occident ait une politique globale à l’égard de l’islamisme. Ç’est stupide : il n’y a pas d’islamisme global. Regardons l’islam de manière rationnelle et non démagogique ou émotionnelle. Ç’est la première religion du monde avec 1,5 milliard de fidèles. Mais qu’y a-t-il de commun entre l’Arabie Saoudite fondamentaliste, le Maroc modéré, le Pakistan militariste, l’Egypte pro-occidentale ou l’Asie centrale sécularisée ? Rien de plus que ce qui unit les pays de la chrétienté.

Zbigniew Brzezinski

Brz Paki

Source 
Nouvel Observateur (France)

Divided States of America: The Mother of all Austerity Measures – SPIEGEL ONLINE

Divided States of America: The Mother of all Austerity Measures – SPIEGEL ONLINE.

Divided States of AmericaNotes on the Decline of a Great Nation

By SPIEGEL Staff

REUTERS

Part 4: The Mother of all Austerity Measures

In the 2012 campaign, many Americans have realized for the first time that the US’s role as a global power is no longer uncontested, something the Republicans blame on their enemy Obama, arguing that he hasn’t been aggressive enough in places like Libya, Syria and Iran. « We can neither retreat from the world nor try to bully it into submission, » he said before coming into office, a statement that Republicans interpret as a sign of weakness, a conviction they feel is only reinforced by the military withdrawals during Obama’s term.

Obama wanted to withdraw US troops from Iraq and, by 2014, from Afghanistan, but he also had no choice. Both cost considerations and the dramatic failure of both operations spoke in favor of withdrawals. Contrary to what many a global strategist at the Pentagon may have envisioned, Iraq has not turned into a nucleus for new democracies in the Arab world. Instead, the country continues to stagnate today as a new dictatorship in disguise, and it remains plagued by terrible bombing attacks. After 10 years of war, and despite the collaboration between NATO and the United Nations, Afghanistan, a major global project, remains a failure for the United States, which has already lost 2,144 soldiers and has brought home tens of thousands of troops with physical and emotional injuries, without being able to celebrate a tangible success.

The upheavals in the Arab world took America’s diplomats by surprise, and they ended Obama’s offensive in the Islamic world. But they also showed how poorly connected and, ultimately, uninfluential the United States is in the region today. A member of the Muslim Brotherhood is now Egypt’s president, Iran apparently remains undeterred in advancing its nuclear program and the situation in Israel is more precarious that ever. These are all signs that America has far less influence than many Americans still want to believe.

This is not solely attributable to an American decline, but also has to do with various shifts in the global power structure. The unique role the country enjoyed for a short period after the collapse of the Soviet Union is gone. There was a moment, at the time, in which the apologists for American greatness had already declared the end of history, because they felt that there was now proof that there could only be one model of governmental organization: the Western, economically liberal democracy based on freedom. But that moment is over.

The Beginning of the Post-American World

Romney’s campaign speeches sounded especially empty when he proclaimed the 21st century as an « American century, » once again. In fact, there is much more to be said for the notion that, as Time columnist Zakaria believes, the « age of the post-American world » is beginning. In his new book « In No One’s World, » Washington political scientist Charles Kupchan writes that there are apparently « multiple paths to modernity, » even if this isn’t what the old West wants to hear. The world, says Kupchan, is not getting more homogeneous and more American, but rather more diverse and less American.

China is a case in point. For the time being the country, with its authoritarian government, has apparently managed to enable a sufficiently large middle class to take part in its economic success, so that a majority of Chinese citizens are not as likely to challenge Communist Party control. Some 80 percent of respondents to a survey in China said that they were satisfied with the country’s direction, compared to less than 30 percent of respondents to a similar survey in the United States. Many developing countries are now looking to China instead of the US as a role model on how to structure a country. They are no longer seeking the light of the American beacon on the horizon. And unless a miracle occurs after the election, specifically by Dec. 31, 2012, that light could go out soon, or at least be reduced to a flicker.

That’s when an ultimatum expires that is known as the « fiscal cliff, » which Democrats and Republicans set for themselves, after the dramatic failure of their budget negotiations in the summer of 2011, so as not to drive the world’s largest government budget against a wall. If both sides can’t agree to a joint solution, budget cuts and tax increases will automatically take effect on Dec. 31 that will massively reduce the deficit by $900 billion.

So far, both sides have shown little willingness to compromise. The Democrats insist on tax increases for the rich, which the Republicans reject, arguing that the budget should be consolidated through spending cuts alone. President Obama, who will remain in office until at least Jan. 20, 2013, regardless of the election outcome, has announced that he will veto any proposal that doesn’t include higher taxes for the rich.

The automatic emergency savings package would reduce the budget deficit by $607 billion. This would translate into cuts for doctors and hospitals, schools and day care, theaters and museums, train stations, airports and universities. Purchasing power would be reduced and investments would not be made, all because, in today’s America, political compromises and the reasonable balancing of interests no longer seem possible.

An austerity program of this magnitude would cost the economy about 5.1 percent of the gross domestic product. Not even the crisis-ridden countries of the euro zone have instituted such drastic austerity programs.

According to official government sources, the country could face a « significant recession » unless it finds a solution to its budget problem. The economy, which is predicted to grow by at least 2.5 percent next year, could shrink instead, leading to an unemployment rate of more than 9 percent. It’s a nightmare scenario that even the International Monetary Fund, normally a proponent of drastic austerity programs, warns against. Behind the fiscal cliff is a gaping abyss into which all hopes for America’s future could disappear.

Perhaps it is already merely a question of controlling the problem and making preparations for the post-American age.

That would require changes to the National Mall in Washington, DC. Memorials for the soldiers killed in the wars in Iraq and Afghanistan would be needed, memorials that are still missing in the open-air museum of imperial American greatness. One day, a statue would also have to be erected for the first black president of the United States, Barack Hussein Obama. The plaque could very well read that he had the misfortune of coming into office when the American empire was just turning into a beautiful memory.

By ULLRICH FICHTNER, HANS HOYNG, MARC HUJER AND GREGOR PETER SCHMITZ

Follow this correspondent on Twitter:

Follow @GPSchmitz

A homeless man on the streets of Los Angeles: States like California now spend...

http://www.spiegel.de/international/world/divided-states-of-america-notes-on-the-decline-of-a-great-nation-a-865295-4.html

QE3 : Le début de l’apocalypse financière ? – AgoraVox le média citoyen

QE3 : Le début de l’apocalypse financière ? – AgoraVox le média citoyen.

L’assassinat jeudi de l’ambassadeur des Etats Unis d’Amérique en Libye a occulté un autre événement tout aussi inquiétant et porte en lui les germes de l’effondrement du système monétaire international : La Federal Reserve a annoncé acheter désormais pour 40 milliards de dollars par mois de titres de la dette, sans milite dans le temps

QE3, voilà un acronyme bien mystérieux, que la plupart des gens ne comprennent pas. Le nom complet, Quantitative Easing 3 n’est guère plus parlant. La traduction française, 3èmeAssouplissement Quantitatif, n’explicite pas grand chose au non initié. Une petite explication est donc nécessaire.

 Qu’est ce que « quantitatif » veux dire ?

Il s’agit de monnaie, plus précisément de dollars, la monnaie de référence mondiale. Quantitatif signifie qu’on va changer la quantité de monnaie qui circule.

Que signifie Easing (assouplissement)

Cela signifie qu’on va augmenter cette masse de monnaie en circulation. En d’autre terme il va y avoir une inflation monétaire.

Comment ça se passe ?

Les USA « titrisent » leur dette, c’est à dire qu’on crée des « titres de propriété » de portions de cette dette dans le but de les vendre. L’acheteur devient alors « propriétaire » d’une partie de cette dette. Cela revient à un emprunt d’état.

Qui achète ces titres de dette ?

Plus personne n’en veux plus. Historiquement c’étaient la Chine et l’Arabie Saoudite qui en achetaient la plus grosse partie. Mais comme personne n’en veux, c’est la Federal Reserve qui les achète.

Avec quel argent ?

La Federal Reserve (FED) émet des dollars tous neufs à partir de rien. C’est pourquoi on dit que cela revient à monétiser la dette, c’est à dire à la faire fondre en abusant de la « planche à billets ».

Que signifie le 3

C’est la 3ème opération de ce genre depuis 2006. Petit rappel historique :

2006 (septembre) L’administration Bush annonce qu’elle va cesser de publier l’indice M3. Il s’agit de l’indice qui indique la masse de dollars en circulation dans le monde. Le thermomètre est cassé.

QE1 (2008) :

la FED émet  2000 milliers de milliards de $US (2,1×1015).
La Bank of England : 375 milliards de £ (375×1012).
La Bank Of Japan : 55 milliards de milliards de Yen (55×1018).
La BCE : 60 milliards d’€ (60×1012).

Note : Je met les chiffres en notation scientifique car la presse française utilise souvent les termes anglo-saxons de « billion » et « trillion » qui ne correspondent pas à nos billions et trillion français.

En français, un billion US correspond à un milliard et un trillion US à un milliard de milliards.

Vous avez l’impression qu’on parle astrophysique ? N’oubliez pas que ce dont on parle là c’est de la planche à billet, de sommes astronomiques sorties de nulle part et injectés dans le systeme bancaire.

Mais comme rien ne se perd et rien ne se crée, ces sommes en fait vienne bien de quelque part : elle sont prélevées sur la valeur de chaque billet qui circulait précédemment. Bref,  dans la poche de tous ceux qui ont des Yen, de £, des € et des $.

Et comme les deux plus gros portefeuilles en dollar dans le monde sont les fonds souverains Chinois et Saoudien, on comprend que l’opération ne les a pas enchanté et qu’ils ont cessé d’acheter des titres de la dette US lors du QE2.

Car il y a eu un QE2. Ces sommes, bien qu’astronomiques, n’ont permit de faire survivre le systeme bancaire mondial (et, accessoirement, les salaires indécents de ses patrons) que deux ans.

On a donc remit ça en 2010 avec le QE2 au cours duquel la FED émet 600 milliards de milliards de $US supplémentaires (2,1×1015).

Je sens que vous avez le tournis, aussi  vous laisse prendre une aspirine avant de vous expliquer pourquoi cela n’était que le prélude et que le QE3 est un coup d’état permanent comme dirait Mitterrand.

« Nous somme ici par la volonté du peuple et nous ne sortons le chéquier que par la force des baïonnettes. »

C’est un peu ce qu’auraient pu dire les membres du Congrès des Etats Unis d’Amérique en 2008, quand le secrétaire au trésor de l’époque Henry Paulson, présenté la note du QE1 au vote des représentants du peuple. Un vote extorqué la baïonnette dans le dos, comme l’a révélé les auditions obtenues plus tard par le sénateur républicain Ron Paul. L’ultimatum était clair : Votez le plan Paulson ou demain matin le soleil de se lèvera pas.

Obtenir le vote du Congrès et la signature du président des USA fut autrement plus ardu pour le QE2 en 2010.

Quand au QE3 il a trainé dans le parapheur depuis l’été dernier avant qu’un Obama en fin de mandat et mal parti pour ne faire un second ne finisse par accepter de le signer. Après moi le déluge, en somme.

Déluge permanent d’argent.

Mais tout cela c’est de l’histoire ancienne. Car, comme l’a annoncé la Federal Reserve, le QE3 est un programme d’émission monétaire permanent, et ce jusqu’à ce que l’économie US « sorte de la crise ». Autant dire que ce n’est pas pour demain et que rien n’interdit de penser que cette sortie se fera les pieds devant. Bref, le Congrès et le Président n’auront plus à donner leur avis.

On a retiré le frein démocratique de la planche à billet.

A ce point, le lecteur attentif de mes articles précédents aura remarqué un point de convergence qui n’est pas fortuit avec la situation au sein de la Zone Euro.

En effet, j’ai expliqué dans un article précédent (mais je ne suis pas le seul) que les statuts du Mécanisme Européen de Stabilité (MES) étaient antidémocratiques justement parce qu’ils obligeaient les états de la zone euro à financer le système de « stabilité » à l’initiative exclusive du directoire du MES, et à déboursersous les 15 jours le montant décidé en vase clos par eux sans que ni les gouvernements ni les parlements n’aient jamais eur mot à dire.

Hier, le conseil constitutionnel allemand est parvenu à la même conclusion, et n’à donc donné son feu vert pour la ratification du traité qu’à la condition qu’un plafond maximum de la contribution allemande soit défini et qu’il ne puisse être dépassé sans une consultation du Bundestag.

Les allemands ont vérifié les freins. « Deutsche qualität »

Un frein pour 17 c’est peu.

Hollande, à l’opposé est tout disposé à nous embarquer dans « El camino de la muerte » avec un véhicule sans freins.

Il ne nous reste plus qu’à faire nos prières, car la situation est en train d’échapper progressivement à tout contrôle démocratique tant aux USA qu’en Europe.

La suite est connue, elle a été vécue par les allemands lors de la république de Weimar (1918-1933).

En 1923 le Mark est entré en hypereinflation, au point que les prix changeaient d’heure en heure. Le prix du timbre postal est passé de 10 Marks à 30 millions de Marks en 9 mois.

Seul un retour à une monnaie adossée à l’or a stoppé cette crise, qui a ruiné les allemands (manifestement ils s’en souviennent encore).

Aujourd’hui la planche à billets est devenue électronique, ce qui facilite encore plus l’émission de « papier ». La tentation de faire marcher la planche à billets est d’autant plus grande que la Chine et l’Arabie saoudite ont d’énormes fonds souverains en $, les USA et l’Europe « possèdent » d’aussi gigantesques dettes.  Sans frein démocratique, on voit mal ce qui pourrait désormais la ralentir.

En effet, ce que les banquier centraux appellent « besoin de recapitalisation bancaire » cache pudiquement le fait que le système bancaire sous perfusion exige des afflux constants de monnaie fraichement créée pour continuer de survivre.

Un monde monétaire en apesanteur.

Du fait de cet inflation monétaire, la valeur des principales monnaie est en chute libre. Non pas l’une par rapport à l’autre comme en 1923 quand le Mark chutait par rapport au dollar, mais toutes ensemble par rapport à des valeurs tangibles comme l’or ou l’argent (le métal).

Aussi il est naïf de se rassurer en comparant le cours de l’€ par rapport au $ ou à la £ : nous sommes tous en chute libre, et notre vitesse de chute augmente de façon exponentielle.

Le frein politique qui aurait pu freiner cette chute n’existe plus qu’en Allemagne, mais il demeure bien seul pour empêcher l’entrée en hyperinflation de l’Euro et il ne sera efficace pour l’économie allemande que si l’Allemagne s’extirpe de l’Eurozone.

Le coup d’état mondial est donc en passe de devenir permanent et nous entrons dans une phase de fuite en avant dont l’issue, historiquement, a toujours été la guerre.

Or l’entrée des USA dans cette phase critique est en train de refermer la fenêtre d’intervention militaire de l’empire car le coût des opération militaires va bientôt se heurter au choc monétaire. On comprend que Benjamin Netanyahu s’impatiente de voir les USA s’impliquer dans une guerre avec l’Iran avant que le nerf de la guerre ne fasse défaut.

Les événements (fortuitement déclenchés par une bande annonce provocatrice ?) d’hier à Bengazi, et parmi les autres pays musulmans, vont-ils « tirer les USA par le cheveux dans la guerre » ?

http://www.youtube.com/watch?v=Y7DH…

Avec cet arrière fond de crise potentielle la visite à haut risque du Pape au Liban pourrait également mal tourner. Venons-nous d’assister à l’assassinat du prince François-Ferdinand d’Autriche ?

parAldous(son site)vendredi 14 septembre 2012