Boy, seven, pictured smoking a cigarette and hanging on to his gun in violence-plagued Syria | Mail Online

Cet article paru dans le journal Anglais du Daily Mail, parle d’un enfant de 7 ans qui s’appelle Ahmed, d’après le journal, ce petit prend part aux combats dans le quartier de Salaheddine dans la ville de Alep en Syrie aux côtés de son père lui même membre de l’Armée Syrienne Libre, on le vois sur ces photos entrain de fumer une cigarette avec une Kalachnikov sur son épaule … c’est ça la Syrie qu’ils veulent, c’est ça le Printemps Arabe, la destruction de toute une nation avec le sang des innocents …. !!!!!

Mehdi BOAUBID

29/03/2013

**********************************************************************************************

 

A shocking photo of a small boy smoking a cigarette and clutching a high-powered rifle has emerged from the violence in war-torn Syria.

In the captivating images taken on Wednesday, 7-year-old Ahmed – the son of a rebel fighter – takes a drag from the cigarette and exhales a cloud of smoke like he’s been doing it for years.

With his right hand, he holds the back of his weapon.

Scroll down for video

Little warrior: Ahmed, the 7 year old son of a FSA fighter, stands in front of a barricade were he assists his Free Syria Army comrades in the neighborhood of Salahadeen

Little warrior: Ahmed, the 7 year old son of a FSA fighter, stands in front of a barricade were he assists his Free Syria Army comrades in the neighborhood of Salahadeen

Children of war: The photo was taken in front of a barricade in the neighborhood of Salahadeen, Aleppo - the front lines of the bloody Syrian civil war

Children of war: The photo was taken in front of a barricade in the neighborhood of Salahadeen, Aleppo – the front lines of the bloody Syrian civil war

The photo was taken in front of a barricade in the neighborhood of Salahadeen, Aleppo – the front lines of the bloody Syrian civil war.

The photo comes as international powers rejected a request to provide Patriot missile support for rebel-held areas of northern Syria.

The refusal by NATO sends a message to President Bashar al-Assad to ‘do what you want,’ Syrian opposition leader Ahmed Moaz Alkhatib said on Wednesday.

Strong words: NATO's refusal to provide Patriot missiles for Syrian rebels tells President Bashar al-Assad to 'do what you want,' says opposition leader Ahmed Moaz Alkhatib, pictured

Strong words: NATO’s refusal to provide Patriot missiles for Syrian rebels tells President Bashar al-Assad to ‘do what you want,’ says opposition leader Ahmed Moaz Alkhatib, pictured

Alkhatib, a popular figure in the opposition, also said he would not rescind his resignation as leader of the main anti-Assad alliance but he would still perform leadership duties for the time being.

NATO said on Tuesday it had no intention of intervening militarily in Syria after Alkhatib said he had asked the United States to use Patriot missiles to protect rebel-held areas from Assad’s air power.

‘Yesterday I was really surprised by the comment issued from the White House that it was not possible to increase the range of the Patriot missiles to protect the Syrian people,’ Alkhatib told Reuters.

‘I’m scared that this will be a message to the Syrian regime telling it « Do what you want. »‘

Asked about his resignation on Sunday as leader of the rebel coalition – which he has said was motivated mainly by frustration at Western reluctance to increase support for the opposition – he said: ‘I have given my resignation and I have not withdrawn it. But I have to continue my duties until the general committee meets.’

Alkhatib took Syria’s vacant seat at an Arab League summit in Qatar on Tuesday, deepening the Assad government’s diplomatic isolation two years into a conflict that has cost an estimated 70,000 lives.

The 22-nation League lent its support to giving military aid to the Syrian rebels and a summit communique also offered some of its sternest language yet against Assad, affirming member states had a right to offer help.

But Tuesday’s proceedings offered no clarity on Alkhatib’s position in the leadership, a question central to Arab and Western efforts to shore up the political credibility of the opposition and heighten pressure on Assad and his inner circle.

Conflict: A Syrian opposition fighter runs for cover from Syrian army snipers during clashes in the northern city of Aleppo

Conflict: A Syrian opposition fighter runs for cover from Syrian army snipers during clashes in the northern city of Aleppo

Fighting back: Free Syrian Army fighters take their positions as they observe the Syrian army forces base of Wadi al-Deif, at the front line of Maaret al-Numan town, in the Idlib province

Fighting back: Free Syrian Army fighters take their positions as they observe the Syrian army forces base of Wadi al-Deif, at the front line of Maaret al-Numan town, in the Idlib province

In his remarks to Reuters, Alkhatib sought to portray himself as a conciliatory figure, declining to be drawn on his next political moves.

Asked whether he would withdraw his resignation, he replied: ‘This is the situation as it stands.’

He said that until the coalition meets, he would focus on ‘narrowing differences and building a bridge between the factions in the opposition.’

Opposition rifts are many.

They include rivalry between liberals and various sorts of Islamists, between exiles and groups that operate within Syria, and between those seeking a political settlement and those who insist an armed campaign is the only solution.

Those divisions are reflected among Arab states, which agree on little other than their professed abhorrence of the bloodshed caused by an increasingly sectarian conflict.

Read more: http://www.dailymail.co.uk/news/article-2300251/Boy-seven-pictured-smoking-cigarette-hanging-gun-violence-plagued-Syria.html#ixzz2OvnMse7G
Follow us: @MailOnline on Twitter | DailyMail on Facebook

 

Brzezinski : « Oui, la CIA est entrée en Afghanistan avant les Russes … »

par Zbigniew Brzezinski

Brzezinski 

Zbigniew Brzezinski

Le Nouvel Observateur :L’ancien directeur de la CIA Robert Gates l’affirme dans ses Mémoires [1] : les services secrets américains ont commencé à aider les moudjahidine Afghans six mois avant l’intervention soviétique. A l’époque, vous étiez le conseiller du président Carter pour les affaires de securité. Vous avez donc joué un rôle clé dans cette affaire ? Vous confirmez ?

Zbigniew Brzezinski : Oui. Selon la version officielle de l’histoire, l’aide de la CIA aux moudjahidine a débuté courant 1980, c’est à dire après que l’armée soviétique eut envahi l’Afghanistan, le 24 décembre 1979.

Mais la réalité gardée secrète est tout autre : c’est en effet le 3 juillet 1979 que le président Carter a signé la première directive sur l’assistance clandestine aux opposants du régime prosoviétique de Kaboul. Et ce jour-là j’ai écrit une note au président dans laquelle je lui expliquais qu’à mon avis cette aide allait entraîner une intervention militaires des Soviétiques.

Le Nouvel Observateur : Malgré ce risque vous étiez partisan de cette « covert action » (opération clandestine). Mais peut-être même souhaitiez-vous cette entrée en guerre des Soviétiques et cherchiez-vous à la provoquer ?

Zbigniew Brzezinski : Ce n’est pas tout à-fait cela. Nous n’avons pas poussé les Russes à intervenir, mais nous avons sciemment augmenté la probabilité qu’ils le fassent.

Le Nouvel Observateur : Lorsque les Soviétiques ont justifié leur intervention en affirmant qu’ils entendaient lutter contre une ingérence secrète des Etats-Unis en Afghanistan, personne ne les a crus. Pourtant il y avait un fond de vérité. Vous ne regrettez rien aujourd’hui ?

Zbigniew Brzezinski : Regretter quoi ? Cette opération secrète était une excellente idée. Elle a eu pour effet d’attirer les Russes dans le piège Afghan et vous voulez que je le regrette ? Le jour où les Soviétiques ont officiellement franchi la frontière, j’ai écrit au président Carter, en substance : « Nous avons maintenant l’occasion de donner à l’URSS sa guerre du Vietnam. » De fait, Moscou a dû mener pendant presque dix ans une guerre insupportable pour le régime, un conflit qui a entraîné la démoralisation et finalement l’éclatement de l’empire soviétique.

Le Nouvel Observateur : Vous ne regrettez pas non plus d’avoir favorisé l’intégrisme islamiste, d’avoir donné des armes, des conseils à de futurs terroristes ?

Zbigniew Brzezinski : Qu’est-ce qui est le plus important au regard de l’histoire du monde ? Les talibans ou la chute de l’empire soviétique ? Quelques excités islamistes où la libération de l’Europe centrale et la fin de la guerre froide ?

Le Nouvel Observateur : Quelques excités ? Mais on le dit et on le répète : le fondamentalisme islamique représente aujourd’hui une menace mondiale.

Zbigniew Brzezinski : Sottises. Il faudrait, dit-on, que l’Occident ait une politique globale à l’égard de l’islamisme. Ç’est stupide : il n’y a pas d’islamisme global. Regardons l’islam de manière rationnelle et non démagogique ou émotionnelle. Ç’est la première religion du monde avec 1,5 milliard de fidèles. Mais qu’y a-t-il de commun entre l’Arabie Saoudite fondamentaliste, le Maroc modéré, le Pakistan militariste, l’Egypte pro-occidentale ou l’Asie centrale sécularisée ? Rien de plus que ce qui unit les pays de la chrétienté.

Zbigniew Brzezinski

Brz Paki

Source 
Nouvel Observateur (France)

La démocratie n’existe plus en Grèce – Blackwater protège le gouvernement

Blackwater

Un ancien diplomate grec, Leonidas Chrysanthopoulos, s’est confié depuis qu’il a démissionné de son poste aux ministère grec des affaires étrangères. Notamment avec Leigh Phillips de Newstatesman et Barbara Van Haute de Millstonenews. Il prédit une insurrection sociale et des manifestations violentes en Grèce et indique que le gouvernement aurait engagé BlackWater, l’entreprise américaine militaire privée tristement célèbre pour ses activités en Irak, pour protéger le parlement. S’il semble être rassuré sur les forces armées grecques et un éventuel coup d’État, il ne mâche pas ses mots sur le gouvernement, l’UE et le futur sombre qui attend le pays.

Leonidas Chrysanthopoulos était un diplomate du ministère grec des affaires étrangères. En tant que jeune officier en service dans les années 1970, il a contribué à assurer l’adhésion de la nation alors fraîchement démocratique à l’Union Européenne (à l’époque la CEE). Il a été ambassadeur d’Athènes en Pologne, en Albanie et au Canada, et, enfin, le directeur général des affaires européennes au sein du ministère.

L’an dernier, il a finalement démissionné en tant que secrétaire général de l’organisation de coopération de la mer Noire, est parti dans le secteur privé, et se sent désormais libre de parler ouvertement de sa fureur sur ce que font l’Europe et les prêteurs internationaux à son pays.

« A un certain moment, très bientôt, il y aura une explosion des troubles sociaux. Cela sera très désagréable » dit-il. Dans les dernières semaines, les bureaux des partis au pouvoir ont été incendiés, ainsi que les maisons de journalistes pro-gouvernementaux. Le siège du parti de la Nouvelle Démocratie au pouvoir a été mitraillé et quelques jours plus tard, une bombe a explosé dans un centre commercial appartenant au 2ème citoyen le plus riche du pays. Personne n’a été gravement blessé par les attaques.

« Il s’agit d’une escalade des actions », s’inquiète-t-il, ajoutant qu’il s’attend à ce que « l’explosion » se produise tôt ou tard. Il prédit que l’étincelle arrivera quand les nouveaux impôts et les nouvelles taxes avec effet rétroactif viendront à échéance dans les prochains mois et que les gens ne pourront tout simplement pas payer. « Il y aura de nouvelles hausses des actions armées. Il y aura des manifestations sanglantes. »

« Ces actions sont condamnables, bien sûr, mais je pense que ce genre d’activité armée augmentera aussi longtemps que le gouvernement continue d’imposer des mesures oppressives contre le peuple grec. »

Le Premier ministre belge Elio di Rupo à dit à Davos que l’Europe doit arrêter la course à l’austérité dans les six mois s’il n’y a aucun signe de reprise. Ce sont des paroles d’espoir pour Chrysanthopoulos, mais il craint que cela ne soit déjà trop tard pour son pays.

« Nous n’avons pas six mois. Si l’UE veut changer quelque chose, ils doivent le changer hier. Nous avons même des problèmes à enterrer les morts parce que les gens ne peuvent plus payer les frais d’obsèques. Nous nous dirigeons sur la voie de la destruction. (…) La situation en Grèce est dramatique. Si nous poursuivons la voie de l’austérité, nous finirons par un désastre. Si la Grèce abandonne l’euro et revient à la drachme, la situation serait difficile, mais plus facile à gérer. Si nous devions revenir à la drachme, cela se ferait progressivement avec les deux monnaies en coexistence pour une période d’un an, ce que nous avons fait lorsque nous avons adopté l’euro. Mais avec une monnaie nationale, la Grèce sera en mesure de la dévaluer et de rendre son économie plus compétitive. »

L’été dernier, la coalition dirigée par Antonis Samaras a lancé une rafle (l’opération « Xenius Zeus », le nom de l’ancien dieu de l’hospitalité) sur les immigrés irréguliers, incarcérant jusqu’à 60.000 personnes dont seulement 4.200 ont été arrêtées pour des infractions, une action qui a été critiquée par Amnesty International et d’autres organisations de défense des droits de l’homme.

Chrysanthopoulos a indiqué que le gouvernement a engagé Blackwater, l’entreprise paramilitaire  américaine de mercenaires, tristement célèbre pour ses activités en Irak, qui porte désormais le nom de « Academi ». Il en explique la raison sans ambages : « Le gouvernement grec n’a pas confiance en sa police, dont les salaires ont également été réduits. »

Dans une interview fin 2012, il a indiqué :

« La démocratie n’existe plus en Grèce. Les mesures d’austérité récemment adoptées étaient inconstitutionnelles selon les plus hauts tribunaux de la Grèce. Un membre du Parlement et ancien ministre a indiqué à la télévision que les mesures sont inconstitutionnelles, mais qu’ils doivent les voter. De cette façon, il ouvertement violé le serment qu’il a pris quand il a prêté serment de protéger la Constitution.

Le gouvernement grec a récemment conclu un accord avec la société remplaçante de Blackwater (Academi) pour engager des mercenaires pour la protection du Parlement. Cependant, le Parlement, dans les démocraties, ne requiert aucune protection. Des directives ont été données aux médias sur ce qui peut être dit et toléré et ce qui ne peut être toléré [voir ici]. Les journalistes qui ne se conforment pas sont harcelés par des agents du gouvernement ou arrêtés. Un autre journaliste a été sommairement congédié de la télévision d’État, car il a montré le premier ministre hué lors des célébrations de la fête nationale. Et l’UE se fout de la démocratie en Grèce comme elle le fait à propos de la démocratie dans les autres pays, comme la Turquie. »

Cependant, il précise que via ce qu’il entend par les contacts qu’il entretient parmi ses anciens collègues et des politiciens, il est convaincu qu’il n’y aura pas de coup d’État militaire, contrairement à 1967.

« Il y a des contacts de certains hommes politiques avec des éléments des forces armées afin de garantir que, dans le cas d’une agitation sociale importante, l’armée n’interviendra pas. »

« Je ne veux pas aller trop dans les détails ici car il s’agit d’une question délicate », poursuit-il. « Mais à la suite de ces contacts, je pense que cela va être un succès. »

Il déplore ce qui s’est passé à l’UE dans laquelle il a passé une grande partie de sa carrière: « Je faisais partie de l’équipe de négociation en tant que jeune diplomate qui a amené la Grèce à l’UE. L’UE que nous avons rejoint en 1981 n’existe plus. »

« Nous avons besoin d’un changement de cap. »

Une étude de la fédération grecque des PME a récemment estimé que plus de la moitié des foyers grecs était menacée d’insolvabilité en 2013. Plus d’un tiers de la population grecque vit désormais sous le seuil de pauvreté. 

Entretien avec Etienne Chouard : le pouvoir antisocial de l’argent

Etienne Chouard nous montre comment le mécanisme de l’élection politique est intimement lié au pouvoir de l’argent.
Une explication qui met en lien la création monétaire et la concentration des richesses avec la nécessité d’écrire nous-même notre constitution pour se protéger des abus de pouvoir des plus riches.

I/ Introduction
Le tirage au sort / L’accusation de « complotisme ».

II/ Le pouvoir économique
Comment fonctionne la création monétaire / Les plus riches auto-proclamés indispensables aux processus de création de richesse / La nécessité de limiter les plus hauts revenus / Le Les jeunes générations qui se tournent vers la finance / Les retraites / La question de la propriété privée / La fin du capitalisme ? / Comparaisons avec la crise de 1929.

III/ Rendre le pouvoir politique au peuple
Le principe du tirage au sort : contrôler les personnes exerçant le pouvoir pendant toute la durée des mandats / Ecrire nous-même la constitution / Quel cadre géographique idéal ? / La question du protectionnisme.

IV/ Propos sur les temps à venir
Comment tenir le rapport de force face aux puissances d’argent / Les guerres à venir / La question de l’étalon-or / Proposer le revenu de base.

Interventions : Christophe Deloire / René Girard / Nicolas Dupont-Aignan / Bernard Maris / Marion Sigaut / Michel Collon / Thierry Meyssan

Obama se tourne contre la Chine et délaisse l’ultrasionisme.

Même si j’ai beaucoup de mal à imaginer le fait que le Sionisme puisse perdre sa main mise sur le pouvoir politique, médiatique, économique et financier au Etats-Unis, je dois avouer que le nouveau mandat d’Obama semble prendre une direction tout à fait différente du précédent, effet de la crise économique et financière actuelle ou rétrécissement volontairement négocié de la sphère de pouvoir américain, en tout cas il y a du changement qui s’opère au plus niveau politique chez l’Oncle Sam … à suivre de très près … !!!

Mehdi BOUABID

11/03/2013

****************************************************************************************************************************************

On a du mal à percevoir les nouvelles conceptions politiques mises en place lors de ce second mandat d’Obama. Autant le premier était pro-sioniste malgré quelques réticences, autant le second ne le sera pas malgré quelques concessions.  L’administration américaine bascule clairement dans ce qui sera son objectif prioritaire: son combat contre l’influence chinoise.

Vers un nouveau monde bipolaire

Vers un nouveau monde bipolaire

Obama délaisse le lobby israélien

LA-VISITE-DOBAMA-EN-ISRAËL-A-UN-LOGO-OFFICIEL1Ce qui a frappé lors de l’inauguration de son second mandat est la ténacité avec laquelle le président Obama a écarté toutes les demandes du lobby sioniste de l’AIPAC alors qu’il n’y a pas si longtemps il se serait soumis. La nomination de Chuck Hagel qui n’est pas un sioniste tout en étant un défendeur de l’intégrité d’Israël est le marqueur qu’un changement de cap est en train de s’opérer à l’intérieur de l’administration américaine.

D’ailleurs la visite prochaine d’Obama en Israël est préparée avec fébrilité par l’entité sionistequi tente de faire croire que les USA seront toujours et en toutes circonstances les alliés d’Israël quoi que fasse celui-ci 1 . Le président Shimon Péres proclame partout toute la confiance d’Israël en ce président 2  comme une sorte d’exhortation mystique pour tenter de nouer à jamais les liens de domination sioniste sur la politique étrangère US.
En attendant les sionistes ont mis la main sur la puissance militaire française qui est entièrement à leurs services et le sera lorsque la nécessité le demandera comme le montre la déclaration ultrasioniste du président français:  » L’Iran est un danger pour le monde entier!«  3 . Une déclaration aussi débile que le ministre des affaires étrangères Laurent Fabius disant qu’Assad devait disparaître de la surface de la terre! Ce pays, la France, est entièrement entre les mains d’intérêts ultrasionistes ce qui décrédibilise de plus en plus notre diplomatie alors que les américains changent leur fusil d’épaule!

Obama veut faire plier Israël!

Il y a de l'eau dans le gaz entre les deux leaders.

Il y a de l’eau dans le gaz entre les deux leaders.

La nouvelle politique d’Obama vis-à-vis de l’entité sioniste sera beaucoup moins complaisante avec elle. C’est ainsi qu’il demandera (qu’il exigera?) lors de son prochain voyage qu’Israël accède à la demande internationale d’une partition en deux états distincts accédant à la demande palestinienne de récupérer la Judée-samarie soit la Cisjordanie 4  . C’est une demande assez hallucinante venant d’un allié indéfectible d’Israël car cela ne peut pas être accepté par l’entité sioniste.

Mais de plus Obama semble adoucir son emprise contre le nucléaire iranien en assouplissant les sanctions contre l’état chiite 5 ce qui va bien entendu contre la position ultrasioniste qui est d’éradiquer la puissance iranienne dans son voisinage pour construire ce fameux grand Israël impérialiste qui lui donnerait quasiment une autonomie suffisante pour son indépendance surtout vis-à-vis de son allié américain. Celui-ci ne peut pas partager cette vision d’avenir car il sait que cela ne peut arriver que lors de la ruine de l’empire américain dans une longue guerre en Iran contre l’empire russo-chinois. Obama ne veut donc pas dépendre de la vision ultrasioniste de sa politique étrangère car pour lui il est temps de changer son fusil d’épaule et de comprendre que l’empire susceptible de le menacer dans le futur sera l’empire chinois.

C’est pourquoi la seconde administration Obama voudra réorganiser politiquement ses alliances avec le monde arabe et se désengager militairement de la région. L’objectif étant de le rassembler dans sa sphère d’influence pour lutter contre l’expansion de la sphère d’influence chinoise beaucoup plus inquiétante pour son hégémonie. Exit donc la politique des néo-conservateurs! 6  . Exit donc aussi la vision anti-russe de Brezinsky, car la nouvelle politique sera au minimum d’engager des relations neutres avec la Russie pour désamorcer les conflits, comme ils essayent de le faire en Syrie 7  , et surtout pour éviter qu’elle se rapproche trop de la Chine. Tout le jeu politique trouble de John Kerry dans la région est donc d’essayer de nouer des relations diplomatiques avec la Russie sans pour autant oublier son allié éternel qu’est Israël ce qui constitue en fait un double-jeu à mettre en place pour ne froisser ni l’un ni l’autre assez délicat.

La nouvelle administration d’Obama tout entière tournée contre la Chine.

Une pression constante est mise sur la Chine au nom des intérêts nationaux américains.

Une pression constante est mise sur la Chine au nom des intérêts nationaux américains.

Le nouvel ennemi, officieusement déclaré bien sûr, de l’empire américain est l’empire chinois en construction. Car l’influence chinoise dans le monde est suffisamment grandissante pour nuire à terme à l’hégémonie politique des USA sur l’ordre mondial. N’est-ce pas ceux-ci qui ont les pouvoirs à l’ONU, au FMI voir même à l’OMC 8 ?
L’empire américain va achever de noyer dans sa sphère d’influence la pôle européen dont la Chine espérait qu’il serait un pôle indépendant de l’influence américaine. Raté. L’union européenne via la signature prochaine du traité transatlantique (2014-2015) achèvera de mettre l’Europe sous influence américaine. AQprès l’adhésion totale de l’UE à l’Otan, et donc sous commandement américain, le traité transatlantique parachèvera l’œuvre en créant une espèce d’Otan économique 9  . Ainsi l’Europe servirait de vache à lait aux intérêts américains dans le monde…

La déstabilisation de l’Asie a donc commencée pour empêcher le développement de la sphère d’influence chinoise de s’étendre dans la région Asie-pacifique en plein développement économique.
Des terroristes islamistes financés par l’Arabie Saoudite sont en train d’infiltrer la Malaisie 10  pour tenter de porter au pouvoir en Malaisie un gouvernement pro-occidental financé par l’Arabie Saoudite qui est elle-même sous contrôle américain. Comme le fait le Qatar en Afrique en finançant les « frères musulmans » qui seront plus à la solde des intérêts américains que sionistes.

La nouvelle administration chinoise qui rentrera dans le jeu mondial le 16 mars a défini clairement ses priorités qui seront donc de garantir sa zone d’influence en Asie -pacifique et d’augmenter sa sphère d’influence dans le monde arabo-africain, abandonnant clairement l’Europe la sachant vendue aux intérêts US 11 . Ce déploiement chinois hors de sa zone doit être contenue par l’empire américain. C’est donc pour cela que la France est intervenue au Mali pour garantir à l’empire que la zone minière d’importance ainsi que ce territoire stratégique restera entre ses mains et ne tombera pas aux mains d’islamistes ou de bédouins indépendants qui pourraient trouver un intérêt à nouer des relations fortes avec la Chine. A noter que l’expansion chinoise promise se fera par le développement de la sphère diplomatique et économique et que l’empire américain ne pourra la contrer qu’en utilisant sa supériorité militaire.

C’est ainsi qu’il faut analyser la tension en Corée par l’entremise de la Corée du Sud qui a pour conséquence de mettre la Chine en porte-à-faux dans son soutien indéfectible au régime nord-coréen et ainsi l’affaiblir sur la scène internationale. La Chine a d’ailleurs voté, ce qui est rare!, les sanctions contre la Corée du Nord car la Chine ne veut pas de tensions militaires avec les américains, ni être pointée du doigt par la communauté internationale. Elle a bien conscience que pour l’instant ce n’est nullement son intérêt.
C’est aussi le jeu trouble joué par le Japon, allié américain dans la zone, sur les îles Diaoyu 12  créant une tension militaire sino-japonaise de plus. Les américains restent neutres alors que l’agression est typiquement japonaise 13  ce qui tendrait à montrer que cela fait les affaires de l’administration US qui veut augmenter la pression sur la Chine dans la zone. Une administration qui s’annonce offensive technologiquement puisqu’elle se prépare visiblement à une guerre informatique contre la Chine 14  .

Comme on le constate donc l’administration américaine change son fusil d’épaule sachant que l’empire susceptible de le menacer à terme ne sera pas l’empire islamique qui n’existera pas mais l’impérialisme chinois qu’elle se doit donc de contraindre par tous les moyens possible. Ce sera difficile économiquement alors les manœuvres de déstabilisation par le terrorisme et par l’agitation militaire de ses alliés Corée du Sud et Japon dans la mer de Chine serviront à maintenir les autorités chinoises sur le grill dans sa sphère d’influence d’origine. La Chine qui, elle, s’apprête à renforcer ses liens avec les BRICS ce qui peut nous montrer qu’un nouveau monde bipolaire est proche d’émerger et que la tête de proue de cette nouvelle guerre froide à venir ne sera plus la Russie mais bien la Chine.

Source : http://lecitoyenengage.fr/2013/03/11/obama-se-tourne-contre-la-chine-et-delaisse-lultrasionisme/

 

 

Le féminisme est maçonnique

Les Loges Maçonnique et le Féminisme, une autre forme de manipulation sociale et médiatique …!!!

La Crise du monde moderne – René Guénon

‎ »Il y a là une relation qui suppose nécessairement deux termes en présence : il ne pourrait y avoir de gouvernés s’il n’y avait aussi des gouvernants, fussent-ils illégitimes et sans autre droit au pouvoir que celui qu’ils se sont attribué eux-mêmes ; mais la grande habileté des dirigeants, dans le monde moderne, est de faire croire au peuple qu’il se gouverne lui-même ; et le peuple se laisse persuader d’autant plus volontiers qu’il en est flatté et que d’ailleurs il est incapable de réfléchir assez pour voir ce qu’il y a là d’impossible. C’est pour créer cette illusion qu’on a inventé le « suffrage universel » : c’est l’opinion de la majorité qui est supposée faire la loi ; mais ce dont on ne s’aperçoit pas, c’est que l’opinion est quelque chose que l’on peut très facilement diriger et modifier ; on peut toujours, à l’aide de suggestions appropriées, y provoquer des courants allant dans tel ou tel sens déterminé : nous ne savons plus qui a parlé de « fabriquer l’opinion », et cette expression est tout à fait juste, bien qu’il faille dire, d’ailleurs, que ce ne sont pas toujours les dirigeants apparents qui ont en réalité à leur disposition les moyens nécessaires pour obtenir ce résultat. Cette dernière remarque donne sans doute la raison pour laquelle l’incompétence des politiciens les plus « en vue » semble n’avoir qu’une importance très relative ; mais, comme il ne s’agit pas ici de démonter les rouages de ce qu’on pourrait appeler la « machine à gouverner », nous nous bornerons à signaler que cette incompétence même offre l’avantage d’entretenir l’illusion dont nous venons de parler : c’est seulement dans ces conditions, en effet, que les politiciens en question peuvent apparaître comme l’émanation de la majorité, sur n’importe quel sujet qu’elle soit appelée à donner son avis, est toujours constituée par les incompétents, dont le nombre est incomparablement plus grand que celui des hommes qui sont capables de se prononcer en parfaite connaissance de cause. »

René Guénon (La Crise du monde moderne)

En intégralité ici : http://la-dissidence.org/2011/09/26/la-crise-du-monde-moderne-rene-guenon/

Image