» Tamerlan Tsarnaev Attended CIA-sponsored Workshop Alex Jones’ Infowars: There’s a war on for your mind!

De nouveaux détails dans l’affaire des attentats de Boston : Selon le journal Russe Izvestia, il s’avère que Tamerlan TSARNAEV le premier suspect abattu par la police avait assisté durant l’été 2012 à un Workshop Financé par la Fondation Jamestown en Géorgie, ce qui est encore plus intéressant dans ce détail, c’est que cette Fondation est en réalité une organisation écran des activités de la CIA qui opère à travers une autre institution appelée « Le Fond du Caucase-The Fund of Caucasus » qui fut elle même crée en Novembre 2008 dans le but de recruter de jeunes intellectuels qui interviendraient dans un processus de création d’instabilité politique permanente dans les régions du Sud de la Russie, et en ce qui concerne la Fondation Jamestown, il s’avère qu’elle fait partie de la structure de fondations et associations politiques et académiques opaques contrôlées par la fameuse « Freedom House » (Rappelez vous du rôle de cette organisation dans les événements du printemps arabe …) créée elle même par l’Ex Directeur de la CIA William Casey et dont le Conseil d’Administration inclue le fameux Zbigniew Brzezinski que je n’ai pas besoin de présenter … Tous ces détails ahurissants viennent confirmer ce qu’avait dit la mère des deux suspects il y a quelques jours, que son fils aîné travaillait pour le FBI et était très bien connu par ses agents et qu’il leur rendait service dans dossiers relatifs à l’extrémisme religieux … une fois de plus, les véritables faits cachés derrière un vaste processus de manipulation médiatique acharnée pendant et après les attentats viennent confirmer qu’il s’agit bel et bien d’un acte terroriste Fausse Bannière (False Flag …) … à Suivre de très près …. !!!!

Mehdi BOUABID

24/04/2012

********************************************************************************************

Kurt Nimmo
Infowars.com
April 24, 2013

Tamerlan Tsarnaev attended a workshop sponsored by the CIA-linked Jamestown Foundation,Izvestia reports today. The Russian newspaper cites documents produced by the Counterintelligence Department Ministry of Internal Affairs of Georgia confirming that the NGO “Fund of Caucasus” held workshops in the summer of 2012 and Tsarnaev attended.

The Caucasus Fund was established in November, 2008, following the Geoergian-Ossetian conflict. The main purpose of the organization, according to Izvestia, is to “to recruit young people and intellectuals of the North Caucasus to enhance instability and extremism in the southern regions of Russia.”

The Jamestown Foundation is a known CIA front. It “is only an element in a huge machine, which is controlled by Freedom House and linked to the CIA,” writes the Voltaire Network. “In practice, it has become a specialized news agency in subjects such as the communist and post-communist states and terrorism.” CIA director William Casey and Russian dissident Arkady Shevchenko were instrumental in creating the organization. Jamestown’s board of directors includes Zbigniew Brzezinski, former National Security Advisor to Jimmy Carter.

Brzezinski, a high-level globalist operative, initiated the CIA’s recruitment of the Mujahideen in Afghanistan that ultimately produced al-Qaeda and the Taliban.

Source : http://www.infowars.com/tamerlan-tsarnaev-attended-cia-sponsored-workshop/

Suspects 4

Brzezinski : « Oui, la CIA est entrée en Afghanistan avant les Russes … »

par Zbigniew Brzezinski

Brzezinski 

Zbigniew Brzezinski

Le Nouvel Observateur :L’ancien directeur de la CIA Robert Gates l’affirme dans ses Mémoires [1] : les services secrets américains ont commencé à aider les moudjahidine Afghans six mois avant l’intervention soviétique. A l’époque, vous étiez le conseiller du président Carter pour les affaires de securité. Vous avez donc joué un rôle clé dans cette affaire ? Vous confirmez ?

Zbigniew Brzezinski : Oui. Selon la version officielle de l’histoire, l’aide de la CIA aux moudjahidine a débuté courant 1980, c’est à dire après que l’armée soviétique eut envahi l’Afghanistan, le 24 décembre 1979.

Mais la réalité gardée secrète est tout autre : c’est en effet le 3 juillet 1979 que le président Carter a signé la première directive sur l’assistance clandestine aux opposants du régime prosoviétique de Kaboul. Et ce jour-là j’ai écrit une note au président dans laquelle je lui expliquais qu’à mon avis cette aide allait entraîner une intervention militaires des Soviétiques.

Le Nouvel Observateur : Malgré ce risque vous étiez partisan de cette « covert action » (opération clandestine). Mais peut-être même souhaitiez-vous cette entrée en guerre des Soviétiques et cherchiez-vous à la provoquer ?

Zbigniew Brzezinski : Ce n’est pas tout à-fait cela. Nous n’avons pas poussé les Russes à intervenir, mais nous avons sciemment augmenté la probabilité qu’ils le fassent.

Le Nouvel Observateur : Lorsque les Soviétiques ont justifié leur intervention en affirmant qu’ils entendaient lutter contre une ingérence secrète des Etats-Unis en Afghanistan, personne ne les a crus. Pourtant il y avait un fond de vérité. Vous ne regrettez rien aujourd’hui ?

Zbigniew Brzezinski : Regretter quoi ? Cette opération secrète était une excellente idée. Elle a eu pour effet d’attirer les Russes dans le piège Afghan et vous voulez que je le regrette ? Le jour où les Soviétiques ont officiellement franchi la frontière, j’ai écrit au président Carter, en substance : « Nous avons maintenant l’occasion de donner à l’URSS sa guerre du Vietnam. » De fait, Moscou a dû mener pendant presque dix ans une guerre insupportable pour le régime, un conflit qui a entraîné la démoralisation et finalement l’éclatement de l’empire soviétique.

Le Nouvel Observateur : Vous ne regrettez pas non plus d’avoir favorisé l’intégrisme islamiste, d’avoir donné des armes, des conseils à de futurs terroristes ?

Zbigniew Brzezinski : Qu’est-ce qui est le plus important au regard de l’histoire du monde ? Les talibans ou la chute de l’empire soviétique ? Quelques excités islamistes où la libération de l’Europe centrale et la fin de la guerre froide ?

Le Nouvel Observateur : Quelques excités ? Mais on le dit et on le répète : le fondamentalisme islamique représente aujourd’hui une menace mondiale.

Zbigniew Brzezinski : Sottises. Il faudrait, dit-on, que l’Occident ait une politique globale à l’égard de l’islamisme. Ç’est stupide : il n’y a pas d’islamisme global. Regardons l’islam de manière rationnelle et non démagogique ou émotionnelle. Ç’est la première religion du monde avec 1,5 milliard de fidèles. Mais qu’y a-t-il de commun entre l’Arabie Saoudite fondamentaliste, le Maroc modéré, le Pakistan militariste, l’Egypte pro-occidentale ou l’Asie centrale sécularisée ? Rien de plus que ce qui unit les pays de la chrétienté.

Zbigniew Brzezinski

Brz Paki

Source 
Nouvel Observateur (France)