Sept Français sur dix redoutent une explosion sociale – Economie – MYTF1News

70% des Français interrogés dans un sondage Ifop estiment que la France pourrait connaître une explosion sociale au cours des prochains mois.

Très pessimistes les Français. Ainsi, selon un sondage Ifop* à paraître dans Dimanche-Ouest France, sept Français sur 10 estiment que la France pourrait connaître une explosion sociale dans les mois à venir. Cette proportion est en hausse de quatre points en quatre ans (66% en avril 2009), souligne Jérôme Fourquet, directeur du département opinion de l’Ifop.

Si 81% des ouvriers, soit 11 points de plus que l’ensemble des Français, disent s’attendre à une explosion sociale, les professions libérales et cadres supérieurs semblent plus dubitatifs quant à la survenue d’un tel événement, seuls 57% le redoutant pour les prochains mois, ajoute-t-il.

Le pronostic d’une explosion sociale en France augmente à mesure que l’on s’approche des extrêmes, note Jérôme Fourquet. Ainsi, 89% des sympathisants du Front National jugent ce risque réel, contre 79% à l’UMP, 64% des sympathisants du Front de Gauche et un peu plus de la moitié des proches du Parti socialiste (51%).

L’enquête paraît dans un contexte marqué par de nombreux plans sociaux et une forte tension entre l’exécutif et la rue, principalement dans le cadre des mobilisations des opposants au mariage homosexuel, relève l’analyste.

*Ce sondage a été réalisé par internet du 23 au 25 avril auprès d’un échantillon de 1.005 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, constitué selon la méthode des quotas.

Source : http://lci.tf1.fr/economie/social/sept-francais-sur-dix-redoutent-une-explosion-sociale-7940858.html

Merkel: ‘Les membres de la zone euro doivent se tenir prêts à céder le…

Angela Merkel – Herman Van Rompuy

Les membres de la zone euro doivent se tenir prêts à céder leur souveraineté dans certains domaines aux institutions européennes pour permettre au bloc de surmonter la crise et d’attirer à nouveau les investisseurs étrangers, a déclaré la chancelière Angela Merkel dont les propos ont été rapportés par Reuters. La chancelière, qui s’exprimait lors d’une conférence organisée par la Deutsche Bank à Berlin, et à laquelle était également invité le Premier ministre Polonais Donald Tusk, a également défendu le recours à la politique d’austérité pour faire face à la crise, affirmant que l’Europe devait trouver à la fois une manière de générer de la croissance tout en assainissant ses finances.

« Nous semblons n’être capables de trouver des solutions communes que lorsque nous sommes au bord du gouffre », a-t-elle dit.  « Mais dès que la pression se fait moins forte, tout le monde veut suivre sa  propre voie. Nous devons être prêts à accepter que l’Europe ait le dernier mot dans certains domaines. Sinon, nous ne pourrons plus poursuivre la construction européenne ».

« Il serait dangereux que d’autres pays en Europe ressentent que l’Allemagne impose son propre modèle économique sur le bloc entier », a poursuivi la chancelière. Nous n’avons pas toujours besoin d’abandonner nos pratiques nationales, mais nous devons être compatibles. Actuellement, c’est le chaos. Nous devons être préparés à rompre avec le passé pour aller de l’avant. Je suis prête à le faire », a ajouté Merkel.

Les dirigeants européens doivent se réunir à Bruxelles dans les deux prochains mois pour discuter des avancées à réaliser pour aller vers une «union fiscale», rappelle Reuters.

Source : http://www.express.be/business/fr/economy/merkel-les-membres-de-la-zone-euro-doivent-se-tenir-prets-a-ceder-leur-souverainete/189437.htm

Iceberg Tv 2013.04.09 JM Vernochet, retour sur l’affaire Cahuzac

Un retour très détaillé sur l’affaire CAHUZAC/Offshore Leaks et ses ramifications sur le plan international, par Jean Michel Vernochet, ce qui ne me choque pas du tout c’est qu’à l’origine de cette affaire loufoque, on retrouve encore les empreintes de George SOROS, ce qui montre que nous sommes devant une affaire de divulgations contrôlées au compte goutte d’un volume ‘informations financières et bancaires très important (environ 260 GO de données), à travers des facettes très douteuses, mais la question à poser, c’est qui détient réellement la capacité technique et logistique et surtout la volonté et la possibilité d’avoir accès à ses données (Comptes Bancaires secrets, Bilans Comptables, Opérations Financières …), ce ne sont certainement pas de simples journalistes comme ils veulent nous le faire croire chez Le Monde et le Washington Post, nous savons tous pertinemment qu’il n’y a que les Services Secrets qui peuvent monter un travail de cette envergure et rappelez vous dans ce sens du Programme Échelon et de la capacité de la NSA et de la CIA à intercepter les données numériques qui circulent autour de la planète …… !!!!

DH.be – Chômage en Europe: les risques de troubles sociaux augmentent

 

Au cours des six derniers mois, un million de personnes ont perdu leur emploi dans l’Union européenne

GENEVE Alors que plus de 26 millions d’Européens sont sans emploi, l’Organisation internationale du travail (OIT) a averti lundi que les risques de troubles sociaux augmentaient en même temps que le chômage de longue durée et celui des jeunes. La situation de l’emploi s’est détériorée depuis l’introduction des politiques d’assainissement budgétaire. 

Au cours des six derniers mois, un million de personnes ont perdu leur emploi dans l’Union européenne (UE), a indiqué l’OIT dans un rapport publié à l’occasion de l’ouverture d’une conférence régionale européenne à Oslo.

Dix millions de personnes supplémentaires sont sans emploi en Europe par rapport au début de la crise en 2008. Le taux de chômage dans l’Union européenne (UE) atteignait en février 10,9% et celui de la zone euro un niveau historique de 12%. Seuls cinq pays de l’UE sur 27 (Allemagne, Autriche, Hongrie, Luxembourg et Malte) ont des taux d’emploi supérieurs aux niveaux d’avant la crise.

Les jeunes et les travailleurs peu qualifiés sont les plus durement touchés: le chômage des jeunes atteint 23,5% dans l’UE, avec des pics de 58% et 55% en Grèce et en Espagne. Le recours au temps partiel et au travail temporaire a augmenté simultanément, conséquence de l’incertitude pour les entreprises.

Le chômage de longue durée devient par ailleurs un problème structurel pour beaucoup de pays européens. Dans 19 d’entre eux, plus de 40% des demandeurs d’emploi sont actuellement des chômeurs de longue durée (sans travail depuis douze mois ou plus). Le nombre de travailleurs découragés a augmenté de 29% en moyenne par an depuis 2008.

Dans ce contexte, le risque de troubles sociaux est supérieur de 12 points de pourcentage à ce qu’il était avant le déclenchement de la crise et il est plus élevé dans l’UE que dans d’autres régions du monde.

Source : © La Dernière Heure 2013

La bourse d’Athènes s’effondre de 6,83% « Le Journal du Siècle

Bourse d'Athènes

La Bourse d’Athènes s’est effondrée pour la deuxième journée consécutive, perdant 6,83% à la mi-séance, dans le sillage du règlement par l’UE et le FMI du cas chypriote, dont la Grèce craint des retombées sur son économie.

A 13h10 GMT, l’indice général réduisait toutefois légèrement ses pertes, à -5,16% (839,29 points), avec des valeurs bancaires relativement épargnées, subissant une chute limitée à 2,71%. Les craintes suscitées par la situation à Chypre avaient déjà fait chuter mardi la place d’Athènes de 4,9%, les économies des deux pays étant très interconnectées.

Les télécoms grecs OTE, qui ont annoncé qu’ils détenaient 3 millions d’euros de dépôts bancaires à Chypre, désormais exposés à une forte décote, perdaient ainsi 7,92%. Selon les médias, les responsables grecs redoutent notamment une chute attendue des exportations vers Chypre et un assèchement supplémentaire du crédit, susceptible de peser sur la recapitalisation en cours des banques grecques.

Les agences des trois filiales grecques de banques chypriotes Bank of Cyprus, Cyprus Popular Bank (Laïki) et Hellenic Bank, passées sous contrôle de l’établissement grec Banque du Pirée, ont par ailleurs rouvert normalement leurs portes mercredi. De nombreux déposants s’y sont pressés pour retirer leur argent, sans toutefois de mouvement de panique.

Sources : L’Expansion / Le Journal du Siècle

Moody’s maintient les banques françaises sous perspective négative – LExpansion.com

L’agence d’évaluation financière Moody’s Investors Service a salué ce lundi les progrès réalisés par les grandes banques françaises, mais a maintenu la perspective d’évolution de leurs notes à « négative ».

 Moody's

Moody’s note aussi que les banques françaises restent encore fortement dépendantes des marchés pour se refinancer, en dépit des efforts consentis pour accroître leurs dépôts et réduire la taille de leur bilan.

REUTERS/Mike Segar

L’agence d’évaluation financière Moody’s Investors Service a salué lundi les progrès réalisés par les grandes banques françaises, mais a maintenu la perspective d’évolution de leurs notes à « négative », ce qui implique qu’elles restent sous la menace d’un abaissement.

Dans un communiqué, Moody’s souligne que la rentabilité nette des banques françaises devrait rebondir en 2013, avec la disparitions des charges non récurrentes importantes qui ont plombé leurs résultats en 2012. Mais elles vont continuer à évoluer dans un environnement très difficile, en raison des tendances récessives prévalant en Europe.

Moody’s note aussi que les banques françaises restent encore fortement dépendantes des marchés pour se refinancer, en dépit des efforts consentis pour accroître leurs dépôts et réduire la taille de leur bilan. Cette dépendance envers le marché « reste une caractéristique structurelle du système bancaire français qui ne devrait pas changer à court terme, en dépit d’améliorations substantielles chez les quatre groupes les plus importants, BNP Paribas, Crédit Agricole, Société Générale et BPCE ».

Dégradation de la conjoncture

Pris collectivement, ces quatre groupes ont augmenté leurs dépôts de 3% entre la fin septembre 2011 et la fin décembre 2012, tout en réduisant leurs prêts de 6%. « En conséquence, les liquidités disponibles ont été significativement renforcées et l’usage de fonds de gros ont diminué de 7% sur cette période ».

Mais pour Moody’s, les fonds levés sur les marchés des quatres banques représentaient encore 35% de leurs liquidités à la fin 2012, ce qui les classe parmi les plus exposées parmi les grands établissements internationaux. L’agence relève aussi les risques que fait porter la dégradation de la conjoncture sur la qualité des bilans bancaires.

Si les établissements français ont réduit « significativement » leur exposition aux pays périphériques de la zone euro, leurs engagements envers l’Italie et l’Espagne, souvent via des filiales locales, représentent encore 5% de leurs actifs totaux, ce qui est élevé.

 Source : http://lexpansion.lexpress.fr/economie/moody-s-maintient-les-banques-francaises-sous-perspective-negative_377431.html

Chypre – La colère explose

Rien ne va plus à Chypre